Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 10:05

 

 

Nietzsche-par-Munch-copie-1.jpg

 

 Pourquoi restes-tu là  à me regarder?

 


"Observe le troupeau qui paît sous tes yeux : il ne sait ce qu'est hier ni aujourd'hui, il gambade, broute, se repose, digère, gambade à nouveau, et ainsi du matin au soir et jour après jour, étroitement attaché par son plaisir et son déplaisir au piquet de l'instant, et ne connaissant pour cette raison ni mélancolie ni dégoût'. C'est là un spectacle éprouvant pour l'homme, qui regarde, lui, l'animal du haut de son humanité, mais  envie néanmoins son bonheur - car il ne désire rien d'autre que cela : vivre comme un animal, sans dégoût ni souffrance, mais il le désire en vain, car il ne le désire pas comme l'animal. L'homme demanda peut-être un jour à l'animai : M Pourquoi ne me parles-tu pas de ton bonheur, pourquoi restes-tu là à me regarder ? » L'animal voulut répondre, et lui dire : «Cela vient de ce que j'oublie immédiatement ce que je voulais dire » - mais il oublia aussi cette réponse, et resta muet - et l'homme de s'étonner.
Mais il s'étonne aussi de lui-même, de ne pouvoir apprendre l'oubli et de toujours rester prisonnier du passé : aussi loin, aussi vite qu'il coure, sa chaîne court avec lui. C'est un véritable prodige : l'instant, aussi vite arrivé qu'évanoui, aussitôt échappé du néant que rattrapé par lui, revient cependant comme un fantôme troubler la paix d'un instant ultérieur. L'une après l'autre, les feuilles se détachent du registre du temps, tombent en virevoltant, puis reviennent soudain se poser sur les genoux de l'homme. Celui-ci dit alors : "Je me souviens », et il envie  l'animal qui oublie immédiatement et voit réellement mourir chaque instant, retombé dans la nuit et le brouillard, à jamais évanoui."

 

Nietzsche , Considérations inactuelles,  Folio Essais , P 95

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Jocelyn 10/07/2011 17:34



Mon commentaire est totalement hors sujet mais je ne savais pas où le mettre pour être franc. Je viens de regarder un documentaire inquiétant sur l'actualité de la technique qui avait été diffusé
il n'y a pas si longtemps sur france 2 et qui pose beaucoup de questions philosophiques (je pense à Bergson à Darwin , enfin vous me direz) http://www.youtube.com/watch?v=H3y5IEPTluk (il serait intéressant de le poster sur votre blog pour ouvrir un
débat, mais comme je n'ai toujours vu que des documents écrits ...)



laurence hansen-love 10/07/2011 18:32



merci Jocelyn



Cordroch J F 08/07/2011 12:13



Si le passé peut être une prison pour un individu ,il peut aussi être une source de liberté , tout dépend de ce qui s'est gravé dans la mémoire de cet individu durant ses trois à dix premières
années d'existence ,tout dépend donc des émotions qu'il a éprouvées durant son enfance . Il ne sagit pas pour l'homme de pouvoir oublier ,cela lui est impossible ,il lui faut pouvoir
assimiler , digérer ,tout ce qu'il éprouve par l'intégration du particulier à l'intérieur du général .


Ce n'est que très récemment que les spécialistes du cerveau ont enfin compris le rôle fondamentale des émotions dans la formation du psychisme humain et le dévellopement de l'intelligence (voir
Science et Vie de Mars 2010 ) .J'en ai personnellement toujours été convaincu en observant mon propre fonctionnement ,dans lequel je retrouve de manière parfaitement claire ,l'influence capitale
des émotions que j'ai éprouvées durant mon enfance .Aujourd'hui ,tout cela est démontré par des expériences en laboratoire sur des rats ,et des études sur le dévellopement de l'enfant .


Eprouver le plus d'émotions possibles ,le plus profondément possible apportera à l'individu une plus grande sensibilité ,et ce qu'elles que soient les émotions . Mais il est évident que selon la
teneur de ces émotions ,plaisir ou déplaisir sur une échelle allant du plus petit au plus grand ,et selon la répétition de celles-ci ,il se produira soit une positivité, ou soit une négativité ,
dans la relation de l'individu avec la réalité ,en commençant par sa propre réalité ,qu'il acceptera plus ou moins bien ,ou qu'il fuira carrément .


Le meilleur moyen d'assimiler ce qui est émotionnellement gravé dans la mémoire ,de l'oublier en quelque sorte ,est de pouvoir évacuer spontanément ,instantanément ,la tension produite ,par
l'action directe,ou à l'aide d'un médiateur proposé par une culture particulière ,tels certains rites .


J'arrête là ,il y a tellement à dire sur le sujet  ...Je finirai en disant que ce qui fait du passé une prison , est le fait de priver l'individu de la possibilité de se libérer de la
tension émotionnelle  ,soit par l'action directe et spontanée ,naturelle donc , ou soit par la participation à certaines pratiques culturelles collectives, permettant d'oublier ce qui a été
éprouvé personnellement  en participant à un mouvement d'ensemble formant un tout .



meslet 07/07/2011 18:02



bonjour


 ANIMAL  vient du latin ANIMUS  qui veut dire entre autres ESPRIT...pour moi cette etymologie suscite pas mal de réflexions...NON?



laurence hansen-love 07/07/2011 21:48



oui, c'est exact. Voir le De anima de Aristote. Tout ce qui est animé a une âme par définition...