Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 20:59
Pour Luc Ferry, les expositions actuelles  mettent en perpective des oeuvres sublimes et leur contrefaçon ironique effectuée par Picasso. Démarche stérile  d'un point de vue artistique de son point  de vue.
 Déconstruire l'art est ici  un jeu, mais l'interêt esthétique  d'une telle rebellion  formelle reste à démontrer
Picasso démythifié

   On pourrait toutefois oberver  que l'art ne vise pas toujours la belle apparence.  Pour Niezsche,  l'artiste,en représentant l’existence,  même sur un mode ironique,  nous offre l'occasion d' en oublier l’âpreté. L’art est comme le bouffon, son insolence nous est nécessaire. Voire  même vitale :

 

 

 

           

(Maya à la poupée)


"
Si nous n’avions pas donné notre approbation aux arts et inventé cette espèce de culte du non-vrai : la compréhension de l’universalité du non-vrai et du mensonge que nous offrent à présent les sciences - la compréhension de l’illusion et de l’erreur comme condition de l’existence connaissante et percevante -, nous seraient totalement insupportables. La probité entraînerait le dégoût et le suicide. Mais aujourd’hui notre probité possède une contre-puissance qui nous aide à éluder de telles conséquences : l’art, entendu comme la bonne disposition envers l’apparence. Nous n’interdisons pas toujours à notre oeil d’arrondir, de parachever par l’imagination : et ce n’est plus alors l’éternelle imperfection que nous transportons sur le fleuve du devenir - nous pensons alors porter une déesse et nous accomplissons ce service avec de la fierté et une innocence enfantine. Comme phénomène esthétique, l’existence demeure toujours supportable, et l’art nous offre l’oeil, la main et surtout la bonne conscience qui nous donnent le pouvoir de faire de nous-mêmes un tel phénomène. Nous devons de temps en temps nous reposer de nous-mêmes en jetant d’en haut un regard sur nous-mêmes, et, avec un éloignement artistique en riant sur nous-mêmes ou en pleurant sur nous-mêmes; nous devons découvrir le héros et de même le bouffon qui se cachent dans notre passion de connaissance, nous devons quelquefois nous réjouir de notre folie pour pouvoir continuer à éprouver de la joie à notre sagesse ! Et c’est précisément parce que nous sommes en dernière instance des hommes lourds et sérieux, et plutôt des poids que des hommes, que rien ne nous fait tant de bien que le bonnet de bouffon : nous en avons besoin à l’égard de nous-mêmes - nous avons besoin de tout art insolent, planant dans les airs, dansant, moqueur, enfantin et bienheureux pour ne pas perdre cette liberté qui se tient au-dessus des choses que notre idéal exige de nous. Ce serait pour nous une rechute que de tomber, en raison précisément de notre probité susceptible, au beau milieu de la morale et par amour pour des exigences excessivement sévères que nous nous imposons à cet égard, de nous transformer en monstres et en épouvantails de vertu. Nous devons aussi pouvoir nous tenir au-dessus de la morale : et pas seulement nous tenir avec la raideur anxieuse de celui qui craint à chaque instant de glisser et de tomber, mais aussi planer et jouer au-dessus d’elle ! Comment pourrions-nous pour ce nous passer de l’art, tout comme du bouffon ?"

                        Le gai Savoir ( 1882-1887), § 107, trad. Patrick Wotling, G.F.,  2000, pp. 158-159.


Le génie de Picasso ne  peut-il nous délivrer   de  tout préjugé esthétique ou moral?
 Picasso a réalisé des oeuvres splendides selon des critères relativement  traditionnels. Il a été aussi  immoraliste intrépide  à ses heures : L'art immoral

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Culture générale
commenter cet article

commentaires

Le Veilleur 15/01/2009 17:31

Madame,l'art n'est pas plus  chargé de donner des leçons d'immoralité que de moralité. Nous savons bien que les grandes oeuvres universelles, qu'elles soient littéraires, picturales ou musicales, n'ont pas traversées les siècles pour des raisons de cet ordre mais en vertu de critères leur appartenant en propre. C'est à des critères d'ordre plastique que répondent les arts plastiques : c'est donc sur des critères d'ordre plastique que devrait être jugée la peinture de Picasso et non sur ses qualités de bouffon ou de pornographe.  Je ne sais pas ce que Nietzsche  aurait pensé des dons de  Picasso en ces matières mais, quoi qu'il en soit, ces "dons" ne  feraient pas de lui un grand peintre pour autant. Dans le fond, la véritable immoralité de Picasso, ce n'est pas de faires des dessins pornographiques mais d'en faire d'aussi mauvais (dans le genre, ceux de Rodin lui sont de beaucoup supérieurs) en voulant passer pour un dessinateur de génie.  Bref, si j'avais à qualifier Picasso, ce n'est pas le terme de bouffon que je choisirais d'abord, mais plutôt ceux de cynique et d'envieux.P.S. Je constate que vous n'avez pas publié le petit commentaire que j'avais laissé sur l'article "Picasso démythifié". Puis-je savoir pour quelle raison ?

laurence hansen-love 15/01/2009 20:46



Soit , vous avez peut-être raison... Picasso, pas si bon dessinateur?
 Je ne me souviens pas de votre prédent post. Je passe tous les messages s'ils ne sont pas orduriers etc... donc je ne comprends aps ce qu'il s'est passé...