Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2007 6 28 /04 /avril /2007 13:07
A propos des valeurs de l'Europe lisez ce texte de Husserl:

"Poussons l'analyse à son terme : l'Europe a un lieu de naissance. Je ne songe pas, en termes de géographie, à un territoire, quoique elle en possède un, mais à un lieu spirituel de naissance, dans une nation ou dans le coeur de quelques hommes isolés et de groupes d'hommes appartenant à cette nation. Cette nation est la Grèce antique du VII ième  et du VI ième siècles avant Jésus-Christ. C'est chez elle qu'est apparue une attitude d'un genre nouveau à l'égard du monde environnant; il en est résulté l'irruption d'un type absolument nouveau de créations spirituelles qui rapidement ont pris les proportions d'une forme culturelle nettement délimitée. Les Grecs lui ont donné le nom de philosophie ; correctement traduit selon son sens originel, ce terme est un autre nom pour la science universelle, la science du tout du monde, de l'unique totalité qui embrasse tout ce qui est. Très vite l'intérêt d'abord dirigé sur le tout et, par là même, la question du devenir qui englobe toutes choses et de l'être qui subsiste dans le devenir commencent à se scinder en fonction des formes généraleset des régions de l'être ; et ainsi la philosophie, l'unique science, se ramifie en une diversité de sciences particulières.
L'irruption de la philosophie prise en ce sens, en y incluant toutes les sciences, est donc à mes yeux, si paradoxal qu'il paraisse, le phénomène originel qui caractérise l'Europe au point de vue spirituel.Je voudrais ici affronter une objection toute prête : à savoir, que la philosophie, la science des Grecs ne serait pas leur création distinctive et qu'ils n'auraient fait que la diffuser dans le monde. Eux-mêmes abondent en récits sur la sagesse égyptienne, babylonienne, etc.. ; même en fait ils ont beaucoup reçu d'eux. Nous possédons aujourd'hui une masse de travaux sur les philosophies indienne, chinoise, etc.., qui ne sont aucunement analogues à celles des Grecs. Et pourtant on ne doit pas supprimer les différences de principe et passer à côté de ce qui est plus essentiel que tout le reste. La manière de poser le but et, par voie de conséquence, le sens des résultats atteints sont fondamentalement différents de part et d'autre.
Seule la philosophie grecque conduit, par un développement propre, à une science en forme de théorie infinie, dont la géométrie grecque nous a fourni durant des millénaires l'exemple et le modèle souverain. La mathématique, - l'idée d'infini, de tâches infinies - est comme une tour babylonienne bien qu'inachevée elle demeure une tâche pleine de sens, ouverte sur l'infini ; cette infinité a pour corrélat l'homme nouveau aux buts infinis".
E. Husserl, Ibid., p. 45.
E. Husserl, la Crise de l'humanité européenne et la philosophie (1935), traduction de P. Ricœur, Éd. Aubier, 1949, réédité en 1987, p. 35.

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires