Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 18:38

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Tom 29/06/2011 11:28



D'accord avec Corodroch' quant aux capitaux c'est loin d'être un point faible de la France (c'est même un de nos seuls point forts): que les gros investisseurs ultra-libéraux le reconaissent ou
non ils apprécient l'intervention étatique francaise au niveau des infrastructures, de la qualité des protections pour les salariés et surtout de leur formation. (nous sommes grâce à ce mélange
le troisième pays reeveur d'IDE au monde)



Cordroch J F 25/06/2011 13:43



Dans un système tel que le notre ,une seule solution ,des lois obligeant les dirigeants des grosses entreprises a partager équitablement les bénéfices produits,puisqu'ils sont incapables de le
faire de leur propre initiative .N'est -ce pas la fontion des lois de compenser l'incapacité des individus à agir par eux mêmes dans l'intérêt de la collectivité . Il faudrait donc des lois ,mais
au risque de voir les capitaux et leurs propriétaires quitter le pays ,a moins de parvenir à un accord au niveau Européen .Et qui osera parmis nos politiques prendre une telle initiative
,autrement que dans des discours .Tout le monde attend en espérant que quelqu'un se décide ,cela peut durer encore longtemps , c'est en cela que consiste aujourd'hui la politique .Attendre en
faisant des discours sur ce qu'il conviendrait de faire ,tout en espérant qu'un évènement se produise ,qui soit ,précipite les choses en obligeant à une prise de décision rapide et impérative
,soit relègue le problème derrière la survenue d'un problème plus  émotionnellement préoccupant pour les individus .



laurence hansen-love 26/06/2011 21:07



ce serait très embêtant de faire fuire les capitaux. Mieux vaut obtenir des décisiosn concertées/



Tom 24/06/2011 11:23



Mais c'est pour l'ensemble des salariés que ce n'est pas mécanique! La bonne santé des entreprises profitent d'abord à elles même et ensuite, si le système fonctionne, aux autres. Mais ça n'est
pas toujours le cas, les entreprises du dixneuvième étaient florissantes sans pour autant que les salariés en aient profités. Regardez Carrefour aujourd'hui qui arnaque ses salariés depuis des
années malgrè des profits suffisants. Si les profits restent dans l'entreprises ou dans la poche d'un actionnaire et ne sont ni redistribués sous forme de salaires ni réinvestit (acroissement de
l'entreprise, recherche) tout le monde n'en proite pas!
Alors arrétez de me réfuter sans aucun argument autre que "que je le reconaisse ou non" aujourd'hui la coupure entre économie réelle et financière fait que la deuxième pompe l'argent produit par
la première sans le rendre. Don l'acroissement du PIB profite beaucoup moins à tout le monde qu'a une poignée de gros actionnaires....



laurence hansen-love 24/06/2011 21:25



d'accord d'accord... mais qu'est-ce qu'on fait?



Tom 23/06/2011 17:25



Faux! Aujourd'hui en France beaucoup d'Entreprises font des profits (depuis la crise, après une période assez chiche, c'est assez vite reparti) mais le chômage continue d'augmenter, les prix
augmentent aussi (plus qu'on veut nous le faire croire, et malgrè la politique anti-inflationniste de la BCE complètement innefficace) et les salaires stagnent! Les entreprises n'ont que faire de
l'intéret génral et leur bonne santé est indispensable à un niveau de vie en hausse mais n'est en aucun cas une garantie.
J'avouerais qu'un bon point de l'Allemagne par rapport à nous, on ne le répetera jamais assez, c'est son tissu de PME: des entreprises où l'argent risque beaucoup moins de s'évanouir dans le
système boursier ou la poche des actionnaires, mais ira plus souvent dans l'innovation ou dans les salaires (encore que en ce moment). Mais je reproche à l'Allemagne d'avoir laissé totalement
tomber le capitalisme Rhénan qui lui assure enore aujourd'hui un système économique décent (mais selon moi extrémement fragilisé) pour un système à l'anglo-saxonne où la flexibilité croissante
n'est pas contrebalancée par une securité sociale (contrairement aux pays scandinaves). D'où, comme en France, le dévellopement du "précariat" décrit par Robert Castel. On a voulu faire croire
qu'un analyse en terme de classe sociale était complètement depassé par l'émergence d'une immense classe moyenne, englobant la majorité de la société, mais les nouvelles classes populaires elles
sont bien là, en train de naître de ce  capitalisme debridé que l'on voudrait nous vendre comme un complèment essentiel de la démocratie....



laurence hansen-love 23/06/2011 23:06



tout le monde profite d'une bonne santé  générale des entreprises, de même que tout le monde souffre d'un déclin global d'un  PIB, , que vous  le reconnaissiez ou non.. (même si le
bénéfice  pour chaque salarié n'est pas mécanique, évidemment!)



Tom 22/06/2011 10:39



Sur l'article de F.Lemaître c'est exactement ce que je voulais dire préceddement en mettant dynamisme entre guillemets: La croissance allemande repose en grande partie sur du vide! C'est une
croissance à l'exportation qui est consécutive à une forte baisse du niveau de vie, les allemands n'y ont pas gagnés, les entreprises allemandes si. Alors après libre à vous de me dire que
l'intéret commun prime, que les entreprises allemandes vont maintenant remonter les salaires et que cela va profiter à tout le monde... moi j'attend de voir (pour l'instant ce n'est pas le cas).



laurence hansen-love 22/06/2011 20:42



Ce qui profite aux entreprises profite à tous... à tous ceux qui travaillent, à moyen terme.
 Mieux vaut vivre en Allemagne, et y travailler,  que en Grèce en y étant fontionnaire.