Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 13:44

En général, les profs ne sont pas pour...

 

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2011/11/15112011_EvaluationEnseignants.aspx

 

 (Evidemment il faut des grilles et des garde-fous pour éviter les excès et les injustices)

 

L'idée de prendre en considération les progrès objectifs des élèves concernés paraît revevable....
On peut être raisonnablement  favorable à un système qui permettrait aux  profs les plus "méritants", les plus investis,  de faire carrière  (augmentation de salaires, mutations etc..) et aux  moins motivés au moins de prendre conscience du problème, si problème il y a.

 Bref,  il faut essayer d'enrayer la fuite des profs et le déclin du public par rapport au privé...  compte tenu du fait que l'on ne peut "revaloriser" globalement le pouvoir d'achat des profs..

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Education
commenter cet article

commentaires

Despicht 20/11/2011 11:37


"La tâche des instituteurs, ces obscurs soldats de la civilisation, est de donner au peuple les moyens intellectuels de se révolter."
Louise Michel - 1830-1905 - Mémoires - 1886

laurence hansen-love 20/11/2011 21:33



merci pour cette citation...



Despicht 19/11/2011 23:21


Je ne vois pas en quoi une inspection change quoi que ce soit aux professeurs que vous dites
"défaillants". J'ai connu des collègues qui vivaient l'enfer dans leurs classes. Qu'a-t-on fait? rien! J'ai connu des collègues alcooliques dangereux pour les élèves et pour eux-mêmes. qu'a-t-on
fait? Rien. Aucune aide, aucune solidarité! Je soupçonne même parfois un certain sadisme de la part de certaines personnes pour laisser ces malheureux s'embourber. Quant aux propos sur le privé,
ils me font bien rire. Il est normal que les gens pensent que le privé est mieux puisqu'on paie! Mais la réalité est tout autre. Nous pouvons sentir une volonté acharnée d'appliquer des critères
des entreprises aux écoles et aux professeurs. L'école est devenue un accès à l'emploi. Normal avec le chômage qui sévit. On oublie le plaisir du savoir, de la culture. On oublie le loisir, la
sholé des Grecs. Tout doit être utile pour gagner de l'argent. Les entreprises envahissent de plus en plus les formations et les écoles. La logique de marché aussi. A quoi ça sert d'étudier le
jansénisme, la Princesse de Clèves, les auteurs antiques pour remplir un C.V. et pour participer au salon de l'Auto et trouver un emploi? Eh bien, notez, hiérarchisez, évaluez! Je pensais que
l'école devait être un lieu sacré, un sanctuaire, pour que les élèves échappent aux préjuges des parents, de la société, aux pressions des patrons, aux manipulations des marchands, à
l'obscurantisme des religions. Je constate que rien n'a résisté, que les digues sont rompues, que l'école est devenue une propédeutique de Pôle-Emploi, que les jeunes sont de plus en plus
exploités et complétement désarmés, sans esprit critique, dans une société qui a perdu le sens de la lutte, de la solidarité, envahie par le flot incessant et monstrueux de la propagande des
médias, et que les professeurs sont de plus en plus soumis, le dos courbé à subir les reformes stupides, inefficaces, démagogiques et un ministre formé à la gestion. Nous allons payer cher et
longtemps les politiques gestionnaires et irresponsables. Alors notez, hiérarchisez, évaluez, ça ne changera rien aux problèmes. Bonne soirée à tous. J'ai des copies à corriger.

laurence hansen-love 20/11/2011 21:30



et moi aussi j'ai des copies. Demain. 60 copies d'HK



PINAT 18/11/2011 21:28


"Mon expérience est toute différente. J'ai été évaluée par des inspecteurs qui ont toujours été bienveillants et de bons conseils."
 


Moi aussi. C'est pourquoi il ne faut surtout pas faire disparaitre les inspecteurs, seuls compétents pour évaluer la qualité des cours d'un professeurs.


" Je ne pense pas du tout que les proviseurs soient  forcément incompétents pour évaluer les profs. J'ai eu la chance de connaître des bons proviseurs, sans doute."


Il y a de bons proviseurs dans les bons lycées parisiens, je n'en doute pas. Mais dans la majorité des établissements de France, ce n'est pas le cas. Baucoup sont des petits
chefs carriéristes qui ne veulent pas qu'on fasse de vague, et c'est tout. Les professeurs qui exercent leur autorité et qui sont exigeanrs avec les élèves seront saqués, croyez-moi, et
ce sera le triomphe de la démagogie.


 "De façon générale, je crois que les proviseurs peuvent évaluer la qualité des professeurs . Ils ont beaucoup de sources, beaucoup de retours des élèves, des parents d'élèves, des collègues
etc..."


Les élèves et leurs parents n'ont nullement la capacité nécessaire pour évaluer les enseignants. Ou alors, les enseignants mettront des bonnes notes à tout le monde et jamais de punition, on
laisse les élèves faire n'imorte quoi. Dans la plupart des établissements de France, les parents d'élèves viennent se plaindre dès qu'un professeur est exigeant et fait preuve d'autorité,
sachez-le. Se fier à l'avis des parents et des élèves, c'est tomber dans le clientèlisme qui mènera l'école à toujours plus de démagogie. Les proviseurs n'ont que des échos, comme vous le dites,
mais c'est donc le triomphe de la rumeur, le rène de la réputation, de la doxa, la dictature du On, comme dirait l'autre, et non la justice. Les professeurs seront évalués sur leur popularité,
non sur leur compétence, et croyez-moi, c'est bien différent. Rien de plus popumaire que ces profs qui passent en permanence des films aux élèves plutôt que de faire cours... Il n'est pas
difficile, croyez-moi, d'être bien vu de tout ce monde tout en étant un prof nullissime, et d'être mal vu précisément parce que vous faites votre travail.


" A ma connaissance c'est ce qu'il se passe dans le privé, et autant que je sache, les gens se tournent de plus en plus vers le privé..."


Et les gens ont bien tort ! Ce qui se passe dans le privé fait peine à voir. On traite les parents comme des clients et on se moque d'eux, en réalité. Mais fort heureusement, ce n'est pas encore
ce qui se passe dans le privé : les professeurs sont évalués à 40% par le proviseur et à 60% par l'inspecteur pédagogique, comme dans le public. 

laurence hansen-love 19/11/2011 12:38



Il faut un système mixte évidemment... Il faut que les Inspecteurs jouent leur rôle. Je suis d'accord avec une grande partie de de que vous dites, mais je maintiens que l'avis des élèves, des
parents  etc... n'est pas non plus totalement nul et non avenu...


 Sinon: je passe beaucoup de films à mes élèves, mais je fais aussi le programme en son entier. Mais je comprends bien ce que vous voulez dire...


 Autour de moi , je vois qu'il y a des profs qui s'investissent énormément  (comme un collègue qui déjeune une fois par semaine avec les élèves pour les aider dans leur orientation) et
d'autres pas du tout. Ce n'est pas juste que ce type de différences ne soit pas pris en compte dans la note (à l'ancienneté)..
En ce qui concerne le privé, pour ce qu'on m'en raconte, c'est quand même mieux que le public en général .. (hélas)



PINAT 18/11/2011 20:13


Faut-il que les profs soient évalués ?


Telle n'est précisément pas la question puisqu'ils sont déjà évalués par les chefs d'établissement et les IPR.


La question est : par qui doivent-ils être évalué ? Par des gens compétents, bien entendu. Or, un proviseur n'est pas compétent dans la discipline du professeur qu'il devra juger. Le professeur
de philosophie ne sera donc pas noté sur ce qu'il est capable de faire d'un texte de Kant, car le proviseur n'y connait rien et ne vient pas dans les classes. Il sera donc évalué sur son
obéissance au proviseur, à savoir sur le fait qu'il mette un maximum de bonnes notes, aucune colle, aucune exclusion de cours, et surtout pas de vague et une participation à tous les projets
pédagogiques bidons. Un tel mode d'évaluation ne peut donc que donner un coup d'accélérateur à la démagogie et au laxisme de notre école dont le niveau chute sans cesse. Le but des proviseurs de
lycée n'est pas d'avoir des professeurs, c'est d'avoir de bonnes moyennes à présenter au rectorat et un minimum de punitions et de sanctions pour faire croire à tout le monde que tout va bien
dans le lycée même si un jour un professeur s'immole.


On ne peut donc qu'être très préoccupé par un tel projet qui achèverait notre école.

laurence hansen-love 18/11/2011 20:55



Mon expérience est toute différente. J'ai été évaluée par des inspecteurs qui ont toujours été bienveillants et de bons conseils.
 Dans certains cas (à Jules Ferry par exemple) , le proviseur assistait à l'inspection.
 Je ne pense pas du tout que les proviseurs soient  forcément incompétents pour évaluer les profs. J'ai eu la chance de connaître des bons proviseurs, sans doute.


 De façon générale, je crois que les proviseurs peuvent évaluer la qualité des professeurs . Ils ont beaucoup de sources, beaucoup de retours des élèves, des parents d'élèves, des collègues
etc...
 Le système comportera des inconvénients, c'est sûr, des risques, mais il n'est pas absurde en lui-même.


 A ma connaissance c'est ce qu'il se passe dans le privé, et autant que je sache, les gens se tournent de plus en plus vers le privé...



Despicht 18/11/2011 12:53


Je suis peut-être un incurable utopiste, mais je ne pense pas que l'être humain soit un âne à qui il faut
la carotte et le bâton. Je pense que les inspections sont infantilisantes et ridicules du simple fait qu'elles se font en une heure sur 5 ou 6 ans voire plus. La leçon perd de sa spontanéité
parce que le professeur n'est pas dans une situation normale et les élèves non plus, l'observateur modifiant les observés. La notation par les proviseurs sera encore pire. Ca va être une
catastrophe pour l'ambiance des lycées. Je me méfie aussi de l'idée des professeurs qui ont du mérite, car cette idée simpliste mais pernicieuse, laisse à penser qu'un professeur qui enseigne
n'est pas un bon professeur s'il ne transforme pas en animateur socio-culturel, en organisateur de voyages, en superman ou(woman) des heures sup. et en abonné de la SNCF pour aller aux stages.
L'enseignant, ne l'oublions pas a une vie de famille et sociale et politique aussi, il me semble avoir droit à des loisirs et pourquoi pas des vacances. Pardonnez mon audace ! Certes
nous avons  parfois besoin d'aide et de soutien, de conseils et non d'inspections, de réprimandes, et de notes. Mais là je parle d'une autre société, où les hommes ne seraient plus
traités comme des animaux domestiques, mais comme des êtres libres et solidaires. Mais je parle pour dans 10 siècles, comme disait Léo.


Salutations amicales à tous.

laurence hansen-love 18/11/2011 20:45



merci Despitch.. 
 Mais en même temps, il me semble difficile de revendiquer indéfiniment un statut à part pour les profs.


 On ne peut pas faire comme si les profs défaillants n'existaient pas. On ne peut pas faire comme si le problème de la stagnation dans la carrière n'existait pas...