Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 15:37

Les peuples sauront-ils un jour s'accorder pour mettre un terme aux guerres? Pour cela, ils doivent renoncer
à l' "état de nature" qui règne encore actuellement entre les nations:

"Il en est des peuples, en tant qu'États, comme des individus: dans l'état de nature (c'est-à-dire dans l'indépendance de toute loi extérieure), leur seul voisinage est déjà un préjudice réciproque; et, pour garantir sa sûreté, chacun d'eux peut et doit exiger des autres qu'ils entrent avec lui dans une constitution analogue à la constitution civile, où les droits de chacun puissent être assurés. Ce serait là une fédération de peuples, qui ne formeraient pas cependant un seul et même État. Il y aurait en effet contradiction dans cette idée; car, comme chaque État suppose le rapport d'un supérieur (le législateur) à un inférieur (celui qui obéit, c'est-à-dire le peuple), plusieurs peuples réunis en un État ne formeraient plus qu'un peuple, ce qui est contraire à la supposition (puisque nous avons à considérer ici le droit des peuples entre eux, en tant qu'ils constituent autant d'États différents et ne devant pas se confondre en un seul et même État).
Si l'on ne peut voir sans un profond mépris les sauvages, dans leur amour d'une indépendance sans règle, aimer mieux se battre continuellement que se soumettre à une contrainte légale, constituée par euxmêmes, et préférer ainsi une folle liberté à une liberté raisonnable, et si l'on regarde cela comme de la barbarie, comme un manque de civilisation, comme une dégradation brutale de l'humanité; à combien plus forte raison des peuples civilisés (dont chacun forme un État constitué) ne devraient-ils pas se hâter de sortir d'une situation si dégradante? Loin de là, chaque État fait justement consister sa majesté (car il est absurde de parler de la majesté populaire) à ne se soumettre à aucune contrainte légale extérieure, et le souverain met sa gloire à pouvoir disposer, sans avoir lui-même aucun péril à courir, de plusieurs milliers d'hommes qui se laissent sacrifier à une cause qui ne les concerne pas [...]".

Emmanuel Kant, Projet de paix perpétuelle (1795), trad. J. Barni revue par A. Lagarde, Éd. Hatier, 1988, p. 36.

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Maxime 15/04/2009 13:30

laurence hansen-love 15/04/2009 17:06


??
 maxime?
 Pourriez-vous me renvoyer votre question?


Cécile 15/11/2008 20:37

Oups !la formulation correcte est : " faut-il proteger les créations culturelles?"C.bv

laurence hansen-love 15/11/2008 21:16


C'est bien ce que j'avais lu...


Cécile 15/11/2008 20:21

Bonjour Mme Hansen Love,Conseils à ceux qui préparent le concours -Comme l'an dernier, les sujets s'incrivent totalement ds l'atualité. ils en deviennent dc faussement familliers : attention aux banalités dans la copie....-Il faut avoir une solide connaissance classique en philo: ce site est génial pour ça. ça permet de donner de la valeur à une  simple culture d'actualité...-Ne cherchez pas des bouquins qui se voudraient exhaustifs: c'est impossible...Sujet J'ai un nouveau sujet de dissertation, et j'aimerais votre éclairage. " Faut-il protéger les créations culturelles?"Bon, un plan THese/antithèse n'aurait aucun sens ( on ne peut pas soutenir qu'il faille détruire les oeuvres culturelles . . ). Mais comme le plan doit comporter obligatoirement deux parties, je sèche un peu......Selon vous, on ne parle pas ici que ds oeuvres d'art, mais aussi des valeurs, coutumes, écrits qui peuvent fonder une culture, une civilisation?  MerciCécile.bv

laurence hansen-love 15/11/2008 21:15


OUi, évidemment un plan en deux parties n'implique pas d'antithèse.
Je crois qu'à Sciences-po on fait des plans en deux parties divisées en deux ou trois?

 Donc :
1) Oui pour telle et telle raison : les oeuvres culturelles sont des oeuvres de l'Espit (Hegel) ou Arendt : elles rendent le monde habitable . Mais les protéger de quoi, et contre qui?

Mais...
 Plusieurs options 
 - Pas si c'est au prix de vies humaines(cf Finkielkraut  dans La défaite de la pensée, le dilemme de la paire de bottes en échange de tout Shakespeare), pas à n'importe quel prix

Autre option; comment délimiter les oeuvres culturelles? Qui et comment en reconnait-on la valeur?
Ou encore : cela veut dire quoi si les oeuvres culturelles sont des idéalités, comme un poéme ou une partition?
 Ou encore : seules les oeuvres universelles? Non sans doute.. Alors tout ???


cigalette 15/11/2008 19:37

Bon week-end !*Que peut la philosophie...pour adoucir la peine des parents et amis deSarah Corrie ?(article du jour)Morte pour la paix...*Cordialement

Florence SIS 15/11/2008 13:30

Heureuse de constater que nous écoutions France Culture en même temps. Peut-être même en prenant le petit-déjeuner.Hier, en ville, écoutant un groupe de jeunes garçons et filles prêt à refaire le monde différemment, je ne pus m'empêcher de songer que la guerre leur irait bien, ne sachant trop vers où ils pourraient aller, ils iraient n'importe où. Et puis aussi que la guerre va bien à l'agitation. Et encore que si Kouchner avait eu la bonne idée de ne pas développer sur le registre de la guerre, nous n'en serions peut-être pas à évoquer l'éventualité.Peut-être, et j'en termine, que la guerre habille bien certains hommes politiques, quoi qu'ils s'en défendent.