Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 16:48
Déjeuner avec Richard Descoings (avec quelques collègues). Nous étions invités pour débattre de la réforme du lycée. Nous ne pouvons pas vous raconter pour le moment : devoir de réserve (jusqu'à mardi). On y revient ensuite si vous le souhaitez.
 Pour ma part, j'ai plaidé (entre autres) pour la suppression des trois sections S, ES et L.

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Clémence 02/07/2009 11:09




Il est intéressant de voir autant d'avis à propos de la réforme des lycées. Personnellement, je partage l'idée que peu de personnes choisissent leur orientation, et ce quelque soit la filière. Ma cousine est une excellente élève (en générale mais aussi) en lettres, bilingue et adore le théâtre mais ira en S car soi-disant L n'ouvre pas assez de portes, les personnes ayant un niveau moyen et ne sachant pas quoi faire iront pour la plupart en S et ensuite on retrouve les économistes, soit ce sont des gens intéressées par toutes les matières soit ce qui n'étaient ni assez bon en maths, ni assez bon en français autant dire la poubelle.
Une amie voulait aller en S en seconde et ses professeurs lui ont conseillé ES car elle avait un niveau un peu faible pour aller en S... alors qu'elle n'avait même pas fait ES en seconde! Résultat elle ne regrette pas. Mais ce qu'il faut changer ce n'est pas obligatoirement les filières en soi, c’est la mentalité des gens. Quoique l'on fasse, il y aura toujours une filière élitiste et une filière moins bien perçue. Il en est de même pour les filière technologiques, on se moque de ce qui sont en STG, en STI... Mais certains (je dis bien certains car d'autres aussi y vont par défaut) ont fais le choix de se spécialiser car ils savant déjà ce qu'ils veulent faire. Cependant, on y cultive un climat particulier… Dans mon lycée, en classe de STI, il n’y a pas une seule fille, les élèves sont pour la plupart perçus comme des crétins, sans vouloir être vulgaire, et j’imagine que c’est un peu près pareil dans tous les lycées. A chaque section est propre quasiment une « mentalité », une « ambiance », cela peut paraître assez caricaturale comme opinion, mais je pense qu’il faudra un certain temps avant que cela change. Certes, une réforme pourra peut-être enclencher un mécanisme d’évolution des mentalités…
Pour ce qui est du tronc commun, je partage l’opinion, qu’il faudrait un peu de tout en seconde, en petite dose, français, langues, histoire-géo, SES, maths et matières scientifiques, mais l’on se plaint déjà d’avoir trop d’heures. Nous les français, nous sommes trop pour un savoir encyclopédique. Je termine ma terminale ES et il est vrai que j’ai du mal à comprendre comment on peut ne pas faire de SES car je trouve qu’autant que la philo, mais d’un point de vue différent, elles apportent une compréhension du monde, beaucoup moins à mes yeux que les matières scientifiques, mais il est vrai après que les opinions personnelles entrent beaucoup en compte. Bref, le choix de matières dans le tronc commun reste difficile car chacun est pour la défense de sa matière. Pour ce qui est de la philo, je serais pour la commencer dès la première, le problème étant que quand je vois le nombre de personnes qui sont intéressés en term, je me demande si cela aura du succès en première ou alors la mettre en option en première. Cela dépend certes beaucoup du professeur, mais je crois que pour aborder la philo il faut une certaine maturité, bien que celle ci puisse aussi nous en apporter, que certains n’ont pas.
Bref, je n'apporte pas vraiment de réponses concrètes et ne fait que vous donner un avis de plus.
Bonne continuation !

laurence hansen-love 04/07/2009 10:23


oui à mon époque, les S ( les M à l' époque) étaient tenus pour des semi-barbares, des gens absolumement infréquentables... On n' avait aucune relation avec eux à la récré


bouvet 17/06/2009 12:40

"... pour la suppression des séries S, ES et S"Les littéraires sont si insignifiants que ça ?

laurence hansen-love 17/06/2009 19:03


c'est un lapssus


merwan 06/06/2009 13:39

Vous avez raison, c'est un problème d'autorité, le souci est que beaucoup de profs par manque de technique peut-être, ne savent pas se faire respecter...

merwan 05/06/2009 17:34

Il y a des lycées qui ne sont pas sensibles (le mien) et pourtant, 35 élèves, c'est beaucoup trop, il y a du bruit, une hétérogénéité des niveaux très forte.Il n'est pas question d'augmenter le nombre d'enseignants, il est question de ne pas en diminuer le nombre pour l'instant, de faon à montrer à quantité équivalente ce qu'on peut faire, ensuite, si on voit qu'il possible d'en diminuer le nombre, ouvrons le débat.La condition des enseignants ne sera pas meilleure si les classes à 35 élèves persistes et si le gouvernement ne réagit pas d'une autre manière face aux problèmes dans la banlieue.La sécurité, c'est bien, ça fait du bruit, ça fait peur, dans chaque campagne (même les européennes où ça n'a rien à faire) on en parle, pour gagner, sauf qu'en 7 ans de présence, la "racaille" de Sarkozy est toujours là, les banlieues sont toujours des ghettos et les lycées qui y sont présents en subissent les conséquences.La fois où j evous parler d'une politique de long terme, c'est aussi ça, un plan global, de long terme, pour permettre arrêter cette ghettoisation qui ne cesse de se propager et qui nuit à l'éducation...

laurence hansen-love 06/06/2009 11:33


Je pense que le silence dans la classe, c'est le pb de l' autorité du prof. Un prof qui a de l'autorité, il obtient le silence, même avec 60 élèves. Sans autorité, pas de silence, même avec 10
élèves.
Ensuite, il n'y a pas à espérer une augmentation du budget de l'éducation nationale. Si la gauche arrivait au pouvoir, elle ne pourrait pas plus augmenter le déficit public (lié  au budget de
l'éducation et de la fonction publique)  que la droite; à quoi bon se raconter des histoires?
 Il faut donc essayer de mieux répartir les financements. C'est ce que propose Descoings.


merwan 03/06/2009 21:46

Des points sont cependant à éclaircir concernant le nombre d'élèves par classe, le nombre d'heures par semaine, car il y a une corrélation très fortes entre ces points et le nombre d'enseignants.Peu d'info sur les suppressions de postes et j'espère qu'il y aura des précisions.Ce rapport est consensuel, il ne touche peut-être pas au coeur les problèmes qui inquiètent les enseignants notamment leur condition. En somme, d'un point de vue strictement personnel, je trouve ce rapport assez bon, d'un point de vue plus général, je pense qu'il ne va pas emballer les enseignants.A voir...

laurence hansen-love 04/06/2009 19:19


Sur le nombre d'élèves par classe, R. Descoings propose qu'il y en ait moins dans les lycée sensibles (20, par exemple) et davantage dans les autres lycées (jusqu'à 35 par exemple). Il est clair
qu'il n'y aura pas de crétions de postes. Voyez ces jours-ci les rapports de la cour des comptes (explosion du budget de l'Etat dans les années à venir pour financer les retraites des
fonctionnaires). L'heure est aux économies.
 "il ne touche pas au coeur du pb"????
 je ne comprends pas....
 Si le lycée fontionnait mieux (cf Finlande) la condition des enseignants s'améliorerait, non?