Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 14:22

Pierre Manent montre ici que le libéralisme n'est , au départ, ni narturel, ni social, ni politique!

 

"Une des « idées » principales du libéralisme. on le sait, c'est celle de l'« individu », non pas l'individu comme cet être de chair et d'os, non pas comme Pierre distinct de Paul, mais comme cet être qui, parce qu'il est homme, est naturellement titulaire de « droits » dont on peut dresser la liste, droits qui lui sont attachés indépendamment de sa fonction ou de sa place dans la société, et qui le font l'égal de tout autre homme. Aussi familière, ou allant de soi, que cette idée nous apparaisse, un moment d'attention nous convainc qu'en vérité elle devrait nous saisir par son étrangeté. Comment attacher les droits à l'individu en tant qu'individu, puisque le droit règle les relations entre plusieurs individus, puisque l'idée même du droit présuppose une communauté ou une société déjà instituée? Comment fonder la légitimité politique sur les droits de l'individu, puisque celui-ci n'existe jamais comme tel, que dans son existence sociale et politique, il est toujours nécessairement lié à d'autres individus, à une famille, à une classe, à une profession, à une nation? Or, il n'est pas douteux que c'est bien sur cette idée si évidemment « asociale » et « apolitique » que le corps politique libéral a été progressivement construit .Qu'est-ce qu'une élection au suffrage universel en effet, sinon ce moment où chacun se dépouille de ses caractéristiques sociales ou naturelles - revenus, profession, sexe même -, pour n'être plus qu'un « simple individu », où le corps politique se décompose pacifiquement, se fait "état de nature » pour se reconstruire aussitôt à nouveaux frais? Il n'est pas douteux non plus que cet être si évidemment « imaginaire » a tendu de plus en plus à devenir réalité et expérience : les habitants de nos régimes sont devenus de plus en plus autonomes, de plus en plus égaux, se sont sentis de moins en moins définis par leur appartenance familiale ou sociale".

 Histoire intellectuelle du libéralisme,( pp 9 et 10)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Mathilde 11/01/2009 10:30

Bonjour, Tout d'abord merci pour cette sélection de textes qui orientent de manière très utiles nos révisions :) J'ai beaucoup de mal à comprendre ce texte de Pierre Manent... Pourriez vous m'éclairer ?

laurence hansen-love 11/01/2009 21:54


Manent montre l'étrangeté de la thèse libérale. Car l'individu, au départ est une fiction,  et , en plus une entité ni sociale ni politique. On ne fabrique pas la société à partir d'individus;
dans les faits, c'est la société qui précède l'individu, comme le pensait Aristote.

 Cependant, ce qui était une fiction est devenu progressivement une  réalité . C'est ce que dit la dernière phrase. L'individu autonome a fini par voir le jour dans nos sociétés
éclairées, laïques  : libérales !...

 Ce qui est étrange c'est la théorie libérale, dans son point de départ....