Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 11:00

farniente-hamak.jpg

 

J'aimerais avoir l'avis des cancres qui me lisent (puisque j'apprends qu'il y en a aussi!).

 Comment expliquer vous votre paresse?

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Jeff 04/05/2011 15:18



Oui, difficile, c'est ce qu'il me semble, car il faut précisément discerner entre la fainéantise, qui est une sorte de fermeture, un renoncement à exister pleinement, et la paresse qui est plus
une ouverture (la vita contemplativa, que les Grecs plaçaient au-dessus de la vita activa), il y a donc une sorte de paradoxe, de "contradiction" à bien saisir dans l'effort à faire pour pouvoir
paresser, c'est à dire se libérer de l'action à court terme et de l'obsession des "résultats" ("ne t'attarde pas à l'ornière des résultats" est une pharse de Rebné Char que j'aime bien).



laurence hansen-love 04/05/2011 21:47



oui, c'est en ce sens que Rousseau ne stigmatise pas la paresse..



Jeff 29/04/2011 13:43



Ce qui doit être plus ou moins inné, c'est la fainéantise, l'éducation, les nécessités et le dressage se chargeant de la limiter, c'est à dire de nous rendre capable d'accepter de trimer un
minimum...


La paresse au contraire, loin d'être innée, s'acquiert par un patient travail de réflexion, d'observation, et d'élaboration de ruses et de stratégies pour gérer ses besoins et les attentes des
autres, tout en cultivant ses désirs et en approfondissant ses rêves (pour faire bref). Le passage par la lutte contre la fainéantise est donc nécessaire pour atteindre à la paresse, qui est une
sagesse, malheureusement les risques de rester coincé au stade travail/trimage/agitation est grand, d'autant plus que l'organisation sociale et économique tire profit du fait qu'une majorité
reste située à cette étape intermédiaire.



laurence hansen-love 29/04/2011 21:12



Oui; vous pensez que la paresse est un objectif (difficile) à atteindre?



Cordroch J F 28/04/2011 12:57



Plutôt que de paresse , je parlerai d'insouciance , de laisser aller ,dus à l'absence de peur et d'angoisse , de stress etc... tout cela étant engendré par la culture ,faisant du travail une des
principales valeurs humaines . Se serait donc le travail qui serait contre-nature et la paresse une forme de refus instinctif du travail institutionnalisé .


Je n'étais pas un cancre ,mais je ne travaillais pas suffisamment pour obtenir de bons résultats .Je ne pensais tout simplement pas aux résultats ,car je vivais ,comme je vis toujours ,pleinement
l'instant présent .Sur tous mes bulletins on retrouvait les mêmes commentaires des profs " se laisse vivre " .Certe en ayant travaillé , avec certaines de mes capacités , j'aurai aujourd'hui une
toute autre situation au sein du système .Mais je ne regrette rien ,au contraire , je suis très heureux de pas avoir mis mes capacités au service d'un tel système . Je suis en parfait accord avec
ma nature d'insouciant ,parceque possédant une grande confiance en moi ,chose que je dois à une enfance des plus heureuse ,vécue en pleine nature .



cartier 28/04/2011 09:39



Ou alors une partie de la jeunesse est devenue trop sûre d'elle (à tort) pour se donner le droit d'être paresseuse ou de ne pas se remettre en question devant
l'échec.



ademaubleiges 27/04/2011 22:28



Je trouves ça logique que lorsqu'on est angoissé, on a toujours peur de ne pas en faire assez et donc on se considère paresseux.