Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 13:14

Le philosophe américain  H.G. Frankfurt s'en prend ici à la philosophie post-moderniste qui contexte l'idée de vérité d'un point de vue philosophique. Le représentant le plus évident de cette tendance fut  Jacques Derrida.



"Il nous arrive à tous de décider, en conscience et avec beaucoup d'assurance, que telle affirmation est vraie, et telle autre fausse. Mais les penseurs postmodernistes ne se laissent pas intimider par le caractère universel de cette pratique. Plus surprenant encore, ils ne sont même pas déconcertés par ses résultats et ses conséquences souvent très probants. Si les postmodernistes manifestent une telle opiniâtreté, c'est parce que, en vertu de leur théorie, les distinctions que nous établissons entre le vrai et le faux ne se fondent sur aucune certitude objective, sur aucune obligation incontestable, mais sur notre point de vue individuel. Dans une variante de leur doctrine, le facteur déterminant n'est plus notre perspective individuelle, mais les contraintes qui pèsent sur nos épaules, du fait des nécessités économiques ou politiques, ou encore des us et coutumes prescrits par la société. Telle est l'argumentation favorite des postmodernistes : ce qu'un individu considère comme vrai est soit le reflet de son point de vue individuel, soit le résultat imposé par un ensemble de pressions sociales complexes et inévitables.
Cette vision des choses m'apparaît non seulement spécieuse, mais aussi bornée. Les postmodernistes ont beau protester, il demeure qu'un ingénieur ou un architecte doivent obligatoirement s'efforcer de tendre à l'objectivité - et qu'il leur arrive de l'atteindre. De nombreux membres de ces professions démontrent une extrême compétence dans l'estimation, d'une part, des obstacles inhérents à la réalisation de leurs projets, d'autre part, des moyens de les surmonter. Les prises de mesures minutieuses, si cruciales dans leurs usines et sur leurs chantiers, sont
à l'évidence incompatibles avec les variations d'humeur et les rêveries qu'impliquerait un lien prétendu avec un point du vue individuel ; il est tout aussi absurde d'envisager' une soumission aux exigences souvent arbitraires et hors de propos des règles et des tabous sociaux. La précision des mesures est nécessaire, mais pas suffisante : elles doivent être stables et exactes, quelles que soient les conditions de travail et le point de vue de celui qui les relève[...]
Les mêmes principes s'appliquent évidemment à la médecine..."
 De la vérité , 10-18,  (2007 )

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Culture générale
commenter cet article

commentaires