Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 15:13

 

 Commençons par donner au mot « guerre » une signification précise, nous dit ici Rousseau. On trouvera ici les éléments permettant de distinguer (aujourd’hui) guerre et terrorisme . Notez aussi que pour Rouuseau , la guerre n’autorise pas tout. Il évoque ici ce que l’on  nommera plus tard des « crime de guerre » :

 

 

 « Les combats particuliers, les duels, les rencontres sont des actes qui ne constituent point un état; et à l'égard des guerres privées, autorisées par les établissements de Louis IX roi de France et suspendues par la paix de Dieu, ce sont des abus du gouvernement féodal, système absurde s'il en fut jamais, contraire aux principes du droit naturel, et à toute bonne politie (1.

 

La guerre n'est donc point une relation d'homme à homme, mais une relation d'État à État, dans laquelle les particuliers ne sont ennemis qu'accidentellement, non point comme hommes ni même comme citoyens', mais comme soldats; non point comme membres de la patrie, mais comme ses défenseurs. Enfin chaque État ne peut avoir pour ennemis que d'autres États et non pas des hommes, attendu qu'entre choses de diverses natures on ne peut fixer aucun vrai rapport.

Ce principe est même conforme aux maximes établies de tous les temps et à la pratique constante de tous les peuples  policés. Les déclarations de guerre sont moins des avertissements aux puissances qu'à leurs sujets. L'étranger, soit roi, soit particulier, soit peuple, qui vole, tue ou détient les sujets sans déclarer la guerre au prince, n'est pas un ennemi, c'est un brigand. Même en pleine guerre un prince juste s'empare bien

en pays ennemi de tout ce qui appartient au public, mais il respecte la personne et les biens des particuliers; il respecte des droits sur lesquels sont fondés les siens. La fin de la guerre étant la destruction de l'État ennemi, on a droit d'en tuer les défenseurs tant qu'ils ont les armes à la main; mais sitôt qu'ils les posent et se rendent, cessant d'être ennemis ou instruments de l'ennemi, ils redeviennent simplement hommes et l'on n'a plus de droit sur leur vie. Quelquefois on peut tuer l'État sans tuer un seul de ses membres : or la guerre ne donne aucun droit qui ne soit nécessaire à sa fin. Ces principes ne sont pas ceux de Grotius ; ils ne sont pas fondés sur des autorités de poètes, mais ils dérivent de la nature des choses, et sont fondés sur la raison ». Du contrat social, 1, chapitre 4.

 

 

 

1) Policie : organisation politique d’un peuple

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

flo 27/06/2009 16:52

Solution pour éradiquez la guerre : éradiquez les Etats.....

laurence hansen-love 29/06/2009 10:50


Attention Flo, vous avez tout faux.
 d'abord , rayez ce vilain mot de votre vocabulaire. Eradiquer cela veut dire arracher les racines. Pour arracher les racines de la guerre, il faut exterminer les hommes.
 Ensuite seuls les Etats protègent les hommes de leur propre violence. La seule solution est au contraire celle de Kant. Vous devriez lire mon texe "L'Etat: en faut-il plus en faut-il moins?"
dans mon livre "La philo en dix lecçons"


Add 21/01/2009 22:24

Bonjour!J'ai découvert votre blog aujourd'hui et je dois avouer que je suis très agréablement surpris de toute la richesse de son contenu qui m'est très précieux. Je tenais à vous remercier de votre aide.Je voulais savoir si en suivant la logique de Rousseau il est juste de considèrer les prisonniers de guerre comme des victimes de "brigands"? (Si je me rend je redeviens citoyen et l'armée adversaire n'a donc nul droit de me prendre ma liberté?)

laurence hansen-love 23/01/2009 14:26


Je ne comprends pas, mais alors pas du tout votre question...
 Le "brigand" c'est celui qui attaque les citoyens d'un Etat sans avoir déclaré la guerre à cet Etat (c'est le "terroriste" qui est un criminel et non pas un guerrier).
 Le prisonnier de la  guerre , à l'opposé, est un simple citoyen dont on doit respecter les droits puisque il n'est plus un ennemi...
Tel est le sens des lois de la guerre  (conventions de Genève)  conformes aux principes énoncés ici par Rousseau
 (en quoi les prisonniers de guerre seraient-ils victimes de brigands??????????)


merwan 04/01/2009 17:02

Je ne saisis pas très bien ce que vous avez dit en réponse au commentaire "il n'y a pas de guerre à l'état de nature" cela veut dire que les hommes ne se font pas la guerre entre eux ? Que seuls les Etats se font la guerre?

laurence hansen-love 05/01/2009 21:45


Oui en effet. Les hommes se battent, ils  s'entretuent. Il ne sagit pas de guerre. Si votre voisin vous démolit votre maison ce n'est pas la guerre.
 La guerre cela signifie : un conflit entre Etats. Des insitutions donc.
 A l'état de nature, il n'y a pas de guerre, mais  des bagarres.


Shin 02/01/2009 00:08

Bonsoir,Je souhaite une excellente année et une longue vie dans la blogosphère à tous les membres de ma communauté cinéphile !Amicalement,Shin.

laurence hansen-love 02/01/2009 15:43


merci Shin , bonne année à vous, et à bientôt!


antoine 30/12/2008 17:28

Bonjour,Je ne comprend pas pourquoi Rousseau définit la guerre comme relation d'Etat à Etat, les conflits de type religieu par exemple ne sont pas des guerres?Et Rousseau détermine les limites à la guerre :"  on a droit d'en tuer les défenseurs tant qu'ils ont les armes à la main; mais sitôt qu'ils les posent et se rendent, cessant d'être ennemis ou instruments de l'ennemi, ils redeviennent simplement hommes et l'on n'a plus de droit sur leur vie." Une guerre conforme à ces "règles" est une guerre juste?

laurence hansen-love 30/12/2008 20:43


Un conflit n'est pas une guerre. C'est une question de définition. Aujourd'hui on emploie le mot guerre à tout propos, et, de plus, les guerres actuelles sont souvent très peu délimitées (exemple:
la guerre du gouvernement italien contre la Mafia).
 L'important, pour Rousseau, et pour les classiques, c'est de dire: la guerre concerne les Etats; les individus sont enrôlés malgré eux.
 Ce sont les Etats qui sont ennemis; pas les hommes ..
La situation est donc totalement différente de ce qui peut se passer entre groupes (bandes, gangs ..) à l'intérieur d'une société. La logique est différente, les explications sont
différentes.
 C'est pourquoi aussi il n'est pas correct de dire que l'état de nature " c'est la guerre de tous contre tous"... Il n'y a pas de guerre à l'état de nature!
 Pour vous, si vous avez une question là dessus à IEP, il est capital de ne pas faire ce type de confusions.
 Quant à votre seconde question: non! Il ne s'agit pas ici de guerre juste!
 Mais il faut savoir qu'il il ya des règles de la guerre. Quand on ne s'y conforme pas on commet des crimes de guerres (exemple: viols des femmes)