Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 08:07
Je suis curieuse de connaître votre opinion à propos de la loi  Internet Hadopi.
 A propos du libéralisme et de l'exception culturelle (qui impose une limite au marché), j'ai recopié pour vous cet éditorial de Denis Olivennes (Nouvel Observateur)


DU 16 AU 22 AVRIL 2009

Blum, réveille-toi !

 

"Drôle de victoire ! Vingt et un députés socialistes se congratulant après le rejet de la loi internet !Ils ne réalisent donc pas qu'en défendant le piratage ils se font les avocats du capitalisme sauvage...

Libertaire, le piratage ? Un espace d'échange libre et non marchand ? La vérité, c'est qu'il est libéral. Et même ultralibéral. C'est le sacre de la déréglementation. Des multinationales des télécommunications, pourtant riches à milliards, pillent les catalogues de cinéma et de musique pour stimuler la vente de leurs abonnements internet. Sans payer les artistes ! La {< subvention » accordée bien involontairement par le cinéma et la musique aux fournisseurs d'accès représenterait plus de 500 millions d'euros par an !

Or voici la gauche en tête de la croisade pour défendre la liberté du renard télécoms dans le poulailler du cinéma et de la musique. Absurde ! C'est la gauche, avec Léon Blum en 1946, qui a inventé « l'exception culturelle ». C'était le refus de livrer les biens culturels aux seules lois du marché. La sauvegarde de la création et de la diversité artistique est à ce prix. C'est Malraux puis Lang qui ont fortifié cet édifice sans exemple dans le monde. Voilà pourquoi nous sommes le seul pays, en dehors des Etats-Unis, à avoir une musique et un cinéma vivants. Et c'est la gauche qui propose de faire sauter la digue ? « Entre le faible et le fort, c'est la liberté qui opprime et la loi qui protège »,

disait Lacordaire. Etrange situation française, où la gauche défend la liberté qui opprime et Nicolas Sarkozy, la loi qui protège".

DENIS OLIVENNES

 


Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

battibol 23/07/2009 04:40

Denis Olivennes encore un de nos grands intellectuels français à mettre entre BHL et Finkelkraut. La France a créé l'exception culturel, Lang a règlementé le prix et bien règlementons les prix des DVD et des CD ! 

vacher 02/07/2009 22:02

Je m'exprime un peu tard sur cette article mas je n'avais pas vu qu'une telle polémique c'était mise en marche!Quand je vois le nombre de personnes qui soutiennent la gauche quand au refus de la loi HADOPI je n'arrive pas à comprendre. On dit souvent de la droite et du sénat(qu'on assimile malheureusement à ce parti par sa moyenne d'âge) qu'il sont conservateurs, mais pourtant ce n'est pas ce que je vois ici. C'est comme si la droite voulait faire avancer les choses et la gauche camper sur ces acquis (pour mettre des batôns dans les roues ou par simple conservatisme?). Cette loi est juste! Les arguments employés contre elles sont très creux excusez moi; "ha mais si j'invite quelqu'un chez moi et qu'il télécharge cela va retomber sur moi" entendre une telle chose fait peur! Et même si le téléchargement n'empêche pas aux artistes de vivre cela est loin d'être juste! C'est comme si personne ne voulait assumer ses actes et admettre qu'il pille le travail des artistes!Pour finir Raphaël depuis quand est-il impossible d'être de gauche tout en étant ami de Sarkozy? Denis Olivennes fait une analyse très pertinente ici et comme Eric Besson, peut-être que lui aussi voit dans le partie de gauche des gens qui rament et qui ne font que critiquer par plaisir car sans arguments fondés! A quand la fin de ce clivage gauche/droite qui ne fait que nuire à l'avancée politique depuis bien trop longtemps?!

laurence hansen-love 04/07/2009 10:20


Sur Hadopi, j'ai discuté avec une amie magistrate qui dit que juridiquement, c'était indéfendable...on n'a pas trouvé la bonne solution pour le moment..


Raphaël.F 28/04/2009 17:38

Certes, mais vos ouvrages sont aussi disponibles pour les personnes voyantes. Or, il n'y a pas d'équivalent pour le téléchargement légal de musique: tout est en braille si l'on peut dire (DRM).Apprécieriez-vous que seules les personnes non-voyantes aient accès à vos oeuvres ? Non. Et bien les artistes non plus. Les majors ont tort et tentent de ne pas perdre la face avec cette loi, mais le meilleur argument des anti-HADOPI est sans conteste leur attitude de girouette (dévellopement de licences globales privées comme je vous l'ai déjà dit).

Raphaël.F 27/04/2009 21:05

Exactement: il faut que les majors proposent un nouveau modèle économique, si elles ne veulent pas disparaître au profit des productions collectives (Jamendo est un exemple intéressant). Quant aux artistes, on recense nombre d'alternatives: licence globale (les majors appliquent paradoxalement ce qu'ils ont refusé, regardez leurs abonnements c'est le principe de la licence globale appliquée, malgré leurs veines arguties en 2006 avec DADVS), publicité sur le streaming (deezer, jiwa ...).Ces mesures qui devaient permettre le dévellopement de la culture ont toutes été rejetées de la loi: ainsi l'interopérabilité devait être obligatoire, afin qu'une personne ayant achetée légalement sa musique puisse la lire légalement.Mme Hansen-Love: est-ce que vous accepteriez que vos livres soient écris en braille ? C'est la triste réalité de la musique légale sur Internet.

laurence hansen-love 28/04/2009 17:14


je ne comprends pas . Je n'ai rien du tout contre le braille, et d'ailleurs mes ouvrages sont accessibles en braille, de fait...


Raphaël.F 27/04/2009 19:23

Précision non sans importance: ce cher M. Olivennes est l'ex-PDG de la FNAC, certes à gauche mais aussi ami personnel de M. Sarkozy. Le coeur à gauche, le portefeuille à droite semble-t-il.Il est pertinent de mettre en parallèle l'affaire The Pirate Bay: un scandale vient en effet d'éclater en Suède car les administrateurs d'un site pirate ont écopés de prison ferme suite à la sentence aveugle d'un juge, qui, surprise! est membre de nombreux lobbys pro-copyright. Quand le juge est aussi parti prenante, n'y-a-t-il pas un éloquent déni de justice, Mme Hansen-Love ?