Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 14:32

 

L'école forme des ignorants amnésiques  relativistes selon Jean-Paul Brighelli:

"Quelque part au cours des années 70 a sans doute germé l'idée qu'un peuple amnésique ne se révolterait plus. Il faut pas mal de calories pour réussir une révolution. Il faut du savoir pour oser une protestation.
Eh bien, on y est. L'école a formé un troupeau aveugle. La vraie violence, elle est là. Le moyen de cet aveuglement fut particulièrement pervers on a instillé dans les crânes encore mous des gosses la certitude que ce qu'ils pensent vaut bien ce qu'on leur enseigne.
«C'est votre opinion, ce n'est pas la mienne» voilà ce que l'on entend dans les salles de classe,
dès que l'on tente d'ouvrir les yeux des élèves sur les réalités d'hier et d'aujourd'hui. La leur, ils se la sont constituée à grand renfort d'émissions de télévision, de rumeurs et de on-dit. Une opinion molle, une pensée loukoum. Penser, peser, débattre, cela suppose un travail, une connaissance, une volonté. Toutes valeurs battues en brèche par le prêt-à-penser qui tient aujourd'hui lieu de culture.[...]
Les modifications des programmes, depuis 1998, prétendent résoudre les problèmes de violence en éliminant toute hiérarchie entre les textes (en particulier en dévaluant ces monstres étranges et insaisissables qu'on appelait jadis « textes littéraires ») au profit d'une dictature généralisée du « discours ». Et en tirant tout texte vers l'instruction civique : quand La Fontaine est irréductible, on le remplace par Gudule , un auteur (ou dois-je dire « auteure >> ?) de littérature-jeunesse belge, qui nous donne à lire une « fable » avec loup végétarien forcément épargné par un chasseur opposé à la peine de mort .
Que de jeunes ignorants prônent le réflexe identitaire, c'est de leur âge. Mais qu'on leur
fasse croire que leur avis est respectable, là commence l'infamie. Légitimer d'une manière ou d'une autre l'instinct tribal, au détriment d'une culture universelle, ne peut qu'aggraver les délires des minorités les plus agissantes. On suggère aux jeunes de s'identifier à un groupe uniformisé, tout en leur faisant croire que leur uniforme les individualise. La foi est un conformisme. L'être se noie dans le gang ou la secte. La culture, justement parce qu'elle n'a jamais prétendu fournir autre chose que des points de repère, des lieux communs au plus pur sens du terme, est, au fond, une incitation permanente à l'anticonformisme.
La dernière génération d'élèves formatés par la culture classique produisit, après Mai 68, un ',dynamitage général des convenances. C'est dire assez les pouvoirs critiques d'un enseignement qui paraissait assené, et qui fournissait pourtant les armes de sa propre contestation. Grande fut sans doute la terreur, pour que dans les dix ou quinze ans quisuivirent, le pouvoir ait concocté tant de nouveaux« projets éducatifs , afin de ruiner toute chance d'insurrection"
  Jean-Paul Brighelli,
La fabrique du crétin. La mort programmée de l'école Folio 2005 pp 124 et 159


Jean

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Derek 15/04/2008 13:16

je ne crois pas que la proposition d un systeme altenatif au liberalisme economique soit chose facile. Mais je crois que l on considere a tort que le liberalisme economique est un tropisme. On peut construire un systeme autre que celui-ci (experience de l Amerique Latine).Aussi sur l'école, dans les cas ou le liberalisme ne pourrait etre "évacué", ne peut on pas l encadrer avec force, et au minimum preserver l ecole de ces dangers. En somme faire de l'ecole un espace ou le marche ne puisse pas interragir.

Pedro 12/04/2008 11:37

Le peuple de 1789 n'était-il pas illettré et inculte? Il a pourtant engagé une des plus importantes révolutions de l'histoire... 

laurence hansen-love 13/04/2008 17:24



Est-ce vraiment le "peuple" qui a fait la révolution?
 Selon Marx , la révolution de 1789 est une révolution bourgeoise, qui a été faite par des bourgeois,  et  qui a rendu possible l'accession de la bourgeoisie au pouvoir (la
révolution prolétarienne restent à venir) d'une part; d'autre part a été rendue nécessaire pour des raisons d'infrastructure (thèse matérialiste) et non pas parce que le peuple dans sa
lucidité a tout-à-coup décidé qu'il en avait assez d'être opprimé...
 Je crois que sur ce point on peut donner raison à Marx!



Derek 12/04/2008 11:15

JP Brighelli construit une critique necessaire à la construction d un autre modele educatif en France. Mais il semble que sa critique ne se modele pas autour de celle de la societe de consommation, du liberalisme economique et de ses consequences. Aussi quand il evoque le "prêt-à-penser", l' "opinion molle", il ne peut pas ne pas deconstruire un symptome du liberalisme economique, le mythe de l accession au bonheur par la consommation, vehiculé par les politiques, les medias de masse et parfois par l'école.Cette question pose par ailleurs le débat de la place de la philo dans le primaire et le secondaire, l'opinion molle étant depuis socrate, pyrrhon, platon puis Bachelard l'ennemi de la cité.

laurence hansen-love 13/04/2008 17:15


OK, mais alors selon vous une réforme de l'école, comporte à titre de préalable une évacuation  du libéralisme?
Autant dire que cette réforme n'aura jamais lieu...