Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 14:49

(Luigi Mosca est physicien nuclaire et engagé dans le mouvement de soutien du Quart-monde)

Démocratie - Éducation civique - Géopolitique

 

État des lieux et perspectives stratégiques

 

En moins d’un siècle (c’est à dire un battement d’ailes par rapport à l’histoire de l’Humanité !) dans de nombreux pays, notamment en Europe et en Amérique Latine, des dictatures, souvent atroces, ont cédé la place à des régimes démocratiques.

Naturellement nous ne pouvons que nous réjouir d’une telle évolution.

Cependant, si nous regardons cette réalité de plus près, nous sommes obligés de constater que ces régimes, bien que proclamés « démocratiques » sur le plan institutionnel, souvent, dans la pratique des différents gouvernements, sont loin de réaliser les valeurs de dignité, justice, liberté, égalité et fraternité sur lesquelles toute vraie démocratie devrait être fondée.

 

Une question vient alors forcement à l’esprit : pourquoi ce « déficit démocratique » dans des pays où les gouvernants, c’est à dire ceux qui ont le pouvoir politique, ont été choisis par la population à travers des élections, en principe, libres ?

Je crois que la réponse est dans le « déficit de formation » d’une majorité de citoyens, qui les rend  « manipulables » par des hommes (ou des femmes) politiques habiles et sans scrupules.

Je m’explique : quand quelqu'un veut être médecin, il doit d’abord suivre une formation adaptée, de même pour un ingénieur ou pour n’importe quelle autre profession : or la même exigence de formation s’impose pour pouvoir exercer correctement le « rôle de citoyen », faute de quoi une démocratie risque de rester une coquille vide !

 

Voilà donc une deuxième question : qui doit être le « formateur » ?  La réponse ici n’est pas facile puisque, si l’on admet que tous les citoyens sont égaux, qui a la compétence et l’autorité pour former d’autres citoyens ?

Je dirais que, au niveau des personnes adultes, une formation est cependant possible par des débats organisés avec des intervenants dont la compétence est largement reconnue dans leurs domaines spécifiques, mais où chacun garde son propre regard critique sur les conclusions à en tirer.

La situation est différente dans le cas des enfants où il y a clairement une responsabilité de formation de la part de leurs éducateurs : parents et écoles principalement.

En ce qui concerne l’école, l’Education civique devrait être à la fois une discipline fondamentale et « transversale » par rapport aux autres disciplines, enseignée depuis (au moins) la Maternelle, en continuant en Elémentaire (*) et au Collège (*). Au Lycée (ou cursus équivalents) (*) un enseignement de Géopolitique devrait s’ajouter, toujours avec un caractère fondamental. (La série de 4 textes « Le dessous des cartes » de Jean Christophe Victor, tirée de l’émission du même nom sur la chaîne « Arte », est à recommander très vivement à ce sujet).

Au delà de cette exigence essentielle au niveau de l’enseignement, il faut souligner qu’il n’y a rien de mieux que le bon exemple donné par les adultes pour faire passer ce type de messages. 

En ce qui concerne la Géopolitique, il y a trois sujets qui représentent les trois fléaux principaux dont souffre l’Humanité : la misère, la dégradation de l’environnement et les conflits dans le monde. Il existe, bien sur, beaucoup d’autres fléaux (la dénutrition, les épidémies, le chômage, le manque de logements, de scolarisation, la crise de l’eau et des sources d’énergie, etc.) mais qui sont plus ou moins liés aux trois précédents.

Or, tandis que pour la misère dans le monde et la dégradation de l’environnement (réchauffement climatique, réduction de la couche d’ozone, pollutions multiples, …) une prise de conscience globale, tant bien que mal, s’est produite, on ne peut pas dire de même du danger potentiel que représentent les conflits majeurs dans le monde, à commencer par leur conséquence la plus catastrophique, constituée par la dissémination (prolifération) des armes nucléaires (outre que chimiques, bactériologiques et classiques).

 

Or il existe bien un « Traité de Non Prolifération (TNP) » des armes nucléaires, mais celui-ci a déjà fait largement la preuve de son inefficacité (**), en dépit du grand nombre de pays qui l’ont signé progressivement (189 à ce jour). Cela ne devrait pas nous étonner puisque c’est à cause de son principe même, tel qu’il a été formulé, que ce traité ne peut pas fonctionner !!!

 

Le TNP vise, en principe, à réduire le risque que l'arme nucléaire se répand à travers le monde, et son application est garantie, toujours en principe, par l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA).

Dans le statut du TNP les États officiellement Dotés de l'Arme Nucléaire (EDAN) (les USA, l’Ex URSS, la Grand Bretagne, La France et la Chine) demandent aux États Non Dotés de l'Arme Nucléaire (ENDAN) de renoncer totalement et « sine die » à s’en doter et cela en contre partie d’un engagement  de la part des États EDAN à réduire partiellement leurs arsenaux d’armes nucléaires (ce qui ne change rien, dans la pratique, à leur pouvoir de destruction), à ne pas doter d’autres États de ce type d’armes, et d’aider les États ENDAN dans leur développement du Nucléaire Civil.

Or, il n’y a pas du tout de poids comparable entre l’engagement manifestement très partiel de la part des États EDAN et celui, absolu, qui est demandé aux États ENDAN !!!

 

Conclusion : un processus de désarmement nucléaire (qui est pourtant présent dans le TNP dans son principe : Article VI) ne peut se réaliser que s’il est TOTAL, s’appliquant donc également (et tout d’abord) aux pays qui possèdent déjà les armes nucléaires.

 

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

 

Et maintenant voici trois « métaphores » :

 

1) La condition actuelle de l’Humanité me fait penser à un train qui se dirige à rythme accéléré vers un ravin et dans lequel les passagers passent une grande partie de leur temps à se disputer ou à s’occuper de leurs affaires, alors que personne (ou presque) ne songe à arrêter le train ou du moins à le dévier vers une destination plus désirable !!!

 

2) En matière d’armement nucléaire, toute nouvelle arme fabriquée est nécessairement un « boomerang » ; autrement dit, l’époque où, suite à un conflit, il y avait un vainqueur et un vaincu est désormais révolue !

 

3) Face aux armes nucléaires, l’Humanité agit comme des enfants qui viennent de découvrir un dépôt de grenades et qui sont en train de jouer avec …

 

……. autrement dit : l’immaturité actuelle de l’Humanité à cet égard est immense !!!

 

                                             

 

Quelle stratégie pour éloigner « définitivement » le risque d’une guerre nucléaire ?

 

Schématiquement :

 

a) créer un mouvement d’opinion très favorable à une re-formulation (re-négociation)

     du Traité de Non Prolifération dans le sans d’un désarmement nucléaire TOTAL

     (par des campagnes de sensibilisation, à la fois auprès du grand public et auprès des

      décideurs : via les organismes et les associations (***), les média, etc)

 

b) en s’appuyant sur le mouvement d’opinion ainsi créé, exercer, principalement au sein de l’ONU, une pression sur les États EDAN pour qu’ils acceptent cette condition radicale dans la re-négociation pour un nouveau statut du TNP. Il s’agit, en d’autres termes, de stopper l’actuelle spirale d’escalade des armements (1400 milliards de dollars dépensés par an, dont la moitié aux USA, et en augmentation continue) et amorcer une spirale de désarmement, se référant à un calendrier crédible aboutissant à un désarmement nucléaire (et chimique et biologique) totale.

 

Une des conséquences importantes de ce processus de désarmement réel consisterait dans la possibilité de réinvestir ces sommes colossales, ainsi rendues disponibles, notamment dans des projets efficaces, voire décisifs, définis et développés en partenariat avec les populations du Tiers Monde et du Quart Monde.

                

Le « mot de la fin » :

Je crois profondément que la question qui doit nous guider dans nos démarches dans les domaines considérés dans cette note est la suivante :

« Quel est le monde que nous sommes en train de préparer et que donc nous allons laisser à nos enfants et plus généralement aux générations futures ?

NOTES :

 

(*) Ici les « dossiers pédagogiques » d’ATD - Quart Monde auraient toute leur place …

 

(**) En effet, lorsque le traité de non prolifération (TNP) a été signé initialement (en

      1968), il y avait dans le monde 5 pays doté d’armes nucléaires : USA, URSS,

      Grand Brétagne, France et Cine.

      Depuis lors, trois pays (Israël, l'Inde et le Pakistan), qui n’avaient pas voulu signer

      le TNP, ont développé des programmes d’armements nucléaires clandestins.

      D’autre part la Corée du Nord est sortie officiellement du TNP en 2003.

      En outre plusieurs pays, comme l’Algérie, l’Afrique du Sud, la Libye, l’Irak,

      la Biélorussie, le Brésil, le Kazakhstan, la Suède et l’Ukraine, ont développé plus

      au moins clandestinement des programmes nucléaires dans le passé.

      La situation de la Corée du Nord et de l’Iran sont actuellement « problématiques ».

      Plusieurs autres pays dans le monde sont en position de pouvoir démarrer des

      programmes d’armements nucléaires dans un futur prévisible.

      Or il existe bien un article (Article VI) dans le Statu du TNP qui prévoit

      une possibilité de négociation en vue d’aboutir à un désarmement total, mais ceci

      est resté manifestement un vœu pieu, dans les « placards » du TNP, sans

      aucune « feuille de route » crédible ni d’engagements contraignants et contrôlables.

 

 

 

(***) Greenpeace, Green-cross (Gorbachov), The « Bulletin of the Atomic Scientists »,

         Il Manifesto di Erice (Zichichi) Agosto 1982, Il giornale della Pace, Luciano Bozzo

         (Firenze : l’Università della Pace), l’UNICEF, l’ONU, …

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

--------------------------------------------

                                                   

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Mosca Luigi 21/01/2010 02:21



Malheureusement je n’étais pas réussi à saisir ce blog, que je viens de retrouver un peu par hasard. Ceci explique ma réaction très tardive
aux deux commentaires précédents.


Je crois qu’il y a là un malentendu, puisque c’est justement en vue d’essayer d’obtenir l’adhésion de TOUS les pays du monde
(indépendamment du fait qu’ils aient signé ou non le TNP) que je considère qu’il ne faut pas se limiter à avoir comme objectif la « non prolifération » mais qu’il faut avoir, dès le
départ, comme objectif le DESARMEMENT TOTAL, et cela à commencer par les premiers détenteurs de l’arme nucléaire (USA, Russie, etc). En effet ce qui pousse principalement d’autres pays à se doter
de l’arme nucléaire c’est justement le fait qu’il existe des pays qui déjà la possèdent !


Par conséquent c’est à ces pays qui déjà possèdent l’arme nucléaire que revient la très grave responsabilité de proposer un désarmement
total, qui va donc tout d’abord les concerner !!!


Cela évidemment n’est pas facile, mais c’est INDISPENSABLE si l’on veut éviter l’éclatement (tôt ou tard) d’une guerre aux conséquences
apocalyptiques !!!


C’est d’ailleurs le processus que Gorbachov avait essayé de lancer lorsqu’il était au pouvoir en URSS et qu’il continue de développer
notamment par son association « Green Cross International » …


C’est également, l’objectif que Barak Obama s’est donné et sur lequel il a insisté à plusieurs reprises : « un monde sans armes
nucléaires »


Encore un fois : c’est difficile, mais il n’y a pas le choix, puisque c’et indispensable !!!


Affaire à suivre donc ….


Luigi Mosca


(physicien en physique des particules élémentaires


et allié du Mouvement ATD-Quart Monde)



laurence hansen-love 21/01/2010 20:51


merci infiniment pour cette mise au point!


Cyprien 04/11/2008 16:09

L'auteur de ce texte me parait bien naïf sur les moyens à engager pour le désarmement nucléaire mondial.Comment faire accepter à des Etats signataires du TNP un désarmement nucléaire total tout en sachant que d'autres pays non signataires de ce traité ont développés ou développent des programmes d'armement nucléaire (je pense à l'Inde, au Pakistan, à l'Iran, la Corée du N...) ?

laurence hansen-love 05/11/2008 12:16


vous avez raison...