Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 16:10

 

 Hannah Arendt et le totalitarisme

 

Hannah Arendt (1906-1975) est née à Königsberg  dans une famille de juifs éclairés. Ses maîtres en philosophie sont Heidegger et Jaspers. Elle s’installe en France (1953), puis aux Etats-Unis à partir dans les  années 60. Elle mènera parallèlement une carrière universitaire et une importante activité journalistique qui la conduira notamment à couvrir le procès d’Eichmann à Jérusalem, qui donnera lieu à son ouvrage fameux  portant ce titre (1976).

 

Le livre qui expose sa théorie est Les origines du totalitarisme, qu’elle achève en 1949, et dont la         première édition parut en 1951. Cette théorie est profondément originale et pour en  parler, mieux vaut adopter le langage qui est le sien : elle  parle de « système totalitaire », et c’est le titre du troisième tome des Origines du totalitarisme.

Evoquant son travail au moment où, pour la première fois il devient possible de considérer des événements contemporains avec le regard rétrospectif de l’historien (1949), H. Arendt dit que le moment est venu d’essayer de comprendre ce qui s’est passé. Ou encore de répondre (en philosophe et non en historien)  aux trois questions suivantes :

Que s’est-il passé ?

Pourquoi cela s’est-il passé ?

Comment cela a-t-il été possible ?

 

Dans un court  texte publié en 1953, La nature du totalitarisme, H. Arendt précise qu’il s’agira d’une tentative de compréhension et non pas d’explication du totalitarisme .. Quelle est la différence ? Expliquer, c’est analyser les sources d’un phénomène  afin de ramener des effets  à leurs causes : expliquer c’est toujours ramener l’inconnu à de déjà connu, en ce sens. Au contraire Hannah Arendt veut comprendre l’essence du totalitarisme, ce qui est soit dit en passant, la démarche d’une philosophe.

 

 La première idée, l’idée décisive est la suivante : le totalitarisme  est un système (ou un modèle, ou un schéma) complètement nouveau dans l’histoire humaine, et qui doit être totalement dissocié de tous les régimes autoritaires ou tyranniques qui l’ont précédé dans l’histoire de l’humanité.  H. Arendt dit « Le » système totalitaire » et pourtant elle appuie son analyse sur deux cas : l’hitlérisme (1929-1941) et le stalinisme (1945 -1953).  Ce qu’elle décrit se présente donc comme une sorte de construction théorique – au sens de l’idéal-type de Max Weber – mais qui comporte deux variantes : l’hitlérisme et le stalinisme. Pour H. Arendt, les régimes hitlériens et staliniens sont semblables, leurs ressemblances  l’emportent largement sur leurs différences. En revanche  ni le fascisme mussolinien ni le communisme maoïste ne sont des totalitarismes à ses yeux.

 

 Maintenant, venons-en au vif su sujet :

Que signifie « système totalitaire » ?

 

 1) Le totalitarisme n’est  ni un type  de gouvernement, ni un régime politique, ni une forme propre à une nation ni une mentalité ni un type d’organisation de combat…   Mais il est un SYSTEME c’est-à-dire un ensemble d’éléments interdépendants : à la              fois une organisation de la société, un conception du rôle de l’Etat, une vision du monde, un ensemble d’objectifs pratiques, une mythologie et une métaphysique.

2) Ce système est TOTALITAIRE en un double sens. « Totalitaire » signifie : qui vise la domination totale de deux points de vue. A) Les systèmes totalitaires sont porteurs d’une vision du monde qui leur permet de prendre possession de l’homme dans sa totalité B) Ils visent la conquête et la domination du monde entier. C’est la raison pour laquelle avec un régime totalitaire la co-existence (pour les autres nations) n’est pas possible. Le totalitarisme débouche nécessairement sur la guerre ou sur la révolution programmée à l’échelle du monde entier.

 

Ce qu’il faut absolument retenir, c’est que le totalitarisme n’est pas une forme moderne de tyrannie. En effet, une tyrannie est un régime sans loi, dans lequel un homme et (ou) une caste monopolisent le pouvoir au profit de leurs propres intérêts.

Ce qui caractérise toute tyrannie, c’est : l’arbitraire du pouvoir, le mépris des lois, l’exercice du pouvoir au profit des gouvernants  et de leurs complices…

 Mais le totalitarisme est un REGIME SANS PRECEDENT qui fait éclater l’ancienne dichotomie : régime sans lois/ régime légitime (se soumettant à des lois relevant de la « volonté générale »)

1)     Le totalitarisme méprise les lois « positives » (écrites) mais se réclame d’une forme plus élevée de légitimité. L’hitlérisme  vise l’accomplissement de la loi de la Nature, le stalinisme l’accomplissement de la loi de  l’Histoire (énoncée par le marxisme).

2)     Il n’est pas arbitraire mais veut instaurer le règne de la justice sur terre, et ceci en assurant la promotion d’un homme nouveau.

3)     La promotion de cet homme nouveau impliquera l’élimination de touts les ennemis supposés de la LOI . C’est la raison pour laquelle le camp (d’extermination,  ou le goulag ) est l’institution non pas périphérique, accessoire, mais centrale du système totalitaire. Il en  est la clef de voûte.

 

 

 CONCLUSION

Le totalitarisme est si radicalement nouveau que nos anciennes catégories ne sont plus d’aucune utilité pour le penser. Sa fin ultime est la fabrication d’un nouveau genre humain, au nom d’une force surhumaine, irrépressible et invincible,  la Nature pour Hitler, l’Histoire dans le cas de Staline.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Florent 19/05/2008 20:43

C'est vrai que l'établissement du système totalitaire absolu passe par la mise en place d'un univers concentrationnaire. Mais je pense que ce qui différencie véritablement l'Allemagne nazie de l'Italie fasciste (Je n'ai pas trop le terme de mussolienienne, ce serait accordé trop d'importance au leader et pas assez aux mouvements de fonds), c'est que, en Allemagne, le système est sous la main mise du parti (l'Etat SS) alors qu'en Italie, mussolini n'a réussi à instaurer qu'un totalitarisme incomplet et doit composer avec le Roi, la constitution et l'influence catholique.

laurence hansen-love 19/05/2008 21:33


Oui, bien sûr, merci de cette mise au point...


Vialla Samuel 18/05/2008 12:48

D'accord. Merci pour la réponse.

Vialla Samuel 16/05/2008 21:04

Très bon texte. Cependant je ne comprends pas en quoi le " ni le fascisme mussolinien ni le communisme maoïste ne sont des totalitarismes à ses yeux." Est-ce que parce que ces régimes n'ont mis en place ce "système totalitaire" ? Si c'est le cas, pour quelles raisons ? Que leur manquait-il ?Cordialement.Samuel Vialla

laurence hansen-love 17/05/2008 17:30


Pour le fascisme de mussolini, c'est parce que Le régime italien n'a pas mis en place de camps d'extermination. Or le camp est la clef de voûte de tout totalitarisme.
 Or il y a eu les camps (de rééducation ) en Chine, mais Arendt ne connaissait pas, à l'époque.