Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 10:33

"La misère est un château fort sans pont-levis" Albert  Camus.

Pas évident....
 Quel plan?

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Salah 28/06/2008 17:13

J'ai entendu des rumeurs de personnes ayant traité la misère intelectuelle (ou bien ne sagissait-il que de toi). Je pense que le sujet était assez vaste pour parler de beaucoup de chose. La misère sociale est sans doute celle qui est le plus souvent traitée (c'est ce que j'ai fais moi même. Je ne vais cependant pas donner mon plan, je ne l'ai plus en tête). Le sujet est assez vaste pour utiliser de nombreuses dsiciplines : en parlant de l'école, on peut utiliser les thèses de Bourdieu, en sociologie...Cependant, j'ai du mal à comprendre quelle marge de manoeuvre nous avions avec cette citation. Jusqu'où nous pouvions interprêter, et jusqu'où s'étendait le sens de la phrase de Camus.

laurence hansen-love 29/06/2008 10:05


Il ne fallait pas séparer les différents types de misères, puisque justement la misère objective est aussi toujours une misère morale (et non pas "intellectuelle").
 L'idéal était évidemment de rester au plus près de ce que Camus suggérait...


charlotte 27/06/2008 20:45

oui en effet j'ai également parlé de l'école et même avec une petite pointe d'humour de la chance qui pouvait nous aidé

emy 26/06/2008 21:58

...je me lance je fais part de mon plan, je m'en souviens que très vaguement parce que je suis déjà plongé dans les identités mais c'est à peu près l'idée- Dans quelles mesures le manque de moyens ne peut être ni une fin ni une fatalité dans les sociétés démocratiques où l'égalité est le vecteur, l'horizon de la société? 1. manque de moyens culturels, financiers... : une impasse pour la construction de soi A. La métaphore du pont levis: sa double fonction     -de passage, de lien avec l'extérieur donc d'intégration    -  protection en cas d'attaque, construction personnalité, vie privée (insociable sociabilité de Kant) B. La misère comme aliénation: être prisonnier - pas de moyen d'intégration (accès à la culture, travail) ou le regard sur le monde à travers les meurtrières - pas de protection ni de sécurité: ouverture permanence sur son environnement privé (SDF qui vivent dans la rue: exposé au regard des autres, jugé par les autres, manque de sécurité, voient le monde de loin car marginaux) 2. La volonté personnelle et le Rôle de l'Etat dans la construction du "passage" pour l'intégration : substituer l'absence de pont levis A. Volonté personnelle: traverser les douves à la nage demande un effort supplémentaire qui doit être pris en compte par les politiques publiques.B. Egalité des chances et équité au service de l'égalité pour tous : l'aide mais pas l'asistanat. => La matérialisation et la réalisation d'un pont Levis. 3. La misère au 20ème siècle: un trait permanent de nos sociétés  A. entrée et sortie permanente: flexibilité, intérim, précarité au niveau du travail: le pont levis devient composante de l'identité, ne sert plus uniquement d'outil d'intégration ou de protectionB. repli sur soi individualisme et désintéret pour la vie politique car promesses des institutions (école, Etat) ne sont pas tenues => Transformation, Rôle perverti du chateau fort et du pont levis ...Qui vivra verra...émy.

laurence hansen-love 27/06/2008 10:29


OUi qui vivra verra..
 Cela paraît un peu touffu. Mais au moins, vous avez pensé à l'école...


Rimbaud 26/06/2008 14:14

Ce qui caractérise un château fort à première vue c'est la volonté de se protéger, de mettre en place des barrières contre l'assaillant pour que celui-ci ne puisse pénétrer à l'intérieur du château. Or qui peut-être cet assaillant ? j'ai sans doute trop axé sur la misère sociale ou matérielle mais j'ai pris cet assaillant pour les personnes, les associations, les politiques qui luttent contre la misère. De là plusieurs constats, s'il n'y a pas de pont-levis, pas de moyen de combattre efficacement la misère. Ce combat est-il vain pour autant? Autre idée qui m'est venu, combattre cette forteresse de l'extérieur, c'est combattre les conséquences de la misère et non la cause. J'ai aussi approfondi l'idée de rempart, qui crée ces barrières ? est ce celui qui est dans la misère ? est ce la misère qui sépare, qui entoure de rempart ? J'ai enfin conclu sur l'idée qu'une troisième voie était possible , que même si l'entrée principale n'existait pas un autre chemin s'ouvrait à nous, j'ai cité comme exemple pour accompagner cet argument le droit d'ingérence et son utilisation par Bernard Kouchner quant aux populations kurdes. Je regrette cependant de n'avoir pas traité de la misère intellectuelle, idée qui ne m'est pas venue sur le moment mais que je trouve très interesssante

LHL 27/06/2008 10:24


Je crois que l'idée cle c'est que la misère matérielle, objective, doit toujours être associée à la misère morale, c'est-à-dire à la solitude, à l'incapacité de communiquer.  Vous ne croyez
pas Rimbaud?
 D'où le pont-levis de l'école...


charlotte 26/06/2008 13:39

ma problématique : comment est il si facile pour tous de tomber dans la misère sans pour autant que cela soit immuable ?en introduction j'ai défini la misère (intellectuel (kant)et économique) et démontré comment j'envisageais la citation c'est à dire que le pont levis est un moyen défensif et que si celui ci est absent tout le monde peut se retrouver dans la misère mais que dans dans ce cas on peut également s'en sortir même si le chemin est compliqué. en 1er partie : j'ai fais une démonstration sur les moyens possible faits à l'appuie (milieu social, l'économie de l'Etat, guerre, castastrophes naturelles ...)en seconde partie : bien que l'on est une vision pessimiste de l'avenir il n'est pas impossible de s'en sortir toujours appuié sur des faitsconclusion : bien qu'il y est des disparités économique donc une façon plus ou moins longue de s'en sortir c'est toujours. Liberté de choisir ce que l'on est (sartre)

laurence hansen-love 27/06/2008 10:20


OUi, avez -vous parlé de l'école comme myen de s'en sortir?