Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 12:37

 

 Un de mes visiteurs m’a reproché hier  d’avoir cité (j’ai même indiqué le lien) un article  du Point extrêmement désobligeant pour Eva Joly. Il me dit que la candidature d’Eva Joly mérite un traitement « plus rigoureux ». Dont acte.
  J’ai retiré mon post, car je ne veux pas choquer  mes lecteurs et l’article (qui m’a bien fait rire !) peut être jugé douteux, xénophobe etc…

 

 Toutefois, après réflexion, voici quelques remarques -  rigoureuses ou pas, vous jugerez !

 

 (de façon générale, je fournis sur ce blog de nombreux  textes ou liens, et j’essaye de ne  pas mettre spécialement en avant mon opinion.

 Mais il arrive tout de même que je le fasse.  En l’occurrence, puisque vous m’y incitez… )
 

 La voici  donc :

1)      Certains humoristes, qui sont omniprésents dans notre démocratie aujourd’hui, ont parfois quelque chose  à nous apprendre

2)      Les fameux  communicants  des candidats à la Présidentielle - notamment - devraient en tenir compte. Car la « forme » joue un rôle décisif dans les combats électoraux

3)      Et pour cette raison - entre autres - les candidats doivent absolument éviter de prêter le flan à certaines critiques, et, par-dessus tout, éviter le ridicule, dans la mesure du possible. C’est pourquoi ils doivent soigner aussi la forme (apparence etc..) et les formes (moralité, langage etc..).


 Donc, voici deux illustrations de ces remarques de simple  bon sens :

 

1)      Eva Joly n’était pas une candidate plausible ! Ses qualités humaines ne sont  pas  en cause. On peut admirer son parcours - c’est mon cas - être en accord avec ses combats courageux. Je pense que le choix de cette candidate maladroite, inexpérimentée, « candide » (pour être gentille), dénuée de tout charisme,    était purement suicidaire et (ou ?) imbécile. Compte tenu de mes orientations, et de la gravité  objective des enjeux (nucléaire, climat..), je suis atterrée de l’irresponsabilité des écologistes (électeurs mais aussi appareil du parti ?) dans ce choix. Sur ce point, le papier très…méchant que je citais est aussi probant que les discours respectueux.

2)        Même remarque  en ce qui concerne DSK. Mes amis encartés socialistes me disent « il n’a commis aucun délit » (voir à ce sujet, par parenthèse, le dossier  de Libé ce matin : « Voici un homme qui était l’interlocuteur de Barck Obama et de Angela Merkel et qui préférait la compagnie de Dodo la saumure et de ses filles »  (édito) )
 Soit (pas de viol, pas de délit). Mais… comment ses amis, ses proches, ses communicants, et les pontes du PS ont-il pu voir en lui l’homme providentiel qui allait sauver la France  puis  l’économie mondiale ? Ne me dites pas qu’ « ils ne savaient pas »,  vu que tout le monde savait (cf : l’épisode Guillon). Donc un homme à ce point vulnérable ne devait pas envisager de se présenter à la Présidentielle, et ses amis se devaient de l’en dissuader. C’est pourquoi le ridicule qui le frappe aujourd’hui est  à mon sens, hélas pour lui et pour nous, le fin mot de l’histoire. Que ses amis du PS n’aient pas compris cela, qu’ils n’aient pas anticipé  (on pouvait imaginer bien pire !) est ahurissant. Sur ce point, il me semble que les Guignols et Plantu sont plus perspicaces que tous les cadres (irresponsables) du PS qui n’ont rien vu venir. Constat consternant là aussi.

 

 Conclusion :

 On a la gauche le plus conne du monde ; en revanche, on a des humoristes et des gens d’esprit (je pense par exemple à Plantu, toujours si clairvoyant, ou à Marcela Jacub ces jours-ci), c’est tout ce qu’il nous reste pour nous consoler un  tout petit peu… Mais cela ne suffira pas à freiner le réchauffement climatique.

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Cordroch J F 07/12/2011 12:11


A l'origine de tout système socio-économique il y a le besoin des individus de se procurer une sécurité matérielle et par conséquent psychologique et ,ou , inversement , avec l'exploitation de ce
besoin ,entre individus ,comme moyen de se procurer la sécurité recherchée initialement .A partir de là s'établissent des relations ,des rapports ,des interactions etc ...qu'il faut tenter
d'organiser afin de maintenir une certaine stabilité au sein du système né de ce rassemblement disparate .


A l'origine le besoin est le même pour chaque individu , chacun parvenant à le satisfaire selon ses capacités intrinsèques  et selon ce qu'il possède au départ comme moyens extérieurs . Dès
le départ il existe des inégalités qui seront entretenues et généralement augmentées par l'exploitation que feront les prviligiés des défavorisés .De tout temps ,chacun à tout fait pour conserver
ses privilèges , et chacun à tout fait pour tenter de devenir un priviligié . Rares sont ceux qui ne possédant que très peu se sont contentés de ce qu'ils avaient ,et ne se sont donc pas laisser
enfermer dans le cercle infernal d'en vouloir toujours plus ,dès que l'on commence à en posséder un peu plus que la majorité . Et si une partie de la population n'est pas parvenue à posséder
ce qu'elle aurait souhaité avoir , c'est à dire suffisamment pour pouvoir vivre en toute sécurité ,c'est qu'une minorité étant parvenue à posséder beaucoup plus que le nécéssaire ,refuse de
partager ,cherchant au contraire à en avoir encore et toujours plus ,en exploitant sans scrupule aucun ,ceux qui sont dans le besoin et dans l'attende .Les possessions dont il s'agit sont
autant  ,la commaissance , l'éducation ,que la propriété , l'argent etc ...que ceux qui les possèdent tiennent à conserver , afin de pouvoir continuer à exploiter ceux ne les possédant
pas .


Il n'y a donc rien à attendre de nos élites contrairement à tout ce qu'ils nous font miroiter .Il faudrait d'abord qu'ils ballayent devant leurs portes  leur monstrueux égoisme et leur
lâcheté .Il ne reste qu'à l'individu lambda à se prendre en main lui-même , mais le peut-il ? le veut-il ? Lui aussi doit balayer devant sa porte sa tendance à la soumission facile à des
idéologies lui promettant un monde meilleur  .


L'origine de nos systèmes socio-économiques actuels n'est pas rationnelle , ils ne sont donc pas le produit de la volonté de l'homme d'élaborer des structures permettant de procurer aux individus
une sécurité .Ils répondent au besoin irrationnel des individus d'une sécurité qu'ils éprouvent de manière excéssive depuis qu'ils se sont retrouvés déracinés par la perte de leur culture
originelle .Par contre la nécéssité d'organiser les systèmes et d'y maintenir un certain équilibre ,à développé de manière significative la rationalité ,devenue rationalisation systématique
créatrice d'idéologies .


L'homme pouvait-il faire autrement ?Malheureusement non , mais aujourd'hui nous pouvons rectifier les choses ,cela demande une remise en question de plus de deux milles ans d'histoire . C'est une
question de volonté ,d'abord et avant tout .

Tom 05/12/2011 17:01


Par rapport à votre discussion je trouve au contraire que le "balaie devant ta porte" est très catho'! Repend toi, flagelle toi, et surtout, surtout, ne va pas remettre en cause les vrais
responsables, ceux qui sont vraiments reponsables de ta situation et de l'état de la société. La religion a maintenu "l'ordre social" pendant un sacré bout de temps! Hors j'ai peur aujourd'hui
d'un "écologisme" qui deviendrait un nouveau catholicisme, nouvel idéologie rédemptrice. Certes il serait stupide de ne pas remettre en cause nos habitudes de vies, notre consommation,etc...
Mais sérieusement où faut-il aujourd'hui provoquer des changements? A la tête de l'Etat et des grandes entreprises, ce sont eux seuls qui peuvent initier les évolutions indispensables
(dans l'utilisation d'énergies fossilles ou du nucléaire par exemple: le contribuable lambda doit-il "balayer devant sa porte"?)...

laurence hansen-love 05/12/2011 23:35



comment vous faites cela? "Provoquer des changements à la tête de  l'Etat et des grandes entreprises"... On voit  bien que les chefs d'Etat eux-mêmes sont de plus en plus
impuissants devant les puissances financières mondiales...



Cordroch J F 05/12/2011 09:25


Personnellement , je préfère voir des espèces animales et certains de nos beaux paysages diparaître suite à un réchauffement climatique (même si l'homme en est en partie responsable ), que de
voir des millions d'individus disparaître à cause de la folie de certains individus ,ou d'idéologies d'origine irrationnelles . La nature à les moyens de se renouveller en créeant de nouvelles
espèces ,notamment grace à des modifications climatiques ,par contre l'homme à les moyens de s'auto-détruire .Ce qui est inédit est le potentiel de destruction que possède l'homme .

laurence hansen-love 05/12/2011 23:29



les hommes sont en train de détruire la nature, donc leurs chances de survie (les abeilles, par exemple)



Stéphanie 04/12/2011 15:34


Oui ? ... Bon , moi j'aime bien l'humour de Diogéne lorsqu'il dit à Alexandre : "Hotes toi de mon soleil!".... J'aime bien cet homme , ce clochard qui envoie chier le maître du monde ...


Mais je perciste à penser que l'humour est plus que celà , plus que de se moquer de soi . C'est pourquoi je dis "Dieu est humour"par son absolue gratuité ... Je trouve que le Divin est le summum
de l'humour .

Cordroch J F 04/12/2011 10:31


J'apprécie beaucoup votre petite mise au point avec laquelle je suis en accord .Concernant le réchauffement climatique qui semble tant vous effrayer , la planète en en vu d'autres ,et aux
conséquences beaucoup plus importantes .Que ce réchauffement en train de se produire soit la conséquence de l'activité humaine , ou qu'il soit tout simplement d'origine naturelle , n'a pas à mes
yeux grande importance , ce qui est clair c'est qu'il est incontestable , et qu'il va modifier pas mal de choses au niveau planètaire .Un boulversement s'annonce et cela ne me déplait pas , c'est
même indispensable pour un revouvellement du processus du vivant .Certe ,cela ve engendrer des situations dramatiques pour beaucoup de monde ,mais personne ne peut rien y faire , les forces de la
nature sont les plus puissantes , alors autant s'en faire une raison et accepter les choses . Le problème est toujours le même , l'homme ne peut s'empêcher d'imaginer le pire en se contentant
d'un certain anthropocentrisme , en ne se souciant que de sa petite sécurité matérielle .De plus il aime le catastrophisme ,cela lui donne des raisons d'avoir peur et de se sentir ainsi exister
,c'est une forme de masochisme et de complaisance dans la victimisation permettant une déresponsabilisation .

laurence hansen-love 04/12/2011 15:25



Ce qui se passe maintenant est totalement inédit. Pas pour la Planète, mais pour l'humanité. A partir de 2007, les changements deviendront irréversibles.
 Ce qui me brise le coeur, c'est l'idée que des peuples entiers (petites îles ) vont disparaître. Et bien sûr tant d'espèces aujourd'hui en voie de disparitions comme les pandas, les tigres,
les ours blancs etc..voués au même sort que les Dodos de l'Ile Maurice.