Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 16:41

( Les hommes confondent le plus souvent la liberté et  l'absence de contraintes .La réalité est cependant bien différente. Car la liberté n'est en aucun cas le  pouvoir, pour chacun, de faire tout ce qu'il veut)

 Chapitre II Diverses significations données au mot de liberté
  Il n'y a point de mot qui ait reçu plus de différentes significations,  et qui ait frappé les esprits de tant de manières, que celui de liberté. Les uns l'ont pris pour la facilité de déposer celui à qui ils avaient donné un pouvoir tyrannique ; les autres, pour la faculté d'élire celui à qui ils devaient obéir ; d'autres, pour le droit d'être armés, et de pouvoir exercer la violence ; ceux-ci pour le privilège de n'être gouvernés que par un homme de leur nation, ou par leurs propres lois. Certain peuple a longtemps pris la liberté pour l'usage de porter une longue barbe. Ceux-ci ont attaché ce nom à une forme de gouvernement, et en ont exclu les autres. Ceux qui avaient goûté du gouvernement républicain l'ont mise dans ce gouvernement ; ceux qui avaient joui du gouvernement monarchique l'ont placée dans la monarchie. Enfin chacun a appelé liberté le gouvernement qui était conforme à ses coutumes ou à ses inclinations ; et comme dans une république on n'a pas toujours devant les yeux, et d'une manière si présente, les instruments des maux dont on se plaint ; et que même les lois paraissent y parler plus, et les exécuteurs de la loi y parler moins ; on la place ordinairement dans les républiques, et on l'a exclue des monarchies. Enfin, comme dans les démocraties le peuple paraît à peu près faire ce qu'il veut, on a mis la liberté dans ces sortes de gouvernements ; et on a confondu le pouvoir du peuple avec la liberté du peuple.

 Chapitre III Ce que c'est que la liberté
Il est vrai que dans les démocraties le peuple paraît faire ce qu'il veut ; mais la liberté politique ne consiste point à faire ce que l'on veut. Dans un Etat, c'est-à-dire dans une société où il y a des lois, la liberté ne peut consister qu'à vouloir faire ce que l'on doit vouloir, et à n'être pas contraint de faire ce que l'on ne doit pas vouloir.
Il faut se mettre dans l'esprit ce que c'est que l'indépendance, et ce que c'est que la liberté. La liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent ; et si un citoyen pouvait faire ce qu'elles défendent, il n'aurait plus de liberté, parce que les autres auraient tout de même ce pouvoir. "
Montesquieu
L'Esprit des Lois (1748) Livre X1, chapitres  2 et 3 
Pp 394-395
Bibliothèque de la Pléiade 1970
(Ou  Tome 1, pp 291-292 en GF )

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

vincent 03/11/2009 14:36


si je devais faire une dissertation suite à son texte avec pour question: en quoi les lois sont-elles nécessaires à la liberté?
comment je devrait mi prendre? quelles seraient les grands points indispensables?


laurence hansen-love 04/11/2009 11:27


Vous avez cet exercice à faire?
 Demandez vous quels sont les  différents sens du mot "liberté" et les différents sens du mot "loi". Allez chercher sur le blog tout ce qui a trait à cela, notamment le fiche sur la
liberté.
 Vous trouverez aussi chez Rousseau et Kant des idées voisines, qui vous aiderons à développer.


zorba 19/11/2008 10:52

Tout dépend en réalité de ce que l'on introduit dans la notion de liberté et qui s'apparente à un jeu noétique. Votre citation de Lacordaire met justement ce paradoxe en évidence, c'est la loi, c'est à dire la limite aux libertés, qui permet d'exercer une part de liberté et poussant le bouchon plus loin, on peut dire que l'excès de loi tue la liberté. La liberté pure opprime selon lui, et j'en suis bien d'accord.Dommage que l'échange dans cette catégorie commentaire limite l'argumentaire mais je maintiens la thèse que rien n'est libre dans l'univers, pas même les électrons (et pas plus la pensée qu'autre chose), tout est question de "déterminisme probabiliste".Amitié et surtout respect

ZORBA 18/11/2008 12:29

Pas de liberté sans loi, sous-entend sans restriction de liberté. Paradoxe insondable.En réalité, dans le régime idéal de liberté, nous resterons aliénés à nous-mêmes, insurpassablement.Je suis l'heureux détenteur de votre Philosophie de A à Z qui est mon livre de chevet en cas de difficulté.

laurence hansen-love 18/11/2008 22:01


Mais non, Zorba. La liberté n'existe que par les contraintes.
La liberté sans limite est une fiction:

" Entre le fort et le faible,c'est la loi qui libère et la liberté qui opprime" (Lacordaire)


thomas 17/11/2008 23:02

Ce que je comprends de ce texte : le pouvoir du peuple est de créer une cité politique autrement dit un gouvernement. pour que ce dernier edicte des lois, d'ou decoulerait la liberté "citoyenne"/"politique", celle de faire ce que l'on veut dans un cadre légal?y-aurait-il alors différent degré de liberté ou diverses libertés ?enfin Montesqieu semble opposer indépendance et liberté ? pourquoi?En vous remerciant 

laurence hansen-love 18/11/2008 21:54


L'opposition entre indépendance et la liberté est fondamentale pour tous les classiques. Voyez le fameux texte de Rousseau: il n'y a pas de liberté sans loi. Vous le trouverez sur mes blogs...


clara 16/11/2008 17:14

il n'y a donc de liberté qu'à partir du moment où il existe des règles, des interdictions, mais je ne comprend pas la derniere phrase "parceque les autres auraient tout de meme ce pouvoir".

laurence hansen-love 16/11/2008 17:53


"tout de même" signifie eux ici :" de la même manière". Si tout le monde peut faire tout ce qu'il veut, il n'y a plus aucune liberté pour personne.
 Rousseau dira la même chose dans un texte non moins fameux (pas de liberté sans loi) qui inspirera la Déclaration des droits de l'homme de 1789