Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 09:18

 

 

 Voici déjà la quatrième de couverture

 

• Nous vivons aujourd'hui une véritable contre-révolution. Depuis les années 1980, les plus riches n'ont en effet cessé d'accroître leur part des revenus et des patrimoines, inversant la précédente tendance séculaire à la réduction des écarts de richesse.
Les facteurs économiques et sociaux qui ont engendré cette situation sont bien connus. Mais la panne de l'idée d'égalité a aussi joué un rôle majeur en conduisant insidieusement à délégitimer l'impôt et les actions de redistribution. Du même coup, la dénonciation d'inégalités ressenties comme inacceptables voisine avec une forme de résignation et un sentiment d'impuissance. Il n'y a donc rien de plus urgent que de refonder l'idée d'égalité pour sortir des impasses du temps présent.
L'ouvrage contribue à cette entreprise d'une double façon. En retraçant l'histoire des deux siècles de débats et de luttes sur le sujet, il apporte d'abord un éclairage inédit sur la situation actuelle. Il élabore ensuite une philosophie de l'égalité comme relation sociale qui permet d'aller au-delà des théories de la justice qui, de John Rawls à Amartya Sen, ont jusqu'à présent dominé la réflexion contemporaine. Il montre que la reconstruction d'une société fondée sur les principes de singularité, de réciprocité et de communauté est la condition d'une solidarité plus active.


Pierre Rosanvallon est professeur au Collège de France et le fondateur de La République des Idées. Après La Contre-démocratie (Seuil, 2006; Points, 2008) et La Légitimité démocratique (Seuil, 2008; Points, 2010), le présent ouvrage constitue le troisième volet de son enquête sur les mutations contemporaines de la démocratie.

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

Tom 04/09/2011 11:10



Vous rêvez max si vous pensez que le système libéral peut "redistribuer" de lui-même (et aussi si vous pensez que c'est le but de DSK), mais c'est justement ce qui fait sa force par rapport à
l'expérimentation du système communiste en URSS et consorts. A l'Etat de corriger, de redistribuer, de poser des limites,...



max 03/09/2011 12:07



C'est en ça, que la candidature de DSK me paraissait intéressante. Je crois que le rôle de l'Etat n'est plus de faire son robin des bois, "prendre aux riches pour donner aux pauvres" par le biais
de prélèvements obligatoires et redistributions sociales. Ce qui revient en définitive à maintenir un système injuste.
Il faut que l'Etat change le système, pour que de lui-même il redistribue les richesses. Il faut tendre vers l'égalité "réelle." (Ce qui n'a rien à voir avec le projet de Benoît Hamon.)



Tom 03/09/2011 10:52



Bah voilà ça fait plus d'un an que je vous dis que l'on retourne à grande vitesse vers le XIXe et qu la tendance vers plus d'egalité et des sociétés plus justes, demarrée il y a plus d'un siècle
s'est inversée depuis longtemps déjà...