Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 15:19
L'art adoucit la barbarie

L’art adoucit la barbarie 

  Eveiller l’âme,  renseigner l’homme sur lui-même, le mettre en présence des vrais intérêts de l’esprit, voilà ce qui  pourrait être considéré comme le  principal bénéfice de l’art.  Hegel précise  toutefois  que  l’adoucissement de la barbarie,  qui se produit en effet au moyen de l’art,  n’en est pas le but ultime. Éveiller l’âme n’est  en fin de compte  qu’un moyen  en vue de son véritable  but final,  qui n’est autre que la liberté : 


  « Nous voyons ainsi que l’art agit en remuant, dans leur profondeur, leur richesse et leur variété, tous les sentiments qui s’agitent dans l’âme humaine, et en intégrant dans le champ de notre expérience ce qui se passe dans les régions intimes de cette âme.
[ …]
  Ce qui importe c'est que le contenu que nous avons devant nous éveille en nous  des sentiments, des penchants, des passions ; mais, que ce contenu nous soit donné à travers la représentation ou que nous le connaissions pour en avoir eu une intuition dans la vie réelle, ce fait nous est tout à fait indifférent sous ce rapport. Nous pouvons, par la représentation, être aussi fortement saisis, secoués, remués que par la perception.  Toutes les passions, amour, joie, colère, pitié, angoisse, respect et admiration, sentiment de l’honneur, amour de la gloire, etc.  peuvent envahir notre âme sous l’action des représentations que nous recevons de l’art. L’art peut évoquer  en nous et faire éprouver à notre âme tous les sentiments, et c’est avec raison qu'on voit dans cet effet la manifestation essentielle du pouvoir et de l'action finale, sinon, comme on le pense souvent, son but final.
[ …]
 Il s’agit donc de rechercher ce but essentiel, cette fin en soi de l’art. Divers sont les contenus susceptibles de remuer notre âme,  et l’art doit faire entre ces contenus un choix et, pour opérer ce choix, il doit posséder un critère précis, en rapport avec ce qu'il considère comme sa destination véritable.
Cette destination peut être définie d’une façon formelle d’abord, autrement dit d’une façon telle que n’importe quelle œuvre d’art puisse s’en  acquitter.  L’art aurait notamment pour but l’adoucissement de la barbarie en général, et chez un peuple qui débute seulement dans la vie civilisée cet adoucissement des moeurs constitue en effet le but principal qu’on assigne à  l’art ».  G.W.F. Hegel, Esthétique,  Coll. « Champs », premier volume, tard. S. Jankélévitch, Ed. Flammarion, 1979, pp. 42 et 44-45.

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Bernard Joly 30/09/2017 17:47

Utiliser un verbe pour définir l'art plutôt qu'un substantif augure mal de l'adoucissement de la barbarie !

laurence hansen-love 04/10/2017 17:19

Qui est l'auteur de votre ciation "le moment sublime...." ..Schopenhauer?

Bernard Joly 01/10/2017 17:56


" Il s’agit donc de rechercher ce but essentiel, cette fin en soi de l’art. Divers sont les contenus susceptibles de remuer notre âme, et l’art doit faire entre ces contenus un choix et, pour opérer ce choix, il doit posséder un critère précis, en rapport avec ce qu'il considère comme sa destination véritable."
Tous ces verbes comminatoires parent l'art des oripeaux de la barbarie.

Tout au contraire, lorsque l'on considère l'art comme une simple " expression …dans les œuvres humaines d'un idéal de beauté", c'est-à-dire "ce moment sublime et tragique où la volonté se retourne contre elle-même, comprend qu'elle est vouée à l'insatisfaction et à la douleur, accepte sa propre disparition", lorsqu'il ne nous reste plus qu'à dire: "c'est beau", sans explications ni justifications, alors nous sommes le siège d'une réconciliation avec nous-mêmes, les autres, l'univers, d'une plus grande perfection, et la barbarie repoussée.

laurence hansen-love 01/10/2017 13:33

je ne comprends pas...

veronica 15/09/2017 10:46

C'est quoi la 'barbarie' pour Hegel dans le texte? Et c'est qui ce "peuple qui débute seulement dans la vie civilisée" et dont les mœurs on voudrait tant voir adoucies?

J'aime bien l'idée que l'art agit en remuant -dans la profondeur, la richesse et la variété- et en intégrant...