Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 13:06

Je suis frappée de constater que seuls les philosophes (et quelques intellectuels comme Oé  et  Hubert Reeves   )     font preuve de lucidité sur ce sujet.

 A ma connaissance, tous, de Gunther Anders  à  Bernard Perret,  Edgar Morin, Michel Henry, en passant par Hans Jonas,  tous tiennent le même discours... (plus ou moins  désespérant!)

 

  Voici ce matin un article remarquable

 "Sortir du nucléaire ou y rester, une même illusion"

 

 Comme l'article est trop long pour être scanné, je vous offre quelques extraits:

 

"Tous (pro et anti nucléaires) fomentent un épais silence sur une angoissante vérité : la nucléarité inéluctable du monde contemporain. En réalité, sortir du nucléaire est impossible. Désirable, souhaitable, nécessaire, mais infaisable.

...

 

"La fermeture d'une centrale est un chantier estimé à 40 ans, en partie inconnu: en réalité plusieurs sicècles à cause des déchets"

...

 " S'informer sur Tchernob yl ou Fukushima, c'est constater que les gouvernements, démocratiques ou non, ont tous menti en permanence, dès le début. La rétention que les gouvernements démocratiques ou non, ont tous meti en permanence, dès le début"

...

" Le nucléaire présente la même structure que l'extrême droite radicale. Le plutonium, c'est de la mort concentrée à taille génocidaire"

...

 "Aussi, vouloir sortir du nucléaire, c'est croire que la démocratie, même représentative, est encore d'actualité; c'est croire à la politique comme amour pratique du vivant, c'est nier la portée politique de ce pouvoir de mort colossal"

 

 

http://www.liberation.fr/terre/01012353455-sortir-du-nucleaire-ou-y-rester-une-meme-illusion

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Flavien 11/08/2011 19:46



En faisant référence à Anders, vouliez-vous me signifier que Delfour suit lui aussi, dans sa tribune, une forme de méthode « par l'exagération » ? Car si j'ai dit que cette tribune était
intéressante, n'est-elle pas aussi trop pessimiste ? Dire que tout espoir en l'avenir est proscrit me paraît un chouilla extrême, comme point de vue, m'est avis…



laurence hansen-love 11/08/2011 20:59



oui, oui vous avez parfaitement compris mon sous-entendu....



Jeff 11/08/2011 09:22



"Je suis frappée de constater que seuls les philosophes...."


Il me semble qu'aujourd'hui, seuls les philosophes ont encore la capacité à penser au-delà du seul monde objectivable que nous a construit la science galiléenne depuis 4 siècles, ce réel convoqué
par la science moderne comme simple objectité, comme Heidegger l'a analysé (je pense à "science et méditation" et à "la question de la technique"). Le nucléaire est une négation radicale de la
vie, c'est clair, mais il n'est pas surprenant que cela échappe à une pensée idéologique enfermée dans l'objectivation, c'est à dire dans une représentation du monde dont la vie est exclue (au
mieux, réduite à des structures physico-chimiques).  


Le nucléaire, c'est l'araisonnement de la nature dans sa phase ultime.


 



laurence hansen-love 11/08/2011 19:23



bravo Jeff, merci!



Flavien 10/08/2011 15:35



Je suis encore tout abasourdi par ce que je viens de lire ; abasourdi et dérouté par ce point de vue tout aussi inhabituel qu'intéressant. Je parlais dans un billet il y a quelques semaines de
l'enjeu démocratique soulevé par le nucléaire, mais je ne m'étais pas imaginé pousser ce raisonnement aussi loin que lui. Et dire que si je ne vous lisais pas, je serais passé à côté de cette
tribune ! :)



laurence hansen-love 11/08/2011 19:22



Flavien connaissez-vous Gunther Anders? ... C'est le même discours (avec cecôté désespérant...