Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 22:12
..."phoniquement, il existe un lien intime entre beauté et bonté ? Ces deux mots viennent du latin belles et bonus, lesquels dérivent de fait d'une racine indoeuropéenne commune : dwenos. Je n'oublie pas non plus qu'en grec ancien, un même terme, kalosagathos, contient et l'idée de beau (kalos) et l'idée de bon (agathos). Mais avant tout, au sujet de la relation foncière qui unit beauté et bonté, je voudrais citer un passage de La Pensée et le Mouvant d'Henri Bergson qui nous frappe par sa simplicité : « C'est la grâce qui se lit à travers la beauté et c'est la bonté qui transparaît sous la grâce. Car la bonté, c'est la générosité infinie d'un principe (de vie) qui se donne. Ces deux sens du mot grâce n'en font qu'un.
Si nous voulons remonter jusqu'à la source de Bergson, nous pouvons encore nous référer à Plotin (Traité 38) qui, à la suite de Platon, distingue trois étapes de la montée de l'âme vers le Bien : l'âme commence par reconnaître la beauté des choses sensibles ; elle s'élève vers le monde des formes-esprit et elle cherche l'origine de leur beauté ; elle cherche à atteindre le Bien qui est beauté Sans-Forme au-dessus de la beauté formelle. Précisons qu'aux yeux de Plotin, la beauté est liée à l'amour. Celui-ci fait partie de la beauté et en constitue l'état suprême, puisque au-delà de toutes les formes que la beauté anime, ce que cet amour désire est la lumière invisible qui est à, la source de la beauté visible. C'est en ce sens qu'on peut entendre la phrase de Proust : « La beauté ne doit pas être aimée pour elle-même : car elle est le fruit de la collaboration entre l'amour des choses et la pensée religieuse"  François Cheng, Méditations sur la beauté
 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Prépa HEC
commenter cet article

commentaires

RODER Jean-Pierre 31/12/2013 14:15


Site? pourquoi pas 


   


 


 


J'ai apprécié cet article car il ouvre une réflexion sur l'existence des religions. En effet pour faire simple : la
perception de la beauté est une caractéristique de l'homme, homme en temps qu'être non fini issu d'une matière vivante qui a évolué; la perception de la beauté par ce dernier se trouve à la
naissance même de la beauté qui ne peut exister que grâce à l'homme et son regard. Le passage de l'animal à l'homme marque la naissance de la beauté quand ce dernier devient être capable de
percevoir la beauté, prendre du plaisir et d’être à même  de regarder le monde qui l'entoure avec bonté, accéder à la notion de bien et de mal.
Je pense qu'à ce stade la religion s'impose comme exutoire à la mort, l'homme en tant que société ne pouvant accepter une vie qui aurait un terme. Effectivement si la vie était considérée
comme finie ce serait la négation même de la vie et son inexistence; tout action et lien sociale n'aurait aucun sens et la société serait vouée à s'autodétruire et se serait autodétruite. A
partir de ce constat on comprend que s'est imposé à l'homme de créer dieu, dimension essentielle à la vie; ce n'est pas Dieu qui a créé l'homme mais l'homme qui a créé dieu,  la notion de dieu et par la  permettre la pérennité de l'existence de sociétés et de son existence. C’est sur ces bases que fonctionnent les religions
monothéistes et  notamment la religion catholique. Il serait intéressant et je n'ai pas les éléments, de regarder en intégrant cette réflexion, de quelle façon fonctionnent les
autres religions ?  


 


 

Romain 21/11/2008 19:56

Je pense que beauté et bonté ont une plus grande relation ( je pense que vous le savez certainemen plus que moi ^^ ).
En effet, déja que juge-t-on "bon" ? 1- ce qui nous plaît, ou bien ce que nous voudrions posseder. 2- l'acte idéaliste (héroique?) qui peut mener à la douleur. Auquel cas ce serait une "belle action" où nous jugeons l'acteur "bon" mais que nous même ne voudrions pas accomplir. Assez paradoxal quand on sait selon Kant qu'on ne peut parle de beauté véritable que quand on jouit d'une chose pour ce qu'elle est et non pour ce qu'elle pourrait être si on la possédait ( Beauté adhérente Vs beauté libre ).
 
Vous ne trouvez pas ?

laurence hansen-love 21/11/2008 20:56


Je ne suis pas d'accord..
 Tout d'abord le bon n'est pas ce qui nous plaît.. Ensuite le bon n'est pas toujours beau, commme l'explique Jankélévitch. Le bon peut être difficile, douloureux.. la conscience morale est
"mauvaise conscience".
 Mais aussi le beau n'est pas toujours bon. Souvent le beau rend fou, comme dans ce film, En cas de malheur, ou un avocat tombe amoureux de B. Bardot, ou dans La peau douce de Truffaut, ou
dans l'Ange bleu de J. Von Stenber ou tant d' autres histoires..


hugo 17/11/2008 21:56

hum hum...quel thème la beauté!Grâce à vous j'ai réussi à caser Nietzsche dans ma dernière dissert' "Y a-t-il une spécificité de la beauté artistique?", grand moment... Mais j'avais au moins une idée qui tenait la route :-D merci!

laurence hansen-love 18/11/2008 21:53


Vous n'aimez pas ce thème????