Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 09:08


Identité et diversité

 Pour savoir si le changement est compatible avec l'identité, il faut bien distinguer les changements de nature et les changements de degré:


"Selon notre manière commune de voir le monde, l'identité n'est pas incompatible avec le changement et il n'est pas raisonnable de se contenter d'affirmer que « si ça change, c'est différent » pour rendre compte du problème de l'identité à travers le temps. Que certains changements annihilent l'existence des individus qui s'en trouvent affectés est une chose, que n'importe quel changement détruise l'identité d'un individu en est une autre. Il ne fait guère de doute non seulement que nous acceptons fort bien que l'identité et le changement sont compatibles dans nos jeux de langage ordinaires, mais encore que l'identité et le changement sont inscrits au coeur des choses elles-mêmes, au moins en ce qui concerne les objets biologiques.
Pour lever cette ambiguïté essentielle entre la persistance et la non-persistance des choses en devenir, il convient d'opérer une distinction entre deux types de changements les changements de type 1 qui préservent l'identité de la chose qui change et les changements de type 2 qui la détruisent.[...]  Nous pouvons préciser la différence entre les changements de type 1 et les changements de type 2 en soulignant que les changements de type 1 sont des changements de degré (du foetus au bébé, du bébé à l'enfant, de l'enfant à l'adulte, de l'adulte au vieillard), tandis que les changements de type 2 sont des changements de nature (du vieillard au cadavre). En termes aristotéliciens , nous pouvons dire que les changements de type 1 sont des changements de lieu (translation), de propriété ou de qualité (altération), ou de quantité (accroissement et décroissement), et que les changements de type 2 sont des changements de substance (génération et corruption).
Dès lors, l'hypothèse d'un changement transortal   (1 de type 1, comme on peut en rencontrer dans la littérature fantastique, chez Ovide et chez Kafka  (2 dans leurs récits de métamorphoses respectifs, ou encore dans la Bible à travers le récit de la femme de Loth transformée en statue de sel, ne saurait être prise au sérieux. Si, réellement, on entend par sorte ce qu'une chose est spécifiquement, il est vain d'imaginer qu'une chose puisse franchir sans encombre la muraille de son espèce (identité spécifique). On n'échappe pas à sa sorte. Si les têtards se transforment en grenouilles, les carrosses ne se transforment pas en citrouilles. Comprenons : dans le cas des métamorphoses naturelles et tout à
fait réelles, il y a transformation d'un état d'une substance donnée à un autre état de la même substance (changement de type 1) ; dans le cas des métamorphoses fantastiques, il y a bel et bien passage d'une substance à une autre substance (changement de type 2)".
Maxime Ferret
L'identité  G.F. 1998

Note 1 : Transortal : d'une sorte à  l'autre. Changement "transortal ": changement de genre , ou encore de nature.
 Note 2 : Kafka : La métamporphose
Ovide: Les métamorphoses

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Adeline 08/04/2008 13:18

Je me posais une question en lisant ce texte, est ce que perdre la raison c'est perdre son identité?? ou alors est ce changer d'identité??      merci d'avance de votre réponse..:)

laurence hansen-love 08/04/2008 19:09


Oui , c'est plutôt changer d'identité.
 La question se pose ussi à propos de l'amnésie, et de la maladie d' Alzheimer, où les gens en viennent à perdre leur identité , ce qui est très troublant.
 Mais en ce qui concerne l'IEP, Identités est au pluriel, ce qui suggère plutôt un travail sur les identités culturelles


Hoguet Antoine 24/03/2008 00:34

Bonjour,    Je n'ai pas trouvé votre adresse mail, je me permets donc de "détourner" la prérogative "commentaire" à des fins pédagogiques.     Je prépare actuellement le concours Science-Po, j'ai observé avec beaucoup d'attention l'ensemble de vos conseils.    A ce sujet, je ne suis pas parvenu à cerner les liens existants entre "L'homme sans qualités" et la notion d'identité. L'objet de mon mail est bel et bien de vous demander un éclaircissement de quelques lignes à ce propos.   Merci

laurence hansen-love 24/03/2008 19:20


Vous avez lu L'homme sans qualité? C'est vraiment tout le sujet du livre.. L'incapacité de savoir qui on est, et ce qu'on veut, compte tenu de la crise de la culture que vous vivons. Ulrich, le
héros, qui a lu Nietzsche, ne sait pas trop ce qui est bien, ce qui est mal, et s'il existe encore des références, des valeurs, des certitudes dans le monde qui est la nôtre.
 J'entendais Finkielkraut qui disait il ya quelques jours ceci :  autrefois notre monde s'enracinait dans la Terre. Aujourd'hui le système de référence est le flux. Tout est flux.
Difficile de se poser, et de se déterminer, sur fond de flux...
A défaut de lire ce livre, regardez le résumé sur Wikipedia