Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 12:11
 Je livre à votre réflexion ce passage d'un  livre de Nathalie Heinlich. Elle  consacre un chapitre de son livre à la question des protections particulières dont bénéficient les artistes en démocratie ("L' artistes privilégié")


[L'artiste privilégié]
 

« Face aux nombreuses transgressions des règles morales, voire des lois, apparues avec la littérature moderne et, surtout, avec l'art contemporain, s'est posée à plusieurs reprises la question de l'« exception esthétique » ou, en d'autres termes, de  l'« autonomie pénale » de l'art, autrement dit le « tracé d'un cercle autour de l'oeuvre, interdisant l'accès à la loi [...]. Elle consomme la rupture avec la loi en la déclarant incompétente à légiférer à l'intérieur de ce cercle » [1]. La question était déjà posée il y a une génération par des juristes américains :

 « Les artistes, en tant que héros culturels, méritent-ils un traitement spécial au regard de la loi [2]? » Leur réponse était plutôt positive :

 

« L'humanité a toujours eu profondément conscience que les vrais artistes, comme les inventeurs et les philosophes, élèvent leur culture. Comme Prométhée, le héros de la mythologie, ils risquent le péché d'hybris pour transgresser l'ordre établi, pour voler le feu aux dieux afin d'éclairer l'humanité. Dans la tradition romantique, cela est héroïque. Dans la conceptualisation psychanalytique, ils sont ce qu'un auteur nomme les "Grands Individus". [...] Historiquement, les Grands Individus qui révèlent les aspects archétypiques ou sacrés de leur communauté sont exemptés de ses interdits coutumiers. [...] On pourrait arguer que la société n'a pas à prendre sur elle d'accorder l'immunité légale pour des actes criminels ou délictueux du fait qu'un véritable artiste défierait les règles. » Mais, d'un autre côté, on pourrait accorder aux transgressions artistiques un statut expérimental : « De même que certaines drogues sont utilisées légalement à fins d'expérimentation, et que la violence est autorisée dans les arènes sportives, de même il faut donner à l'artiste, en tant qu'aventurier de la psyché, la place de se développer. »

 

Il n'en reste pas moins que les sociétés ont souvent sanctionné les artistes pour leurs infractions aux règles, et ce d'autant plus que le degré d'« autonomisation du champ » est

faible. Entre les pays islamistes, où cette autonomie est quasi nulle (comme en a témoigné l'affaire Rushdie), et les démocraties occidentales, où elle ne cesse de s'étendre, les États-Unis sont le lieu d'une tension permanente, due au premier amendement de la Constitution garantissant la liberté d'expression, de sorte que les demandes d'interdiction face aux transgressions morales ou idéologiques tendent à être déléguées aux particuliers, par l'intermédiaire de puissantes associations [3]. En France, les artistes contemporains passés en jugement pour des actes commis dans le cadre et au titre de leur création (vandalisme, coups et blessures, vols) ont toujours été reconnus coupables mais dispensés de peine, instituant ainsi le compromis entre la nécessité de faire respecter les lois, en général, et le privilège d'impunité accordé en particulier à une catégorie pour sa contribution à l'élévation culturelle de la société ».

 L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique. Editions Gallimard , 2005

 

 

3. Cf. J. SOULILLOU, L'Impunité de l'art p. 17; N. Heinich, « From Rejections of Contemporain Art top Culture War », in Michèle Lamont, Laurent Thévenot (Ed.). Rethinking Comparative Culture (Sociology. Repertoires of Evaluation in France and the United States, Cambridge, University Press, 2000).

2. Cf. N. Heinich, Le Triple Jeu de l'art contemporain, op. cit. 

1. Jacques SOULILLOU, L'Impunité de l'art, Paris, Éd. du Seuil, 1995, pp.. 18-19.

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

dissertation proposal 13/10/2009 12:11


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!
__________________

dissertation proposal


caroline k 06/10/2009 22:19


vous avez raison, j'en sais quelque chose pour avoir moi-même mêlé les deux pendant longtemps, mais à mes propres dépends. Une bonne analyse m'a permis de mettre un peu d'ordre dans tout ça; même
si c'est un travail à recommencer sans cesse, il permet de préserver sa vitalité artistique... Si ça vous chante, mon travail est sur http://web.mac.com/caroline.k
Agréable et intéressante visite en tous cas sur votre site, que je renouvellerai.  


laurence hansen-love 07/10/2009 13:50


merci Caroline, à bientôt!


caroline k 06/10/2009 16:43


je ne sais pas si cet article vient à point en regard de la polémique autour de Polanski, mais il me semble que la liberté laissée à l'artiste sur ses transgression doit bien-sûr se limiter à son
oeuvre artistique, son comportement envers lui-même, mais non à son comportement vis à vis d'autrui ...


laurence hansen-love 06/10/2009 21:54


Oui , évidemment, c'est à propos de Polanski!
Bien sûr les artistes ne sont pas autorisés à violer les jeunes filles...
Qui va dire le contraire!
 cependant, comme le dit très bien Polanski, la frontière entre le réel et l'imaginaire est très floue, pour lui, mais aussi souvent chez les artistes.