Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 11:17

Hubert Reeves était l'invité de Taddéi hier soir.

 Il a dit ceci:

 "Quand j'ai commencé mes recherches, j'étais à fond pour le nucléaire; j'ai évolué très lentement. Après 50 ans de réflexion, mon opinion est que le nucléaire n'est pas la bonne solution, ce n'est pas la solution de l'avenir. Il faut s'en défaire le plus vite possible. La solution de l'avenir , ce sont les énergies renouvelables.

 Mais je sais que l'on peut avoir une autre opinion.."

 Expliquez-vous, lui demande Taddei..

 

 "Non, 50 ans de réflexion, c'es trop long et trop compliqué..."

 

 (Avis à ceux qui me lisent.

Ce sujet est complexe et demande réflexion. Informons-nous et essayons de prendre en compte les avis des plus sages et des plus mesurés parmi les savants et les philosophes, comme nous le recommnande Descartes..)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Cordroch J F 15/03/2011 14:25



Toute création humaine visant à dépendre le moins possible de la nature par le contrôle et la maîtrise de son fonctionnement ,par le remplacement de celui-ci par des moyens artificiels de se
procurer de quoi satisfaire les besoins vitaux du corps , engendre inéluctablement de manière latente ,la possibilité à la nature de produire des catastrophes ,en faisant de la création
humaine un obstacle à la libre circulation de l'énergie vitale ,se manifestant à travers les différentes forces et phénomèmnes naturels.


La volonté humaine de contôler l'aléatoire de la nature par la création de systèmes de vie artificiels ,ajoute une complexité à l'existence ,rendant celle-ci encore plus aléatoire et plus
dangereuse ,que l'homme ne veut pas voir pour ne pas avoir à reconnaître son erreur fondamentale , et l'inadaptation de sa pensée rationnalisatrice , faisant de lui un être contre-nature ,en
train de subir de plein fouet la loi de la sélection naturelle le condamnant à disparaître de la planète ,s'il ne parvient pas à temps à corriger son erreur. 


Cela implique t-il que l'homme doive se donner comme règle morale de suivre les lois de la nature, s'il veut pouvoir continuer à vivre en son sein ?Il est certain qu'au stade actuel de son
évolution ,cette question arrive un peu tard , et qu'il serait très difficile pour l'homme de se passer de certains avantages de la civilisation .Mais obeir aux lois de la nature consisterait
d'abord et avant tout ,à satisfaire ses besoins vitaux de manière naturelle , c'est à dire en se passant de tous les substituts artificiels , matériels et spirituels qu'utilise actuellement
l'homme civilisé. A partir de là ,pourrait se produire un véritable changement de manière de vivre . La question est donc : L'homme pourrait-il revenir à une satisfaction naturelle de ses besoins
vitaux , autrement dit , serait-il capable de laisser la nature reprendre possession de son organisme , avec tout ce que cela implique en terme senti et ressenti , d'action directe et spontanée
,de vie faite d'incertitude et d'aléas ,etc...Etant entendu que la satisfaction naturelle des besoins vitaux permettrait à l'homme de se passer du recours à des substituts, dont la fabrication
,la commercialisation et la consommation sont les fondements de nos sociétés contre-nature ,nouveaux obstacles contre lesquels se fracassent les forces de la nature en créeant des dégats
considérables ,source de grandes souffrances pour l'homme.


En résummé , la vie selon les lois de la nature ne serait-elle pas source moindre de souffrances pour l'homme , possédant aujourd'hui des connaissances qu'il ne possédait pas avant ,qui lui
permettrait une meilleure adaptation à la nature , sans s'opposer de manière systématique à celle-ci ,sans vouloir absolument la dominer et la soumettre à sa pensée rationnalisatrice.Obeir
aux lois de la nature ne signifierait donc pas forcément ,retour à une vie primitive , mais ,mettre la connaissance acquise durant des milliers d'années au service de la nature , et non contre
elle.