Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 13:29
J'ai beaucoup aimé les propos au Club de l'économie de Marc de Scitivaux   ("Carnets verts de l'économie"-je ne le connaissais pas jusquà aujourd'hui) sur deux points :
1)  Le déficit public de la France. Son pronostic "il n'y a pas le moindre  espoir, la situation ne peut que se détériorer".
En effet seule une croissance forte pourait nous aider à redresser les finances publiques. Celle-ci est exclue. On ne peut plus augmenter les impôts, car on a déjà le plus fort taux de prélèvement d'Europe (du monde?). Donc ce qu'il faudrait faire: travailer 42h, porter l'âge de la retraitre à 70 ans,  supprimer 20% de fonctionnaires.. etc.. Donc cela ne se produira pas. Car aucun homme politique ne sera élu sur un tel programme ...
Le pire est évité aujourd'hui grâce à l'Europe et à l'Euro (taux d'intérêt bas)
2) En ce qui concerne les excès du capitalisme, il dit: ce qu'il faut incriminer, ce n'est pas le système, mais le bon père de famille qui s'imagine augmenter ses revenus en jouant à la bourse, avec des taux de 15%!!!
 Seuls les comportements individuels peuvent et doivent changer... C'est au citoyen de comprendre cela et de changer de comportement.

 J'attends bien sûr vos réactions sur ce discours moral et responsable concernant notre déficit et notre avenir (dette pour les générations à venir)

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

flo 02/06/2009 19:26

Si on pouvait prendre exemple de la Chine sur le plan de la dette je crois que ça serait pas mal en fait ! Mais je ne crois pas que tu sois prête à travailler pour 10 euros par mois pour que l'on retrouve des bénéfices commerciaux.Je pense que si la France pouvait prendre exemple sur la Chine, elle le ferait !

Mathilde 01/06/2009 18:54

Je ne crois pas qu'il faille prendre la Chine comme exemple sur le plan de la dette publique ! Surtout nous, français. Cependant, je trouve que le premier point de cet auteur soulève un paradoxe récurrent de la vie politique française : nous voulons réduire la dette. Nous voulons toujours augmenter les services publiques, les aides... Les français sont-ils prêts à sacrifier ne serait ce que l'espoir d'une amélioration d'un service public à la française pour que l'Etat ne soit plus endettés ? Après tout, qu'est ce que la dette publique pour le français, mis à part ce que les politiques disent vouloir réduire depuis 20 ans...

laurence hansen-love 02/06/2009 16:11



et alors? Qu'en concluez-vous?
 les français s'en fichent de la dette.. OK 
Ont-ils raison?



flo 28/05/2009 20:37

La Chine n'a pas de dettes publiques, elle est de très loin excédentaire au niveau de sa balance commerciale et de fait accumule les réserves monétaires.

Drang 27/05/2009 22:59

Pourquoi une telle crispation sur la dette? Evidemment, il est "mieux" dans l'absolu que l'état ne vive pas au-dessus de ses moyens mais actuellement nous sommes dans une situation où il faut choisir la solution la moins pire. Appliquer une politique de rigueur en période de récession, c'est ni plus ni moins répéter les erreurs de la Grande Dépression. Et Obama aussi bien que Hu Jintao l'ont bien compris, en mettant en place des plans de relance de 10 et 25% du PIB de leurs pays respectifs. Pourquoi voir la dette comme un fardeau quand elle est ce qui permet à l'état, et plus largement, à l'économie, d'aller vers l'avant? Il me semble qu'aucun état au monde, même le plus prospère, ne peut se prévaloir d'une absence de dette publique. Et ce n'est pas sans raison: le financement par la dette est une solution qui satisfait tout le monde. Les créanciers y voient une source de revenus(intérêts), réduits certes mais sûrs. L'état peut obtenir des financements facilement et rapidement. Les citoyens n'ont pas à supporter une charge supplémentaire des impôts. Et lorsque vient le moment de rembourser, il suffit de contracter un autre emprunt! Un pays comme la France peut se le permettre.

laurence hansen-love 28/05/2009 19:15


ah bon.... mais la dette ne fait que s'accumuler de génération en génération. Qu'en penserons nos enfants?


alex 26/05/2009 15:59

Je suis sidéré quand je lis ce que je lis dans ce commentaire sur le capitalmisme et les réactions de la majorité des blogeurs !.Je comprends mieux pourquoi à la révolution il a fallu quelques têtes au bout des piques pour ramener les nantis de l'époque à un peu plus de bon sens .Pour en venir à votre playdoyer SARKOZIEN , je trouve plus parlant l'article de Jean Hervé Lorenzi" LA GUERRE DES CAPITALISMES" ( les debats du nouvel L'OBS) que votre article filandreux