Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2007 5 20 /07 /juillet /2007 17:26

Histoire :(etym : latin historia, du grec istoria, enquête) Sens ordinaire : a) Ensemble des connaissances relatives à l’ évolution,  au passé de  l’humanité b) Ensemble des connaissances humaines relatives à des faits ou des événements situés dans le passé                        ( l‘ « histoire naturelle ») c) Récit d’actions et d’événements réels ou imaginaire ( « raconter une histoire »)  d) La suite des événements historiques (la « marche de l’histoire »)
2) Epistémologie : Discipline ayant pour objet la reconstitution et l’interprétation du passé des sociétés humaines. Cette discipline s’apparente à une science par sa rigueur et son approche universaliste. Pourtant elle comporte une part irréductible de subjectivité car l’histoire est un récit qui met nécessairement en jeu les partis pris narratifs et l’intelligence singulière de celui qui l’élabore
3) Philosophie générale : déroulement ou devenir global de l’humanité qui implique nécessairement, pour être intelligible, une orientation et même une destination finale (« fin de l’histoire »).  Pour les  philosophies idéalistes (Kant, Hegel), il existe une rationalité profonde qui gouverne le monde et qui en constitue la trame cachée.  L’apparence chaotique  de l’histoire doit donc être dépassée ; pour Hegel, en particulier, les passions des hommes ne sont que les « matériaux » que la raison utilise pour parvenir à son but.  Pour les matérialistes (Marx et Engels) l’histoire repose sur une base matérielle (l’infra-structure économique) qui la détermine « en dernière instance ».  Les approches hégelienne et marxiste sont l’une et l’autre « dialectique » cf ci-dessous), ce qui signifie qu’elles reposent sur l’idée que le « négatif » (les luttes, l’opposition de intérêts, les conflits et leur résolution, la violence en général) joue un rôle majeur dans le progrès historique.
Violence : (etym : latin vis, « force ») 1) Sens ordinaire : usage illégal ou illégitime de la force, abus de puissance. La violence n’est pas seulement physique, elle peut être morale, politique (exploitation, oppression), insidieuse (embrigadement), sournoise etc…2) Philosophie classique : Pour Aristote, est violent tout mouvement contre nature, à commencer par exemple par le fait de lancer une pierre en l’air. Philosophie contemporaine :  la violence est un forme de refus de l’humanité qui peut prendre des formes très diverses et qui ne se limite pas à la violation de l’intégrité physique ou morale des personnes.  Des insultes racistes, des propos humiliants, la profanation d’un  cimetière, ou un licenciement abusif sont des violences qui ne prennent pas la forme de l’affrontement ou de l’agression. Tout ce qui tend à refuser à un homme ou à une culture le droit à l’expression légitime  est destructeur du monde humain, donc violent.
Dialectique :  (etym : grec : dialegein de legein « parler », et dia « à travers ») a) Chez Platon : 1) Discussion ou réflexion qui progresse en surmontant les objections et les contradictions opposées par un adversaire,  voire par soi-même. 2) Mouvement ascendant par lequel l’esprit s’élève des apparences sensibles vers les Idées en passant par un certain nombre d’étapes. Pour Platon la dialectique tend à se confondre avec la science.
  b) Chez Hegel : Mouvement de l’esprit dont la contradiction est le moteur. La dialectique n’est pas une méthode chez Hegel, mais le processus d’engendrement  du réel qui se fonde sur ce Hegel nomme le « travail du négatif ». Ce progrès peut être violent (dans les révolutions sanglantes et les guerres) ou non violent,  (notamment  dans la pensée, la science ou la philosophie c) Chez Marx : progrès nécessaire de l’histoire surmontant les contradictions impliquées par les antagonismes économiques et leur traduction idéologique et politique (« la luttte des classes »)
Esprit  (chez Hegel) : principe impersonnel  opposé à la nature  qui introduit la rationalité dans le monde et s’achemine vers l’Idée universelle (l’ Absolu). L’Esprit est une sorte de Dieu immanent au réel  qui gouverne l’histoire et qui progresse un peu  comme une taupe cherchant son chemin vers la lumière. Les individus sont les supports de l’Esprit qui s’auto réalise, et les Grands hommes sont ceux qui  oeuvrent plus ou moins inconsciemment à  la réalisation de l’Universel : le grand homme est le "chargé d’affaire de l’Esprit du monde".
Divin (chez Hegel) : Dieu au sens philosophique,  c’est-à-dire la substance spirituelle de toute chose qui l’anime et lui fournit sa signification et sa fin (l’avènement de l’Absolu)
 Paix : (etym : du latin pax « paix » « tranquillité » « calme » 1) Sens usuel : situation de bonne entente et absence de conflits aigus  entre personnes ou bien entre peuples 2) Sens philosophique : le sens est le même, mais les philosophes précisent que l’armistice n’est pas la paix car l’absence d’hostilités peut-être artificielle et fallacieuse.  La paix  doit donc être définie positivement, comme harmonie et concorde fondée sur un sentiment d’appartenance partagée et de solidarité effective. Il n’y a pas de paix sans justice. Pour Kant, la paix ne va jamais de soi, elle doit nécessairement être instituée (Vers la paix perpétuelle)
Fin de l’histoire : expression utilisée par Hegel et largement reprise  et commentée depuis la parution de l’ouvrage du philosophe américain Francis Fukuyama  (La fin d’histoire, 1989). La fin de l’histoire est pour Hegel l’avènement de l’Etat (et donc du droit) qui met un terme aux relations historiques foncièrement violentes entre nations qui prévalaient jusqu’au 19 ième siècle. Pour Marx, c’est le communisme qui met un terme définitif à la lutte des classes donc à l’histoire, ou plus exactement  à l' l'histoire qui n'était que "lutte des classes".

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires