Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 13:48


Pour  
Cournot, l’idée prétendument laïque de progrès est   une simple reconduction d'un préjugé religieux.

 "Aucune idée, parmi celles qui se réfèrent à l’ordre des faits naturels, ne tient de plus près à la famille des idées religieuses que l’idée de progrès, et n’est plus propre à devenir le principe d’une sorte de foi religieuse pour ceux qui n’en ont plus d’autre. Elle a, comme la foi religieuse, la vertu de relever les âmes et les caractères. L’idée du progrès indéfini, c’est l’idée d’une perfection suprême, d’une loi qui domine toutes les lois particulières, d’un but éminent auquel tous les êtres doivent concourir dans leur existence passagère. C’est donc au fond l’idée du divin ; et il ne faut point être surpris si, chaque fois qu’elle est spécieusement  invoquée en faveur d’une cause, les esprits les plus élevés, les âmes les plus généreuses se sentent entraînés de ce côté. Il ne faut pas non plus s’étonner que le fanatisme y trouve un aliment, et que la maxime qui tend à corrompre toutes les religions, celle que l’excellence de la fin justifie les moyens, corrompe aussi la religion du progrès".

 

Antoine Augustin Cournot

Considérations sur la marche des idées et des événements dans les temps modernes (1872) Livre VI, chap 6, Vrin, 1973, p 535

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

anna rose 04/11/2013 15:45


Bonjour !


Profondément plongée dans l'analyse de ce texte passionant, je me heurte néanmoins à une notion ambigüe...Qu'entend Cournot lorsqu'il parle d'"orde des faits naturels" ? 


D'autre part, est il correct de dire que la foi en le progrès est un "ersatz" auquel les Hommes détachés de la foi religieuse  se raccrochent ("une sorte de foi religieuse pour ceux qui n'en
n'ont plus")?  

laurence hansen-love 06/11/2013 19:32



La suite explique "ordre des faits naturels" : une supposée loi générale de la nature.


 Oui, ce que vous dites est correct: c'est las thèse de Curnot:  Le progrès est une transposition de l'idée religieuse de providence.


 Le religion du progrès  est une religion séculière.



flo 08/06/2009 21:06

1) Je pose la question, car je l'ai vu dans Wikipédia, mais ils n'y répondaient pas...Pour ma part c'est une évidence, mais bon, avec des théories, il était possible que certains l'aient récusé..2) Moi aussi, n'ayez craintes :)Pour la question des libéralismes ? ( j'en demande beaucoup je sais )D'ailleurs, pourquoi êtes vous libérale ? Je veux dire, en quoi croyez vous à travers cette idéologie ?

laurence hansen-love 09/06/2009 17:58


Il y a une multitude de libéralsiem, une multitude de dochotomies:
 Libéralisme philosophique/ pratique
Libéralisme économique/ politique
 Libéralisme idéologique/ pragmatique
Libéralisme radical/ tempéré
Libéralisme de droite (Baverez) /de gauche (Strauss-Kahn)...
Libéralisme traditionnel (Constant, Tocqueville) / actuel (Hayek)
Libéralisme libertaire  (Cohn/Bendit) / réac (Bush)


flo 08/06/2009 16:24

Est-ce que vous pourriez me donner votre avis sur ces questions ? :1) une démocratie libérale a t-elle le droit d'enroler ses citoyens lorsqu'elle est en danger ? ( cas de figure où l'on est "sous" libéralisme Kantien )2) Jusqu'où a t-on le droit de sacrifier le bonheur de certains au bonheur du plus grand nombre ? ( cas de figure où l'on est "sous" un utilitarisme libéral )D'autre part, pensez vous qu'il y a plusieurs libéralismes, ou plusieurs déclinaisons seulement ? Car c'est assez flou ; bien entendu il y a diverses façons d'interpréter le libéralisme, mais d'un autre coté on peut penser que le "vrai" libéralisme, celui de l'origine, est le seul à mériter une telle appellation ? Bref je suis un peu perdu de ce coté la...

laurence hansen-love 08/06/2009 20:44


1) Il me semble que toute nation  a le droit d'enrôler ses citoyens quand elle est en danger, non? (je ne comprends pas votre parenthèse)
2)  Personnellement,  je récuse cettte idée de "sacrifice". Nul n'a le droit de sacrifier le bonheur de qui que ce soit... Il n'appartient à personne de décider de sacrifier quelqu'un
d'autre!
 Ou allez-vous chercher des questions pareilles?