Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2007 7 22 /04 /avril /2007 16:38



(SPINOZA)

L''observation  montre un peu partout les peuples ployant sous le joug de la tyrannie.  Pourtant,  dans son Traité des autorités théologique et politiques, Spinoza tente de déduire le meilleur système politique  d'une réflexion sur la nature humaine et sur ses exigences. Le finalité d'un tel système ne peut être que la liberté. La question des limites d'une telle liberté est  alors centrale.

"Nul, disions-nous, ne saurait aliéner sa liberté de juger ni de penser ce qu'il veut, et tout individu, en vertu d'un droit supérieur de nature, reste maître de sa réflexion. Par suite, ce serait s'exposer à un désastre certain, que de vouloir obliger les membres d'une collectivité publique-dont les  opinions sont diverses, voire opposées - à conformer  toutes leurs paroles aux décrets de l'Autorité souveraine. Même les citoyens d'intelligence  avertie, pour ne point parler de la foule commune, sont incapables de garder suffisamment le silence : les hommes ont d'ordinaire le grand tort de confier à d'autres  leurs projets, même lorsqu'ils feraient mieux de se taire. Une Autorité politique exercerait donc un règne d'une violence extrême, si elle refusait à l'individu le droit de penser, puis d'enseigner ce qu'il pense. Elle donnera au contraire des preuves de modération en accordant cette liberté à tous[...]
  Partons des principes de toute organisation en société,  démontrés plus haut [1] ; il s'ensuit, avec la plus grande évidence, que le  but final de l'instauration d'un régime politique n'est pas la domination, ni la répression des hommes, ni leur soumission au joug d'un autre. Ce à quoi l'on a visé par un tel système, c'est à  libérer l'individu de la crainte - de sorte que chacun vive, autant que possible, en sécurité ; en d'autres termes conserve au plus haut point son droit naturel de vivre et d'accomplir une action (sans nuire ni à soi-même, ni à autrui). Non, je le répète, le but poursuivi ne saurait être de transformer des hommes raisonnables en bêtes ou en automates ! Ce qu'on a voulu leur donner, c'est, bien plutôt, la pleine latitude de s'acquitter dans une sécurité parfaite des fonctions de leur corps et de leur esprit. Après quoi, ils seront en mesure de raisonner plus librement, ils ne s'affronteront plus avec les armes de la haine, de la colère, de la ruse et ils se traiteront mutuellement sans injustice. Bref, le but de l'organisation en société, c'est la liberté !

Spinoza
Traité des autorités théologiques et politiques (1670),Œuvres complètes,Bibliothèque de la Pléiade, pp 898-899, 1954
Note 1 : Il s'agit des principes fondateurs de l'Etat, républicain, laïc et démocratique. L'Etat doit être à la fois ferme dans ses dispositifs,  garantissant ainsi la liberté et la sécurité de tous, et respectueux des opinions et des sensibilités de chacun.

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Cédric 11/11/2008 13:24

Bonjour,Elève en Terminale ES j'ai actuellement ce sujet à travailler. Pourtant, je n'arrive pas à cibler la question ( problématique ) du texte. Faut il se pencher sur la dictature et ses méfaits; la liberté et son importance; ou encore la liberté et ses limites ?Sans cibler la question, je ne peux constituer de plan, et je suis donc bloqué !Peu-être pourriez vous me donner quelques pistes ?Cordialement,Cédric

laurence hansen-love 11/11/2008 19:02


Attention , déjà: une problématique, ce n'est pas une question... vez-vous lu ma méthode?

 Le thème de ce texte c'est  : les fondements de la république.
Maintenant : demandez-vous quelle est la question, puis quelle est la thèse (réponse à la question)
 Ensuite remarquez qu'il y a deux parties.
Quelle est la thèse de la première partie? Celle de la seconde? Et comment la première thèse et la seocnde s' articulent-elles? (voilà votre problématique: quel rapport entre ce qu'il dit dans la
première partie et ce qu'il dit dans la seconde?)