Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 15:19

La guerre peut être nécessaire. Oui, mais à quel prix?
Karl Jaspers pose ici le problème de ce qu'il nomme les "situations limites". Mieux vaudrait ne pas en venir là...

"A l'ombre de la bombe atomique le danger grandit : la puissance du totalitarisme pourrait priver le monde de la liberté. Dans une guerre menée avec de grandes armées et l'armement classique, avec tous les moyens techniques connus, mais sans la bombe atomique, les Puissances totalitaires seraient aujourd'hui les plus fortes. C'est pourquoi, dans une guerre de ce genre, les Etats libres se trouveraient un jour devant l'alternative suivante : employer la bombe atomique ou accepter le totalitarisme. Risquer la destruction de l'humanité ou renoncer à la liberté. Quand toutes les chances auront été manquées : la suppression de la bombe atomique avec un contrôle réciproque ; la protection du monde libre par l'armement classique, impliquant de la part des peuples un sacrifice constant, sous forme d'instruction militaire et d'effort économique, pour leur préparation à la guerre ; quand on aura échoué aussi dans la tentative d'organiser politiquement, de façon sûre, la solidarité absolue (les États libres, - alors le moment peut venir, et il viendra sans doute subitement, où des hommes, se trouvant alors détenir le pouvoir par la force des circonstances et du mécanisme de l'ascension politique, auront à décider si oui ou non il faut employer la bombe atomique. Il serait alors trop tard pour envisager d'autres possibilités.
Certes, tout le monde est d'accord : la bombe atomique doit disparaître. On n'est plus d'accord lorsque la question suivante, rarement discutée, est posée : que devrions-nous faire s'il s'agissait de la vie ou de la mort de la liberté ? La bombe atomique, une fois utilisée, détruirait probablement (puisque employée massivement), quoique pas certainement, toute vie sur la terre. Etre privé de la liberté par le totalitarisme rendrait la vie sans valeur, bien qu'il ne soit pas certain que le totalitarisme durerait toujours. Donc, en face de la menace par la bombe atomique qui risque de détruire toute vie sur la terre se dresse la menace de la destruction de toute liberté par le totalitarisme. Le moment de prendre une décision gigantesque peut se présenter. Personne ne peut le prévoir. Mais l'examen

de ce cas de conscience est justifié : il ne faut pas que nous soyons acculés en aveugles à un tel choix. La réflexion qui anticipe sur des situations possibles peut avoir des conséquences pour la décision elle-même. On saura au moins quel est l'enjeu. Les assurances déloyales, dispensant un apaisement trompeur, sont démasquées. La « situation limite" se révèle dans toute sa rigueur irréductiblement inscrite dans une réalité défiant toute pensée finie. Même les impulsions nécessaires à la politique d'aujourd'hui s'en trouvent stimulées. En quoi peut-on avoir encore confiance ?"
 
La bombe atomique et l'avenir de l'homme (1958)

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires