Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 15:39

 

Quelques pistes de réflexion :

 

Commençons  par  séparer le cas de l’individu et celui d’une communauté ( ou d’une nation) .

 

En ce qui concerne l’identité individuelle :

Elle se confond en grande partie avec notre mémoire.  Notre mémoire consciente nous permet de « conduire le récit » de notre passé, et donc de brosser en quelque sorte, notre propre portrait, en articulant souvent l’imaginaire et le réel. Réciproquement, toute personne  amnésique a perdu une (grande ?) part de son identité  (voir ci-dessous  le texte de Jean Delay : "le cas de Noémi"). La question se pose toutefois de savoir si notre identité procède de notre conscience, impliquant donc un « Je » relativement  maître de ses propres représentations, comme le pensent Descartes, Locke (« C’est en cela que consiste l’identité personnelle »- « cela » désignant la conscience qui accompagne la pensée) ou Kant ( le "je " doit accompagner toutes mes représentations").

Ou bien si notre identité est en partie enfouie dans les zones inaccessibles de notre psychisme comme l’ont  pensé Leibniz  (« L’avenir dans une substance a une parfaite liaison avec le passé, c’est ce qui fait l’identité de l’individu » ) puis Freud (le sujet ne se réduit pas à la conscience, le moi n’est pas « maître dans sa propre maison » )

 Certains philosophes contemporains se sont demandés si,  par hypothèse, on pouvait  greffer un cerveau à la place d’un autre, (ou une mémoire), le greffé  aurait alors une nouvelle identité pour un même corps (texte de Shoemaker).
Sartre, pour sa part, observe que l’identité d’un homme ce n’est pas son passé, mais aussi  bien son avenir, c’est-à-dire son projet

 

En ce qui concerne les identités communautaires ou nationales, on remarque  que celles-ci ne se ramènent jamais à une simple addition de composantes. Pour Renan, la nation (texte), par exemple, n’est pas seulement une mémoire partagée, mais aussi une décision, un choix (un « plébiscite de tous les jours »). On se gardera bien , en outre, de confondre la mémoire (affective, partielle , partiale, trompeuse) et l’histoire, qui tend tout de même à l’objectivité, même si elle ne peut jamais l’ atteindre.
 Notez enfin que la « conduite du récit » qui est déterminante tant pour les identités individuelles que pour les identités collectives,  associe étroitement souvenirs individuels et souvenirs collectifs. Ce qui amène à relativiser la distinction entre l’identité individuelle (liée à ma mémoire subjective) et l’identité collective (liée aux « cadres sociaux de la mémoire).

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

jean-louis 17/09/2017 19:23

Je dois dire que je suis d'accord. Que serait la continuité de soi sans mémoire.
De plus, sans mémoire, on serait scotché au présent. Pour ceux qui font l'apologie de l'instant présent, pas de problème. Mais cette mémoire est très révélatrice : non seulement on a changé, mais on s'aperçoit que dans le passé notre vie n'a pas pu être autre chose que le résultat de ce qu'on était. Cela nous oblige à relativiser terriblement notre libre-arbitre. Car il n'y a pas de raison que cela ne soit pas vrai aujourd'hui.

Cécile.b.v 09/06/2008 08:58

Désolée, je ne pensais pas que vous le prendriez comme ça.Cécile

laurence hansen-love 10/06/2008 20:59


je fais de mon mieux...


Cécile.b.v 08/06/2008 14:25

Bonjour ,Cet article est vraiment bien fait, synthétique et intelligible.J'ai l'habitude de réfléchir en mode binaire si j'ose dire : "identité et conscience" , "identité et mémoire'.... Auriez-vous la gentillesse d'écrire un artcile concernant l'articulation "identité personnelle, identité collective"?  Un texte qui tracerait les grandes lignes, comme celui-ci ...Merci beaucoup C.b.v

laurence hansen-love 08/06/2008 21:59


NOn, mais vous vous fichez de moi!
 Peut-être, on verra...


Lucien 07/06/2008 21:15

BonsoirIl n'y a pas de thème pour Bordeaux, il est seulement dit que c'est un sujet d'actualité. d"ou ma question, quels chapitres de votre livre je devrais me tourner pour réviser les thèmes possbles?merci d'ava nce

laurence hansen-love 08/06/2008 21:56


Chapitres 1, 2, 3, 5, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17
 Commencer par : 1, 5, 9, 12, 13, 15 et 16


MdS 05/06/2008 18:51

Quel plaisir de vous lire ! Bonne continuation

laurence hansen-love 05/06/2008 21:17


merci mds, vous êtes gentil (je viens de me faire incendier, vous me réconfortez!)