Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 13:04

Voici un mini-corrigé rédigé par moi cette année pour mes élèves de terminales:

 

Faut-il toujours raison garder ?

 

« Toujours raison garder » est une expression du langage courant, qui signifie : obéir en tout à sa raison, suivre les commandements de sa raison (ou: n'écouter que les commandements de sa

raison ?), privilégier en toutes circonstances un comportement réfléchi. On est tenté de répondre aussitôt : « oui, bien sûr, il faut toujours raison garder ! » (qui aurait l'idée de jeter une boussole, de rejeter les indications d'un guide expérimenté ? ). Mais d'un autre côté, pourtant, dans certaines circonstances de la vie, il n'est pas possible de n'écouter que sa raison. - lorsque l'on est amoureux, par exemple, ou bien lorsque l'on se trouve devant d'insolubles cas de conscience. Il n'est donc pas certain que l'on puisse toujours raison garder... Mais si une règle de conduite est impossible à adopter, cela a-t-il encore un sens de la prescrire ? On peut en douter.

 

I Pourquoi il semble souhaitable de toujours « raison garder »

 

Nous possédons une « raison », elle nous distingue des bêtes, et elle nous tient lieu d'instinct. A condition toutefois que nous prenions la peine de nous en servir. Mais comment bien se servir de sa raison ?

Descartes nous propose une méthode qui nous permet de toujours « raison garder », si nous réussissons à la suivre, si possible, en toutes choses. Cette méthode comporte quatre règles principales (partie 2 de Discours de la méthode, p 23,  Hatier). On remarque toutefois que l'ensemble de ces directives sont suspendues à leur premier moment (la première règle), à savoir la découverte d'une première vérité, qui relèverait, selon Descartes, de « l'évidence ». Mais sommes-nous certains de toujours reconnaître les véritables évidences ? Certaines de nos opinions, ou de nos convictions, nous apparaissent évidentes, et ne le sont pas du tout... Comment éviter ce piège des fausses évidences ? (« Descartes a logé la vérité à l'auberge de l'évidence, mais il a oublié de nous en donner l'adresse » ironise le philosophe Lachelier). Donc le principe « il faut toujours raison garder » est excellent, mais trop vague et pas forcément accessible à tous, même avec beaucoup de bonne volonté !

Ccsion : il faut toujours « raison garder » dans la mesure du possible ! Cet objectif rencontre vite, cependant, de sérieux obstacles.

 

II Pourquoi il n'est pas possible de toujours « raison garder ».

 

L'homme, dit Pascal, n'est ni ange ni bête. Ce qui signifie qu'il n'est pas constitué (exclusivement) d'une âme (purement) rationnelle. Il y a en lui une part de sensibilité, de sentiments, un « coeur », dont il serait inepte de faire abstraction (« Deux excès : exclure la raison. N'admettre que la raison » Pascal, Pensée 253).

Ainsi, dans notre vie amoureuse, nous ne sommes pas - évidemment - déterminés par des considérations rationnelles ! Il en va de même dans le rapport à Dieu (ou à une transcendance) pour un croyant. (« le coeur a ses raisons... » Pascal). Lorsque nous agissons par compassion, nous ne sommes plus gouvernés par la raison.  Hume et Rousseau ont même été jusqu'à dire que l'on ne peut fonder la morale sur la seule raison ( Il n'est pas contraire à la raison de préférer la destruction du monde entier à une égratignure de son petit doigt" Hume);

 

Dans le cas de difficiles choix moraux, il n'est pas toujours possible de se fonder sur la seule raison (par exemple le choix d'entrer dans la résistance et de se « salir les mains »). Lorsque nous souffrons - autre situation exemplaire - nous devons faire preuve de courage, de force d'âme, comme nous le recommande Descartes à la suite des stoïciens (troisième maxime de la morale provisoire). La raison seule est sans force.

Bref, il serait faux de penser que l'homme peut se contenter en toute chose de suivre les prescriptions de la raison.

 

 

Clsion : « Les hommes sont si nécessairement fous, que ce serait être fou, par un autre tour de folie, de n'être pas fou ». (Pascal,  B. 414).

 

III II existe différents sens du mot « raison », donc différentes manières, fort différentes, de

 « raison garder ».

 

On distinguera "raison raisonnable" et "raison rationnelle"

On ne saurait régler sa vie de manière purement rationnelle. L'existence n'est pas un théorème de géométrie, les décisions ne sont jamais déduites de certaines prémisses suivant une méthode rigoureuse ! Mais à cet égard le cas de Descartes est à nouveau exemplaire. (Troisième partie du Discours de la méthode : la morale provisoire). La « morale provisoire » (problématique, hésitante) n'est pas « rationnelle » puisqu'elle ne se fonde pas sur la connaissance de la vérité, encore en suspens ce stade du Discours. Descartes nous donne de simples conseils, sans certitude ni garantie de résultat. II s'agit bien en effet de « raison garder » mais la « raison » est ici humble, prudente, pragmatique. On est très loin d'une rationalité de type logique, et qui se prétendrait infaillible. Le sage saura à l'occasion composer avec ses passions, accepter ses sentiments (comme on le voit à propos de l'analyse de Descartes concernant la « fille qui louche », lettre à Chanut, 6 juin 1647), admettre des formes de compromission, apprendre à négocier avec le réel, y compris celui de notre nature ambivalente. Descartes, à cet égard, n'a pas la rigidité des stoïciens pour qui « raison garder » signifie :  s’efforcer de renoncer à tout désir.

 

Conclusion.

Bien sûr, il semble souhaitable, en règle générale, de « toujours raison garder ». Cependant, que serait le monde si tous les hommes n'avaient jamais été que raisonnables ou, pire encore, rationnels ? Alexandre, César, Napoléon ont-ils voulu toujours « raison garder » ? Les artistes, les créateurs, sont souvent bien peu respectueux des normes rationnelles. La règle donc, comporte bien des exceptions, et Pascal lui-même nous dit que     « la vraie philosophie se moque de la philosophie » (entendez:  la foi dépasse la philosphie seulement  rationnelle).

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Val 30/06/2011 18:36



Pouvions-nous avoir comme fil conducteur l'opposition raison/désir ?



laurence hansen-love 30/06/2011 21:39



je ne comprends pas...


 Si vous voulez dire que l'on obéit soit à la raison soit au désir... c'est sûr....


 Mon idée (mais dont je ne prétends pas qu'elle en exclut d' autres) c'est que la raison peut être critiquée... d'un point de vue moral (Rousseau, Hume) ou politique (Hegel).


 L'idée que l'on puisse opposer le désir à la raison est certes  recevable.


Mais le "faut-il " impliquait un questionnement moral. Sous - entendu: "faut-il (si l'on veut bien faire) forcément s'en tenir à la seule raison?" Ou, pour le sujet de IEP:" la raison est-elle le
seul guide concevable? " (pour un homme soucieux du bien commun, par exemple) 


 On ne peut pas répondre candidement, comme dans la chanson :"moi je préfère les bonbons (le désir?) à la raison" !



max 29/06/2011 22:36



Je trouve ça un peu plan plan. (j'ai l'impression de dire ça tout le temps)



laurence hansen-love 30/06/2011 11:18



qu'est-ce qui est plan plan?