Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 13:47

  Après avoir donné la parole à mon ami Serge Provost , je  m'exprime à mon tour .

Serge Provost vous a montré à quel point la question du consentement était complexe...

   Ce point étant acquis, voici mon point de vue:

 

1) Il me paraît absolument invraisemblable que N. D. ait  "consenti" à cette  brève   récréation  sexuelle, avec DSK. Compte tenu de ce que nous savons de son histoire, rien ne permet de supposer que  cette  jeune femme très humble   avait une double personnalité. Tout ce que nous savons d'elle semble prouver le contraire (musulmane pratiquante etc..).

 

Admettons toutefois ce "consentement " à titre d'hypothèse d'école.

 

 2) "N.D. était consentante". Mais pour quelle raison? Il me semble qu'il ne reste que deux hypothèses:

 

- Un coup de foudre - vraiment fulgurant! (30 ou 40  mn en tout) ?

- Un arrangement financier quelconque.

 Retenons cette seconde hypothèse:

Cela signifie que N.D. n'était pas seulement femme de chambre mais aussi prostituée (à ses heures?).

 L'accusation est lourde...

 

D'autre part, et c'est là que je voulais en venir:

 

 Admettons que DSK, fort de sa position,  de sa notoriété etc.. réussisse à convaincre une femme de chambre de lui faire.. ce que vous savez, sans utiliser une arme ni la violence physique, en échange d'une somme conséquente d'argent, est-ce anodin?
 Je ne sais pas ce que dit le droit à ce sujet. Peut- être sera-t-il acquitté s'il arrive à en faire la démonstration.

 

 Pourtant je ne vois pas ce que cela change au fond.
 Pour rejoindre les propos de Serge Provost:

 

 Le  soi-disant "consentement" ici ne  permet pas de dire que DSK est .. irréprochable! (innocent?)...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Tom 22/06/2011 11:23



Pour les joints ça n'est pas obligatoire mais pas non plus rédhibitoire, Villepin défend la légalisation pour des raisons d'hygiène publique et de securité (et pour se différencier de Sarkozy),
il peut se le permettre mais en fumer le mettrait en défaut vis-à-vis de son électorat...



laurence hansen-love 22/06/2011 20:46



certes..



Tom 22/06/2011 11:21



Borloo? Sérieusement je ne vois pas...
évidemment c'est difficilement vendeur d'être alcoolique, mais ça ne veut pas dire qu'il faut s'abstenir de boire (en France ça serait même mal vu, non?).



laurence hansen-love 22/06/2011 20:45



vous rigolez.. je ne pensais pas à Borloo



Tom 20/06/2011 16:28



Je suis d'accord avec le 2) mais, même si les partouzes était un exemple stupide (ceci dit si l'on vise un électorat restreint et très ouvert sur les moeurs sexuelles pourquoi pas, dans la mesure
ou la partouze n'est pas une activité réprehensible, mais bon faut vraiment avoir des ambitions proche du 0,2% aux élections municipales de Chanoine-sur-Ivry pour se présenter en partouzeur à une
élection), ceci dit fumer un joint quand on défend la légalisation du cannabis (comme vos amis verts, pour moi c'est stupide si ça n'est pas fait au niveau européen, sinon  ça n'a pas de
sens) c'est reprimé par la Loi mais ça ne me parait pas stupide et anti démocratique.
Au passage: je parlais d'interdiction pour gagner du temps à l'écriture mais j'avais bien compris qu'il s'agissait d'honneteté personelle et pas de la Loi...



laurence hansen-love 20/06/2011 21:32



oui il est très bien de fumer des joints  (pas trop?)quand on prône la légalisation du cannabis, c'est cohérent


 mais être alcoolique comme qui vous savez cela me paraît rédhibitoire en revanche.



Tom 19/06/2011 12:36



Je trouve que vous "mélangez tout". Qu'un homme politique doive respecter la Loi (excés de vitesse, viol) je suis évidemment d'accord, il doit également respecter en privé les valeurs qu'il
défend. ¨Par ontre je vois mal en quoi partouze, drogue (si elles sont autorisées) ou alcool devraient être interdits dans la mesures ou leur interdiction ne fait pas parti de leur projet. Qu'un
homme politique traditionnaliste ne fasse pas de partouze ok, qu'un anti-alcool ne boive pas idem mais si ce n'est pas ce qu'ils défendent?



laurence hansen-love 19/06/2011 20:55



Mais je ne parle pas d'interdiction, mais d'autocontrôle....


1) Que l'on soit de gauche ou de droite, je ne vois pas trop un homme politique défendant la drogue ou la partouze dans son programme (à part  Sade, évidemment, dans "Encore une effort
pour être républicain " (pour les partouzes) ou Huxley dans "Le meilleur des mondes" "pour la drogue... Ou encore un homme politique affichant son addiction à l'alcool


 Vous si? Expliquez-moi cela..


2) A partir du moment où l'homme politique réprouve un comportement, ou ne le juge pas souhaitable pour l'ensemble de ses concitoyens, il ne doit pas le pratiquer lui-même. Enfin en tout cas en
démocratie.



Si vous n'êtes pas d'accord avec cela, expliquez -le moi...


 Un homme politique doit incarner la vertu, en république, parce que la république implique la vertu des citoyens. On ne peut pas sortir de cela.


 Si le citoyen n'est pas vertueux, il ne peut être souverain, Car alors il votera pour son intérêt particulier et non en vue de l'intérêt général.
 Et si tel est le cas (le citoyen n'est pas vertueux) l'homme politique doit s'efforcer de lui montrer l'exemple. Car la vertu ne se trnasmet jamais autrement que par l'exemple.


 (D'où le désastre des années Mitterrand)



Dagadong 12/06/2011 14:12



Bonjour,


J'ai assez peu de temps pour m'intéresser véritablement à la question, mais je tenais tout de même à exprimer mes doutes quant à votre conclusion. Si je comprends bien, vous pensez que de toute
manière, même s'il n'y a pas eu "viol" à proprement parler (dans le sens où il n'y a peut-être pas eu de contrainte physique), DSK n'est de toute manière pas totalement innocent. Il me semble
qu'il convient de ce méfier d'une conclusion pareille : dans ce cas, si j'ai du pouvoir, je dois considérer que toute personne qui accepte de coucher avec moi (ici encore, hypothèse d'école : je
n'en sais pas plus que vous sur l'affaire DSK) le fait uniquement parce que je suis puissant, et qu'il est donc préférable que je me ravise car je ne suis pas sûr qu'elle soit bien consentante ?
En un mot, dois-je me refuser tout "coup d'un soir" (rien de péjoratif dans l'expression  : mettons-nous d'accord, le coup d'un soir est ici pris dans le sens de "relation sexuelle
consentie, voulue, mais sans connaître son partenaire et sans lendemain"), sous prétexte que la personne en face de moi accepte peut-être uniquement parce que je suis plus célèbre, plus riche ou
plus puissant qu'elle ? L'hypothèse me semble un peu osée. On aurait vite fait, de là, de conclure par un "de toute façon, elle était moins riche, moins célèbre, moins blanche, moins masculine et
moins puissante, donc c'est pas possible qu'elle ait été véritablement consentante, au fond d'elle-même". Qu'est-ce qu'on fait, alors, on arrête de coucher avec des gens qui ne sont pas du même
milieu socio-professionnel, pas de la même couleur de peau que nous, "sait-on jamais" ?


 


Attention : mon objection se base sur la même hypothèse que celle de Mme Hansen-love. Cela ne signifie pas, croyez le bien, que je défends M. Strauss-Kahn à toute force ; je ne sais pas plus que
quiconque ce qui s'est passé dans cette chambre, et il semble effectivement probable qu'à un moment où à un autre, il y ait eu malentendu (quelle que soit la nature du malentendu, "voulu" par
l'un ou l'autre ou "malencontreux"). Mais l'argumentation choisie ne me semblait pas extrêmement rigoureuse.


En clair, n'allez pas me taxer de machisme, n'allez pas m'accuser d'accepter les "troussages de domestique" ; croyez-le ou non, je suis féministe. Mais être féministe n'empêche pas d'essayer
d'être rigoureux ; être féministe, ce n'est pas accuser les hommes de tous les maux. C'est éliminer la croyance en une supériorité masculine, en droits et en actes. Donc, si, effectivement, la
relation n'était pas consentie à 100%, M.Strauss-Kahn est coupable et condamnable. En revanche, si à aucun moment, il n'a pu se douter qu'elle ne l'était pas, l'incident est malheureux, mais
personne n'en est responsable. Ou alors, les puissants vont devoir s'habituer à une vie de chasteté, de peur que les moins puissants avec qui ils ont couché n'aient pas été vraiment d'accord
alors que si mais non mais en fait si mais finalement non.



laurence hansen-love 14/06/2011 15:09



OUi oui oui, mille fois oui: les puisants doivent "faire don de leur corps" à la société? En tout cas les puissants surtout de gauche et surtout  en démocratie.


1) La plus élémentaire prudence veut qu'un homme comme Strauss-Kahn n'ait pas de relations avec ses subordonnées -dans le doute!


2) Un homme politique de haut niveau, en démocratie, doit savoir faire le sacrifice de sa personne.. et adopter des moeurs en accord avec ses idées affichées. Pas d'alcool, pas de partouze, pas
de drogue, pas d'excès de vitesse etc.. C'est une question de morale mais aussi de contrôle de soi. S'il s'autorise ce que je viens de dire, il va être obligé de mentir, dissimuler et..
cf Kennedy ou Cinton.


Je n'ai pas le temps de développer mon argumentation mais je viens de tomber sur un livre qui explique cela parfaitement bien: La gauche et la morale, de Ch. Pourchasson.


") Dans le cas particulier de DSK, j'ai du mal à croire que quelqu'un puisse succomber à ses charmes, comme ça, juste pour ... quoi au juste? ce n'est pas Tom Cruise  tout ce même..