Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 11:54

A la demande de plusieurs d'entre vous, je vous propose un exemple de corrigé.
Ce n'est qu'un plan détaillé. Je peux répondre à vos questions si vous ne comprenez pas quelque chose
 Notez qu'il s'agit d'un raisonnement, et en aucun cas d'un défilé de points de vue: il ne faut jamais faire une patchwork de citations ni prendre prétexte d'un sujet pour montrer votre savoir.
 Les philosophes que vous connaissez doivne têtre cités avec une très grande circonspection et uniquement si vous savez quelque chose qu'ils ont dit et qui a trait précisément à la question posée. Ce qui est rarement le cas.


ORDRE ET SECURITE, EST-CE LA MÊME CHOSE?
Deux sens du mot "'ordre" : un sens neutre, un un sens positif ( celui  qui nous convient). Distinguez un ordre apparent (formel et précaire) et un ordre profond (subtantiel et durable). Sécurité: situation (objective?) ou sentiment :éventuellement illusoire ? Sécurité pour la vie; ou pour les intérêts vitaux (santé etc...) ou pour les biens. Ordre et sécurité sont étroitement liés. Mais ils ne peuvent être confondus. Quel est leur rapport exactement'? L'un est-il subordonné à l'autre? Si tel est le cas, lequel est-il déterminant ?

I QUOIQUE TRES LIES,. LES DEUX CONCEPS SONT DISTINCTS (Interdépendance)
1) La sécurité est d'abord un objectif individuel; tandis que l'ordre concerne une totalité.
La sécurité apparaît comme une fin (cf "sécurité sociale"), dont l'ordre serait un moyen (forces de i' "ordre").

2) Ordre et insécurité peuvent aller de pair.
"Ordre" naturel: insécurité de l'agneau devant le loup.

3) Désordre et sécurité peuvent être liés:
La démocratie parlementaire (agitation d'une séance au Parlement, par exemple) . La démocratie est un désordre réglé, comme le football.

"ORDRE" et "SECURITE" NE SONT PAS DES "CHOSES". MAIS DES REPRESENTATIONS
En tant que telles, elles sont doublement relatives: relatives à nos appréciations, et relatives entre elles.
1) L'ordre c'est ce qui nous convient, le désordre ce qui nous dérange.
L'appréciation : '°c'est en ordre" traduit une concordance entre notre esprit et les choses. Il en résulte que "ordre" et "désordre" peuvent se convertir l'un dans l'autre (selon les points de vue ).

2) Sécurité: n'est souvent qu'un sentiment, ou une promesse.
Elle peut s'avérer illusoire; une sécurité croissante peut s'allier à un sentiment d'insécurité croissant, et vice versa.

3) C'est le sentiment de sécurité qui fonde l'appréciation d' "ordre".
Il y a de l'ordre parce que je me sens en sécurité (cf Parc naturel par opposition à la jungle). On préfère t"'ordre" civilisé.

III ORDRE ET SEÇURITE SONT EFFECTIVEMENT INTERDEPENDANTS. MAIS C'EST LA SECURITE QUI DETERMINE L'ORDRE, ET NON L'INVERSE.
1) L'ordre sans sécurité est un désordre.
L'ordre despotique est factice: il repose sur l'oppression, c'est-à-dire la violence. L' "ordre" totalitaire est un désordre radical ("anarchie organisée" selon H.Arendt  dans le Système totalitaire}

2) Ni la sécurité, ni l'ordre ne sont des fins en soi.
L'ordre sans la justice est sans valeur, et sans consistance.
La sécurité sans la liberté est indigne " On vit tranquille dans les cachots. Est-ce assez, pour s'y trouver bien?" Rousseau, Du contrat social, I, 4)

3) L' "ordre " social admet le désordre et ne promet pas ta sécurité
Une sécurité garantie est une aliénation radicale. La "paix", mais sans le désordre de la liberté, telle est ta promesse du totalitarisme. La République ne vaut que par la sécurité bien réelle, mais toute relative, qu'elle établit.

CONCLUSION
La République, ce n'est pas l' "ordre". C'est l'organisation stabilisée (par la loi) d'un certain désordre. De plus,la République ne peut garantir  totalement la sécurité. La liberté implique le risque.  Vouloir "la sécurité à tout prix", c'est vouloir l'irresponsabilité: attitude dégradante (Nietzsche, Aurore, § 179). L' "ordre" despotique n'est pas un degré supérieur de l' "ordre" républicain. Il est d'une tout autre nature.  C'est un ordre apparent cachant un profond désordre .Le totalitarisme , c'est une sécurité fictive et un chaos radical.

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires