Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 15:30

Pascal-Lamy.jpg

 

Vous lirez l'article de Pascal Lamy " La démondialisation est un concept réactionnaire"

"La démondialisation est une mauvaise réponse à une bonne question.."

"Seule la régulation protège des excès de la démondialisation"

 

http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/06/30/pascal-lamy-la-demondialisation-est-un-concept-reactionnaire_1542904_3234.html

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Tom 05/07/2011 23:48



(qu'est ce que vous ne comprenez pas?)


D'ailleurs j'ajouterais que le socialisme n'a jamais fait l'unanimité au cours de l'Histoire: quand le front populaire triomphait en France c'est le fascisme qui était à la mode et à l'arrivée au
pouvoir de Mitterrand  faisaient ailleurs (Thatcher, Reagan) leur entrée sur la scène politique. En ce moment un grand pays émergent, futur grande puissance, s'accommode parfaitement bien
d'un gouvernement socialiste de longue durée: le Brésil! C'est déjà pas mal...
Par rapport aux néolibéraux il me parait nécessaire de clarifier ma pensée. Tout d'abord je n'ai jamais lu Galbraith Alexis et vos remarques me pousse à m'y intéresser, peut-être cet été.
Néanmoins Sarkozy n'est en aucun cas plus interventionniste que DSK, mais je veut bien vous concéder que ce dernier ne doit pas l'être énormément et je lui reproche particulièrement son rapport à
la finance qu'il a beaucoup contribué à libéraliser en France. Ensuite je n'aime pas le mot "colbertisme", j'espère que Colbert n'est pas pour vous le modèle de l'homme d'Etat volontariste.
Pour ce qui est donc des néolibéraux je ne craint pas un "complot néolibéral" ne vous inquiétez pas. Pour moi le néolibéralisme est une réaction des droites, "des patronats" et des libéraux en
général, au keynésianisme et à l'avènement d'une nouvelle gauche. Cette gauche réformatrice qui abandonne, officiellement ou non, le dogme marxiste pour une vision économique qui accepte le
libéralisme tout en le régulant et en le maintenant dans des bases saines dérange car elle arrive assez vite au pouvoir et impose sa vision (un peu avant guerre mais surtout au cours des trentes
glorieuses). Ces conglomérats d'intérets que je désigne, un peu maladroitement je dois dire, voit disparaitre la liberté entrepreuneriale qui était la leure et qui consistait peu ou prou à
pouvoir embaucher sans garantie, et ce avec des salaires de misères, et licencier sans préavis le tout en payant le moins d'impôts possible (ce qui impose de ne pas avoir de retraites pour les
salariés ni de cotisations sociales. Ils vont alors s'emparer des théories qui fleurissent à l'époque permettant de justifier un retour à cette situation antérieure.
Et c'est là qu'est le malentendu car le "néolibéralisme" porte mal son nom: c'est un courant profondément réactionnaire qui vise, soutenu par des théories économiques solides s'appuyant parfois
(il faut le reconnaitre) sur des hypotèses pertinentes, à expliquer pourquoi l'intervention étatique et nuisible à la bonne santé économique...


Alors j'ai bien concience que c'est un resumé extrémement brouillon, sans doute biaisé et quelque peu bancal mais j'ai essayé de coucher rapidement la façon dont je voyais les choses...



Tom 04/07/2011 23:20



Une réponse à votre étonnement (feint?) sur l'absence des socialistes du pouvoir...



laurence hansen-love 05/07/2011 21:04



???



Tom 04/07/2011 15:59



ça c'est la politique! C'est autre chose, c'est aussi là que la lutte des classes, dont vous niez l'existence, entre en jeu: la société vit sur des rapports de force, les élections se font et se
défont en fonction de la culture politique et de ces rapports de force bien plus qu'en fonction de la véracité des discours. Reconnaitre le peuple comme souvrain ne veut pas dire qu'on le
reconnait comme omniscient...



laurence hansen-love 04/07/2011 18:41



C koi: ça?



Alexis 01/07/2011 22:42



Le néolibéralisme à toutes les sauces est à mon goût navrant de naïveté et de pauvreté quant aux enjeux économiques, bien plus complexes qu'un complot des néolibéraux pour dominer le monde.

Lisez Galbraith: l'Etat prédateur: ou comment la gauche américaine est devenue plus libérale (au sens économique du terme) que la droite. En France aussi, Sarkozy est peut-être bien plus
colbertiste que DSK par exemple.

Et comme on sait que l'opposition Rep/dem tend à s'imprimer sur les modèles politiques européens cela laisse réfléchir sur la pertinence du marxisme aujourd'hui qui n'est plus que réthorique au
mieux, utopique, démagogique et populiste au pire.



laurence hansen-love 02/07/2011 17:35



 OUi,  OK... mais quelles sont les alternatives? Et pourquoi en Europe et aux Etats-Unis les anti-libéraux sont-ils  quasi invisibles, au niveau du Pouvoir en tout cas?


 les socialistes en Europe sont en mauvaise posture...



Tom 01/07/2011 20:20



Oups! Ca ne remet pas en cause ce que j'ai dit mais je m'excuse pour P.Lamy qui est loin d'être le néolibéral primaire que j'imaginais, mes nerfs me jouent des tours quand je lis certains sigles,
OMC en fait partie...