Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 18:38

MYTHES ET MYTHOLOGIES POLITIQUES
 

 Le sauveur est ( à côté de l' "unité", le ' complot "  et 'l'âge d'or"), l'un des quatre mythes du monde moderne:


"  Ce n'est pas en vain ,...,  dans toute une littérature, le personnage d'Adolf Hitler est assimilé à « la volonté im pétueuse de la jeunesse allemande». (Tandis que de sort côté, à la  veille du grand choix, le général von Seeckt, résigné, écrit à sa sueur : « Je te conseille de voter pour Hitler, la jeunesse a toujours raison... ») Dans cette perspective, en effet, le chef promis au rôle de guide prophétique semble bien avoir pour mission essentielle d'incarner, en les magnifiant, les rêves, les certitudes et les attentes de la condition adolescente : affirmation de la primauté de l'action, intolérance idéologique, exclusivisme de l'orgueil d groupe, besoin de communion physique, volonté de dévouement e de sacrifice, à la limite peut-être aspiration tacite au grand flamboiement de la mort suicidaire, la mort violente, recherchée ou acceptée, dans l'immense fracas des tragédies collectives.
Père sublimé que l'on retrouve ou que l'on reconstruit; aîné prestigieux, chef de file et chef de bande... Les deux images ne sauraient cependant être définies en termes rigoureusement antagonistes. Tout d'abord, parce qu'un même personnage peut les incarner l'une et l'autre, assumer simultanément les deux rôles : le meilleur exemple à cet égard étant encore celui de Hitler lui-même, à la fois chancelier et Führer, c'est-à-dire jouissant du double prestige d'une légalité restaurée et du mystère de l'aventurier prédestiné. Mais, surtout, sur le plan plus décisif du psychisme collectif, parce que les deux images se rejoignent et tendent à se confondre dans la mesure même où elles peuvent l'une et l'autre légitimement apparaître comme une réponse à un semblable sentiment de vacuité. Dans les deux cas elles sont à mettre en rapport avec un même état de solitude intérieure, avec une même angoisse de l'abandon, plus profondément peut-être avec une situation brusquement imposée d'autonomie individuelle. Ce qui signifie n même temps, issues, procédant et participant d'un même mouvment, quête d'une identité à reconquérir et recherche de nouvelles formes de solidarité. Dans une société où le pouvoir en place ne représente plus qu'un ordre méconnu ou discrédité, où par là même certaines valeurs fondamentales d'unité et de cohésion semblent d'autre part tragiquement menacées, le rôle d'intercesseur ne saurait en effet être dissocié de celui de protecteur, pas plus que de celui de tuteur ou de guide.
 Pour ceux qui le reconnaissent comme le substitut d'une puissance paternelle défaillante aussi bien que pour ceux qui voient en lui le jeune chef secrètement espéré, tout à la fois dominateur et complice, peut-être même est-ce en tant qu'instrument de communion, agent de médiation et de coagulation sociale, que le héros salvateur s'impose d'abord aux esprits et  aux c÷urs. Reconnaître son autorité et se retrouver en elle, c'est à la fois se retrouver soi-même et retrouver les Autres. Et peu importe, en vérité, qu'il s'agisse du corps social en son entier ou d'une fraction, fût-elle minoritaire, de la collectivité. Grâce au Sauveur, et à travers lui, ce sont, pour un certain nombre d'hommes, les mêmes émotions à partager, les mêmes ferveurs et les mêmes espérances. Ce sont aussi, dans la chaleur d'une communion reconquise, les mêmes signes et les mêmes appels, les mêmes mots d'ordre, les mêmes références, et les mêmes certitudes. Autour de lui, dans la soumission, la dévotion ou l'enthousiasme, une vie collective se restructure, les fidélisés se reconstituent, les échanges affectifs se rétablissent, une nouvelle tram:; sociale se. consolide.
Agent de «socialisation des âmes» : la formule est de Maurice Barrès et c'est à elle, en fin de compte, qu'il convient de revenir. Fonction de restructuration psychique en même temps que fonction de réinsertion sociale, telle est bien en effet la double finalité laquelle correspond ici la démarche de l'imaginaire mythique, Pour le bien ou pour fie mal de ceux dont le mythe a su, épisodiquement ou durablement, drainer les ardeurs et capter les espoirs? Si la question peut être posée, il convient aussitôt de préciser que la réponse échappe à la compétence comme au jugement de l'analyste"
. Raoul Girardet

ps :Vous vous demanderez en quel sens Obama apparaît aujourd'hui comme notre "sauveur" ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Guido 27/10/2008 14:52

Chere madame,Je suis un eleve de T Es et j'etudie sur votre anthologie Belin.Je dois preparer un commentaire du texte d'Hyppolite "La Conscience de soi comme desir" (p 84).Malheureusement je n'arrive pas a degager la portee philosophique du texte.J'aurais besoin de quelques conseils svp.. Merci