Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 10:47

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

demain 09/07/2011 11:58



"Il faut tout d'abord admettre que la défiance vis-à-vis du libre-échange n'est absolument pas spécifiquement française. [...] En réalité, aujourd'hui, dans la plupart des pays occidentaux, la
préférence  pour le libre-échange est extrêmement faible." Absurde démondialisation, Zaki Laïdi.


En fonction de cette part de "défiants du libre-échange" en Europe, plusieurs alternatives concrètes s'offrent à nous, du plus au moins souhaitable :


1. Les pays de l’UE acceptent le protectionnisme sous l’impulsion du président
français, suite à des négociations. Cela paraît peu probable, puisque ces discussions se feraient avec des dirigeants pour la plupart libre-échangistes
(libre-échange intrinsèque au R-U).


2. Les pays de la zone € (y compris l’Allemagne) acceptent le principe de protectionnisme au niveau de la zone euro. C’est compliqué mais possible.


3. Si l’Allemagne et d’autres pays refusent (Pays-bas ?), il faudrait –c’est triste à
dire– engager un rapport de force (cf. compromis du Luxembourg) : la scission de la zone euro, la constitution par des États volontaires d’une zone économique aux frontières de laquelle le
protectionnisme serait appliqué, et le lancement d’un ultimatum de six mois à l’Allemagne. Il s’ensuit soit une scission définitive entre libre-échangistes et protectionnistes (mais pas la fin de
l’UE) soit l’acceptation par l’Allemagne de renégocier les conditions de la zone euro (statut de la BCE, valeur de l’euro, politique fiscale, protectionnisme).


En tout dernier recours , si la France est seule, il faudrait réinstaurer un
protectionnisme aux frontières nationales, mais un protectionnisme automatiquement moins efficace, plus prudent qu’en communauté élargie.


Pour la Chine, ils se moqueront rapidement de nos Airbus, ils ont déjà le leur qu’ils vont
développer : le C919 ! Et en cas d’escalade des mesures de rétorsion, nous sommes moins otages de leurs achats qu’eux des nôtres : s’ils se « vengent », ils ont beaucoup plus à perdre
que nous en terme de marchés, car ils sont dépendants de nos achats.



laurence hansen-love 09/07/2011 17:29



je ne suis pas d'accord



Tom 08/07/2011 12:51



Bah sauf si c'est l'UE et pas la France seule qui fait ça: on est la première puissance économique du monde...
Mais sur le plan symbolique ça serait moche: sans faire d'occidentalisme (vous savez que je déteste ça) le berceau de la démocratie et du libéralisme qui se ferme au reste du monde). Et bien
évidemment une réelle fermeture serait désastreuse à court terme et létale à long terme. Mais un protectionnisme européen ciblé (pour protéger ou développer une industrie par exemple) je l'ai
déjà dit je n'y suis pas opposé...



laurence hansen-love 08/07/2011 14:35



Vous n'y êtes pas opposé! Et bien les chinois vont être drôlement contrariés s'il l'apprennent!



Tom 05/07/2011 22:56



Mais les chinois sur-subventionnent les aspects primordiaux de leur économie! Comme les américains le font avec Boeing! Et, comme nous, avec leur agriculture!
Ça aussi c'est du protectionnisme, c'est même le seul qui vaille aujourd'hui car, comme vous venez de le dire, l'interconnexion des économies interdit les barrières aux frontières...



laurence hansen-love 07/07/2011 11:12



Les chinois font ce qu'ils veulent, y compris acheter la Grèce. Pas nous..



Tom 05/07/2011 13:55



On n'en parle peut-être qu'en France (je n'en suis pas sur) mais je ne vois pas pourquoi ce serait impossible à mettre en place: les allemands n'exportent quasiment que vers l'Europe, les pays de
l'Est pareil me semble t'il, l'industrie italienne souffre de la concurrence hors UE,...
ça ne veut pas dire que je suis pour, si protectionnisme il doit y avoir je préfère qu'il soit européen mais je n'aime pas l'idée d'une Europe qui se ferme aux échanges, petit îlot de
dévellopement en stagnation au milieu d'un monde d pays émergents...
(par contre comme je l'ais dit je ne rejette pas l'idée d'un protectionnisme ponctuel, ciblé et temporaire -ce qui au passage serait bien en dessous de ce que fait la Chine ou surtout les USA-).



laurence hansen-love 05/07/2011 21:08



hum hum hum.. Vous voulez faire du protectionisme contre les chinois? Ils arrêtent aussitôt d'acheter nos airbus...



demain 03/07/2011 17:07



C'est vrai, le protectionnisme est toujours "à l'extérieur". Je reformule : concernant le commerce extérieur, un protectionnisme au niveau des frontières de l'UE. 



laurence hansen-love 03/07/2011 23:24



mais enfin cela est irréaliste: personne ne demande cela hormis la France! La Franc ene peut imposer un  protectionnisme européen!