Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 11:55
Ne vous précipitez pas pour répondre! Lisez plutôt soigneusement ce que dit Rousseau:

 

 

 

 « [Il s’ensuit de ce qui précède que] la volonté générale est toujours droite, et tend toujours à l’utilité publique : mais il ne s’ensuit pas que les délibérations du peuple aient toujours la même rectitude. On veut toujours son bien, mais on ne le voit pas toujours : jamais on ne corrompt le peuple, mais souvent on le trompe ; et c’est alors seulement qu’il paraît vouloir ce qui est mal.

 Il y a souvent de la différence entre la volonté de tous et la volonté générale ; celle-ci ne regarde qu’à l’intérêt commun, l’autre regarde à l’intérêt privé, et n’est qu’une somme de volontés particulières : mais ôtez ces mêmes volontés les plus et les moins qui s’entre-détruisent, reste pour somme des différences la volonté générale » Rousseau, Du contrat social,  II, III. Si la volonté générale peut errer

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Samuel 06/10/2009 16:42


J'ai bien lu vos posts.
J'ai une question qui me traverse encore l'esprit.
D'après ce que vous avez dit: "les représentants du peuple peuvent être plus éclairés que le peuple."
Cette thèse peut amener à des pratiques autoritaires,non ? Est-ce ici alors le rôle de l'éducation : avoir des citoyens formés, avertis et intelligents ?
Parce que je vois dans cette thèse, une sorte de "suprématie" des élites, n'est-ce pas aussi un danger?


laurence hansen-love 06/10/2009 21:51


Comment cela , une "thèse peut  amener à une pratique"..Evidemment , après Rousseau il y eu Robespierre. Mais cela n'invalide pas Rousseau.
 La question c'est de savoir si ce que dit Rousseau est vrai (à savoir que la volonté générale, ce n'est pas la volonté de tous).
 Comme le dit si bien Hume, ce n'est pas parce qu'une thèse "est de dangereuse conséquence" qu'elle est .. fausse (il disait cela parce qu'on lui reprochait de saper les fondements de la
religion).
 Vous pouvez admettre que,  (si Rousseau a raison),   la volonté générale n'est pas toujours du côté de la volonté populaire.
 Personne n'a jamais dit qu'il y  avait des "élites" (???) qui incarnaient (par définition) la volonté générale!  Ce que dit Rousseau, c'est qu'il faut laisser parler la raison, qui
est en chacun, en écartant les "factions", on dirait aujourd'hui: les lobbies.
Parfois, aussi,  un homme peut énoncer ce que veut le peuple.. sans le savoir. C'est la définition du grand homme (selon Hegel)


Samuel 05/10/2009 22:57


Merci pour votre réponse Laurence Hansen-Love,
Un sophisme de composition est une erreur lors du passage d'une analyse micro (ou individualisme méthodologique) à une analyse d'un ensemble (ou holisme méthodologique). C'est à dire la somme des
entités peut être différent de l'ensemble de ces entités.
(notion apprise, et je pense utiliser, en économie concernant la scission micro et macroéconomie.


laurence hansen-love 06/10/2009 14:17


merci Samuel, je ne savais pas cela.
 Ce que vous dites est pertinent, cela ressemble à ce que dit Rousseau en effet.
La somme n'est pas la totalité.
 Le tout n'est pas la somme...
 Voyez mes autres réponses sur la volonté générale..


natacha 05/10/2009 18:42


Samuel veut peut-être dire que volonté générale et volonté de tous se resemblent dans les termes mais ne sont pas sur le fond et la forme la même chose :
volonté de tous = [Vi + Vi + Vi, n]
volonté générale = [Vi + Vi...] + intention de bien commun

Cependant, je ne comprends pas pourquoi cela concerne la question : Rousseau ne cherche-t-il pas à apporter au peuple des circonstances atténuantes pour ses propres erreurs ? En argumentant qu'il
est trompé, et que par conséquent il dévie de sa mission  première, le bonheur général ?


laurence hansen-love 05/10/2009 21:01


OuiNatacha,  la volonté générale est d'une autre nature que la volonté de tous, qui n'est qu'une addition d'intérêts particuliers. Voyez mon post.


Léo 05/10/2009 14:50


Pourriez vous me corriger si je me trompe car j'ai l'impression de pas avoir entièrement saisi le sens de cette "longue citation"
Ainsi,pour Rousseau- l'utilité publique est assuré par chacun des membres de la nation à travers la volonté général que traduit le contrat social?
Quand Rousseau parle du "peuple", parle t'il de chacun nous non pas en tant que citoyen mais en tant que simple individu (peut-on utiliser le mot "sujet?)
De qui Rousseau parle t'il quand il évoque "on", les responsables politiques? Si oui,pourquoi ?Car je pensais que Rousseau était partisan de la démocratie directe même si lui même le sait ce n'est
qu'une théorie qui tend a montrer "ce qui devrait être"  
Veut -il montrer que le peuple ne peut être corrompu mais tromper? il tente donc de montrer une limite du contrat social ? Veut-il montrer que le peuple est seulement naïf ? Ou veut il vehiculer
d'autre idée ?
Quand à la différence volonté générale / volonté de tous
Il me semble avoir compris que, la volonté général est la volonté exprimé par un individu en tant que composé dune nation, communauté.Ce qui est donc "droit et tend toujours à l'utilité
publique"?
et la volontés particulière est elle la volontés des individus pris isolément ?
Dans ce cas ,corriger moi si je me trompe, Rousseau veut nous dire que la volonté générale ne se trompe pas, mais la volonté de chacun peut elle a l'inverse se tromper et aller à l'encontre de
l'utilité publique.


laurence hansen-love 05/10/2009 20:59


Cela fait beaucoup de questions à la fois...
 Oui: c'est cela: le peuple ne peut pêtre corrompu ( il ne peut vouloir que son propre bien) MAIS il peut être trompé (commettre une erreur de jugement sur ce "bien", comme quand le peuple
plébiscite Hitler ou Staline).
La volonté générale est bonne par définition. Le problème c'est que la voix du peuple n'exprime pas toujours, loin s'en faut, la volonté générale.
 DONC: les représentants du peuple peuvent être plus éclairés que le peuple. Cela peut arriver  :  ex Badinter imposant l'abolition de la peine de mort contre l'avis du peuple
français, ou Obama tentant en vain d'imposer une couverture maladie aux Etats-Unis...
Sur la vol. générale, voyez mon post.


max 04/10/2009 20:08


Il semble que les " gens naïfs " se laisse entraîner par les mensonges et les tromperies des " manipulateurs ".
Donc, le résultat n'est pas celui qui était attendu.
Bonne soirée


laurence hansen-love 04/10/2009 21:35


je ne comprends pas bien.. résultats attendus.. par qui?