Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 16:35
HEGEL, Discours du Gymnase (2 septembre 1811)
L'INSTITUTION SCOLAIRE ET LA DISCIPLINE: 

L'école doit être être une sorte de transition entre la famille et la vie publique:

"La vie dans la famille, en effet, qui précède la vie à l'école, est un rapport personnel, un rapport du sentiment, de l'amour, de la foi et confiance naturelle ; ce n'est pas le lien d'une Chose, mais le lien naturel du sang. L'enfant y a une valeur propre parce qu'il est l'enfant ; il fait l'expérience, sans le mériter, de l'amour de ses parents, de même qu'il a à supporter leur colère, sans avoir de droit à lui opposer. - Par contre, dans le monde, l'homme vaut par ce qu'il fait : il n'a de la valeur que pour autant qu'il la mérite. Il lui advient peu de choses par amour pour lui et pour l'amour de lui; ce qui vaut, ici, c'est la Chose, non le sentiment et la personne particulière. Le monde constitue un être-en-commun indépendant de ce qui est subjectif ; l'homme y vaut suivant les savoir-faire et l'aptitude pour l'une de ses sphères, d'autant plus qu'il s'est défait de la particularité et s'est formé au sens d'un être et agir universel.
Or, l'école est la sphère médiane qui fait passer l'homme du cercle de la famille dans le monde, du rapport naturel du sentiment et du penchant dans l'élément de la Chose. A l'école, en effet, l'activité de l'enfant commence à acquérir, de façon essentielle et radicale, une signification sérieuse, à savoir qu'elle n'est-plus abandonnés à l'arbitraire et au hasard, au plaisir et au penchant du moment ; l'enfant apprend à déterminer son agir d'après un but et d'après des règles, il cesse de valoir à cause de sa personne immédiate, et commence de valoir suivant ce qu'il fait et de s'acquérir du mérite. Dans la famille, l'enfant doit agir comme il faut dans le sens de l'obéissance personnelle et de l'amour ; à l'école, il doit se comporter dans le sens du devoir et d'une loi, et, pour réaliser un ordre universel, simplement formel, faire telle chose et s'abstenir de telle autre chose qui pourrait bien autrement être permise à l'individu. Instruit au sein de la communauté qu'il forme avec plusieurs, il apprend à tenir compte d'autrui ; à faire confiance à d'autres hommes qui lui sont tout d'abord étrangers et à avoir confiance en lui-même vis-à-vis d'eux, et il s'engage ici dans la formation et la pratique de vertus sociales.
C'est dans ce contexte que commence désormais pour l'homme l'existence double en laquelle sa vie en général vient se briser et qui fournit les extrêmes, se durcissant dans l'avenir, entre lesquels il a à maintenir cette vie rassemblée avec elle-même. La totalité première de ses conditions de vie est disparue ; il appartient maintenant à deux sphères séparées, dont chacune ne revendique qu'un côté de son existence. En dehors de ce que l'école exige de lui, il y a en lui un côté libre de l'obéissance qui la caractérise, côté qui, pour une part, est abandonné encore à l'ordre de la maison, mais, pour une autre part, aussi, à son arbitre et à sa détermination propres. De même qu'il acquiert par là, en même temps, un côté qui n'est plus déterminé parla simple vie -familiale-, ainsi qu'un mode d'existence propre et des devoirs particuliers.
L'une des conséquences qui résultent de la nature de ce rapport, telle qu'on l'a considérée, concerne le ton et le mode d'application extérieur, comme aussi le champ, de la discipline, qui peuvent être liés à sa mise en o÷uvre dans un établissement comme le nôtre. Les concepts de ce qu'il faut entendre par discipline, et discipline scolaire en particulier, se sont beaucoup modifiés dans le progrès de la culture. L'éducation a été, de plus en plus, considérée à partir du point de vue correct selon lequel elle doit être, essentiellement, plus un soutien qu'un accablement du sentiment de soi qui s'éveille, c'est-à-dire une formation en vue de l'indépendance. C'est ainsi que, dans les familles, tout autant que dans les maisons d'éducation, s'est perdue, de plus en plus, la pratique consistant à donner à la jeunesse, en toute occasion quelle qu'elle soit, le sentiment de la soumission et de l'absence de liberté, à la faire obéir, même dans ce qui est indifférent, à un autre arbitre qu'au sien propre, - à exiger une obéissance à vide pour l'obéissance même, et à obtenir, par la dureté, ce qui réclame simplement le sentiment de l'amour, du respect, et du sérieux de la Chose. - Ainsi, il faut exiger des élèves étudiant dans notre établissement, du calme et de l'attention dans les cours, un comportement honnête à l'égard des maîtres et des condisciples, la remise des travaux imposés, et, d'une façon générale, l'obéissance qui est nécessaire pour que le but des études soit atteint. Mais cela implique en même temps que soit laissée libre la manière d'agir relativement à des choses indifférentes, qui sont en dehors de l'ordre. Dans le climat de sociabilité propre à l'étude, dans le commerce dont le lien et l'intérêt sont constitués par la science et l'activité de l'esprit, ce qui convient le moins, c'est un ton excluant la liberté ; une société de gens qui étudient ne peut pas être considérée comme un rassemblement de domestiques, et ils ne doivent pas en avoir la mine ni la démarche. L'éducation à l'indépendance exige que la jeunesse soit habituée de bonne heure à consulter son sentiment propre de ce qui convient et son entendement propre, et qu'il soit laissé à sa liberté, là où elle est entre soi et dans ses rapports à des personnes plus âgées, une sphère où elle détermine elle-même son comportement".
Trad. in Bernard Bourgeois,
in Textes pédagogiques,
Paris, Ed. Vrin,
1978, p. 108 sqq.

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Anonyme 24/10/2007 16:03

Pourriez vous mettre en ligne un commentaire de ce texte en ligne car j'en ai besoin pour pouvoir comparer au mien.Merci

Antoine 23/10/2007 19:59

Etes vous sûr que "la chose" signifie objectivité?J'ai l'impression que cela ne correspond pas vraiment dans le texte.Merci

laurence hansen-love 24/10/2007 21:41

La Chose, le monde "un être en commun indépendant de ce qui est subjectif" par opposition àl'univers du sentiment, celui de la famille.Comment le comprenez-vous, si ce n'est ainsi?POurriez-vous me dire dans quel contexte vous devez expliquer ce texte? (dont je ne fournirai pas une explication, car on vous demande ce travail, à vous, pas à moi!)

claire 20/10/2007 13:37

merci beaucoup pour votre aide

laurence Hansen-love 18/10/2007 21:13

Vous devez parler de l'école comme médiation (intermédiaire, transition, une sorte de "sas" entre quoi et quoi?Entre la sphère privée : la familleEt le monde public (le monde de la Chose, cad de l'objectivité). Si vous avez le temps , chercher le livre de Canivez, Eduquer le citoyen (Hatier). Le texte y est  cité et commenté

claire 18/10/2007 19:52

Je dois expliquer ce texte. J'ai compris qu'il montre le passage de l'enfance à la vie "dans le monde", mais de quoi doit t'on réellement parler si on veut etudier ce texte ? merci par avance de me répondre