Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 14:23

Voici la conclusion d'un texte que j'ai écrit en 1994 à propos de la guerre en ex-yougoslavie et en particulier à propos de ce que l'on appelle pudiquement les "nettoyages ethniques" - voir ce quei se passe aujourd'hui encore  au Congo :

 

On pourrait se demander comment des hommes éduqués et éclairés peuvent, deux siècles après la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, traiter d'autres hommes comme des colonies de fourmis[...] (rapport Mazowiecki, 17 novembre 1993), d'en forcer un qui va mourir à manger de l'herbe (rapport du 10 février 1993, § 78), de décapiter des enfants (rapport du 3 mai 1993, § 22) ?
Comment peut-on être inhumain au point de « faire un carton » sur un enfant assis dans sa poussette (rapport. du 17 novembre 1993, § 92) ? La réponse à de telles questions peut être cherchée dans certains textes nazis, comme celui-ci par exemple : « Avec les trichines et les bacilles, on ne négocie pas, et ni les trichines ni les bacilles ne sont susceptibles d'être éduqués ; on les extermine aussi rapidement et aussi complètement que possible »  (1 L'« autre » n'a donc de l'homme que l'apparence : pour le raciste « moderne », dont l'archétype est fourni par le théoricien nazi, l'autre n'est pas un sous-homme : ce n'est pas un homme du tout (2 !
Le racisme - ou ethnicisme - qui prospère actuellement n'a plus grand-chose à voir avec le « racisme » prémoderne (avant le XVII e siècle). Celui-ci reposait sur la croyance sinon naturelle, du moins universelle, en une double hiérarchie : hiérarchie intrinsèque propre à chaque communauté (opposant les hommes à part entière et les autres, comme c'est encore le cas en Inde, les maîtres et les esclaves, les aristocrates et la plèbe, les hommes et les femmes, et ainsi de suite...) et hiérarchie extrinsèque (les Grecs,par exemple, et les
autres, les barbares...). Mais aujourd'hui nous savons - les nazis non plus ne pouvaient. pas l'ignorer - qu'il n' y a pas de degrés dans l'humanité. Le postulat de l'égalité de statut de tous les hommes serait donc - très paradoxalement - la cause des formes les plus  paranoïaques du racisme (ou ethnicisme) contemporain. Celui-ci pourrait être interprété comme une réaction pathologique délirante consécutive à l'effondrement des représentations « holistes » des sociétés (3.. Car ce qui heurte profondément la conscience vacillante de l'homme « moderne », c'est l'idée que l'autre n'est pas inhumain dans un monde où le sous-homme n'a plus sa place (4. Si cette hypothèse est exacte, les actes les plus insensés peuvent comporter une nouvelle signification : déshumaniser l'autre correspond bien à un programme dont l'ambition est de confirmer la thèse (absurde !) de la non-appartenance de l'autre à l'humanité. En outre, le rationalité la plus poussée (logistique militaire, propagande outrancièrement médiatisée, théorisation...) est mise au service de l'irrationalité la plus radicale, et ceci, on peut le constater, simultanément aux quatre coins de la planète.
La prédiction alarmante de Freud n'a donc pas été démentie : les « progrès » de la civilisation ne s'accompagnent pas automatiquement d'un adoucissement des moeurs, et l'après-guerre-froide - la recomposition du monde qui en résulte - est lourde des pires menaces. Si le nettoyage ethnique devient un mal planétaire, les anthropologues devront essayer d'éclairer le phénomène. Mais il appartiendra aux hommes politiques de prendre leurs responsabilités, et aux procureurs d'instruire le procès des criminels. Quant aux citoyens que nous sommes, il faudra bien un jour cesser de nous voiler la face. La démission de l'ONU, l'indifférence générale et le mépris ne sont pas des réponses adéquates face à des phénomènes d'une telle ampleur et d'une telle gravité.
Laurence Hansen-Löve Revue Esprit,  Août 1994, Penser la guerre totale. Lecture des rapports Mazowecki

 

 (1 Paul de Lagarde, cité par A. Mayer, La « Solution Finale » dans l'histoire.

(2  « Les Tutsi sont des cancrelats », proclame la radio des Mille Collines,J.P. Chrétien Info-matin,
(3  Cf. également ce texte de l'office central du Reichsführer SS : « le sous-homme... créature qui paraît être de la même espèce humaine en est pourtant une tout autre, une créature horrible, une ébauche d'homme... L'homme devint proche de Dieu ! Mais le sous-homme vivait aussi... Il haïssait l'oeuvre de l'autre. Il s'associa avec ses semblables. La bête appela la bête » (cité par P.-A. Taguieff, la Force du préjugé,, p. 175).
(4 Telle est la thèse de Louis Dumont, dans Homo hierarchicus,  Editions Tel, p. 31.

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires