Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 19:35

Bill-Gates.jpg

On m'explique ce soir sur Fr 2 que les grands patrons français répugnent à donner: : "La générosité (à cette échelle) n'est pas dans  la culture française" (cf Liliane Bettencourt, la plus grand donatrice pourtant en France à travers sa fondation).

Evidemment, en France, les riches sont des ennemis  à abattre (objectif essentiel: plafonner leurs salaires!).

 J'imagine que cela ne les incite pas vraiment à la philanthropie..

 

http://www.linformaticien.com/actualites/id/9750/humanitaire-57-milliardaires-repondent-a-l-appel-de-bill-gates.aspx

 

http://www.lepoint.fr/ces-gens-la/bill-gates-plaide-a-paris-la-cause-de-l-aide-au-developpement-04-04-2011-1315090_264.php

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Tom 05/04/2011 18:52



J'ai envie de penser que l'aide au dévellopement relève du même problème: elle ne doit pas être le fait de particuliers (ou ne pas reposer là dessus: je rapelle que la fondation de B.Gates
représentent je ne sais combien de fois le budget de l'UNESCO). Elle ne doit pas non plus être l'objet de charité entre Etat: les etats du Nord ne font pas preuve de bonté en apportant
des aides aux pays du sud, c'est une rétribution "normale" (pour la colonisation, pour un dévellopement ultra-polluant que les pays du Sud ne peuvent se permettrent,..) la problèmatique est la
même. De plus vous parliez de Liliane Bettencourt, je ne pouvais qu'enchaîner. Et je ne parle même pas de "redistribution", qui est devenu un gros mot, mais de ce qui me parait être le plus
élementaire des prélevemnts: celui qui permet d'assurer la subsistance des plus pauvres! Il n'est même pas encore question de réduire les inegalités. Et la problèmatique, moins forte ces derniers
temps dans les pays du Nord, se pose de façon encore plus marquante à l'international: de quel droit amasser tant de richesses quand des enfants meurent de faims ou n'ont pas accés à des soins
médicaux. Je trouve anormal et dangereux de laisser cet aspect suspendu à la charité de riches particuliers, idem pour le dévellopement économique, garant d'une indépendance et d'un niveau de vie
supportable. Quand à ceux qui s'extasierait que Bill Gates donne 90% de sa fortune à une fondation humanitaire, j'aimerais rappeller que sous Roosvelt les plus riches contribuables américains
payaient 92% d'impôts, le reste étant destiné à leur train de vie et aux "bonnes oeuvres".



Tom 05/04/2011 13:38



Pour moi le don n'est de toute façon qu'un substitut. Il institue une espèce de redevance du pauvre vers le riche qui me parait insupportable. Au contraire de l'impôt qui établit une certaine
redistribution (on ne parle pas ici d'egalité totale mais d'une certaine décence dans les inegalités, je précise avant que l'on me taxe de bolchevique) comme quelque'chose de du, il ne s'agit pas
de culpabiliser les riches mais de leur expliquer que la subsistance et le confort des plus pauvres ne doit pas dépendre de leur bon vouloir. Quant aux riches qui serait l'ennemi à abattre la
différence est simple entre la France et les Etats-Unis: les USA sont un pays beaucoup plus "neuf" que la France où les grandes familles industrielles que nous avons n'ont pas eu le temps de
s'établir, d'où l'illusion, toute américaine du "self made man" qui construit sa fortune par son seul mérite. En France nous avons pu voir se dévelloper ces grandes familles ("les 200")qui ont
pris la place de la noblesse après 1789. C'est une lecture, je le concède, qui nous vient de Marx mais qui est ici tout à fait justifié! Je pose la question: qu'a fait Liliane Bettencourt pour la
France? Hériter de son paternel une immense fortune dont elle reverse des miettes à une fondation? Je ne vois pas pourquoi l'on devrait valoriser son parcours?? Vous remarquerez d'ailleurs que
Bill Gates n'est pas du tout dans la même optique: si ses enfants vivront très bien leur vie sans avoir à travailler ils devront cependant se débrouiller eux mêmes s'ils espèrent être un jours à
la tête d'un empire financier de la même taille... Si nous "n'aimons pas nos riches" c'est tout simplement que nous n'avons pas les mêmes! (voir sinon le dossier d'alternative éco' sur le retour
des héritiers, hallucinant)



laurence hansen-love 05/04/2011 17:51



je vous parel de l'aide au développement et vous  me parlez de redistribution entre français!