Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 18:01

Roger Belbeock : La société nucléaire

 

 Selon l’auteur de ce réquisitoire anti-nucléaire, la société qui accorde une place prépondérante  à l’exploitation de l’énergie nucléaire exclut la démocratie. Elle est même, selon lui, porteuse d’une menace totalitaire. Il commence par répondre ici  aux défenseurs traditionnels du nucléaire :

 

« L'argumentation concernant l'acceptabilité est assez simpliste : le risque fait partie de la vie et lui est organiquement lié. Il est naturel. Toute activité humaine qui apporte un bienfait à la société a en contrepartie un certain coût. L'énergie nucléaire n'échappe pas à ce principe. L'évaluation de son coût social ne pouvant être faite par l'ensemble du corps social, elle est du ressort des experts. Pour eux, ce coût est bien inférieur à celui des autres sources d'énergie. L'énergie nucléaire devient ainsi automatiquement acceptable sans que ceux qui sorti censés' l'accepter aient besoin d'être consultés. On nous révèle maintenant que le charbon et le fuel ont eu un coût social élevé et que des générations d'ouvriers furent sacrifiées dans les mines.

[…]

Cette  attitude. « rationnelle. » des promoteurs de l'industrie nucléaire conduit à considérer la vie des individus comme un bien de consommation sociale, une simple valeur d'échange. Dans cette perspective, il est parfaitement cohérent d'implanter  usines dangereuses et centres de stockage des déchets dans les pays sous-développés où la valeur d'échange de la vie est très faible. Dénuer tout sens à une valeur d'usage de la vie au profit d'une valeur d'échange purement comptable, abstraite, immatérielle est l'extrême limite de la postmodernité.

Doit-on inclure dans les préjudices l'angoisse que de telles analyses peuvent engendrer ? L'angoisse, la peur, les principes élémentaires de la moralité sous leurs diverses formes d'expression sont systématiquement dévalorisés.

[…]

[ Vivre avec les catastrophes]

L'optimisme du monde moderne se manifeste d'une façon éclatante dans le domaine nucléaire. Il s'est développé essentiellement en trois phases : 1) au départ, c'était : il n'y a strictement aucun danger, 2) au cours du temps, des dangers apparaissent mais la science et la technique 'seront capables de les maîtriser, 3) finalement, il faut les considérer comme naturels et vivre avec car ils ne sont pas maîtrisables. L'ampleur des catastrophes et la gestion -dés déchets sont les aspects fondamentaux de l'industrie nucléaire qui introduisent des valeurs nouvelles dans la morale publique de la société.

[…]

Nous imposons  à nos descendants des coûts qui risquent de s'avérer déterminants pour la société. La logique impérialiste du monde moderne atteint là son point culminant. Après avoir exploité les peuples colonisés, les paysans, les ouvriers, et -dans l'impossibilité d'étendre encore son champ d'activité, le monde industriel s'est lancé dans l'exploitation des populations à venir. Là aussi le changement d'échelle de l'impérialisme moderne donne une dimension originale à la société nucléaire.

La gestion des déchets implique un niveau de connaissance technologique élevé.

[Le risque technologique majeur et la gestion sociale  des crises nucléaires]

Le risque technologique majeur n'est pas une création de la société nucléaire. A fait partie de la société industrielle moderne, mais l'énergie nucléaire, en élargissant considérablement son champ d'action, lui donne véritablement son sens profond.

[…]

La nature des catastrophes nucléaires exclut une gestion démocratique même formelle. L'ampleur de leurs conséquences exige l'ignorance de la population afin d'éviter un maintien de l'ordre par des répressions socialement coûteuses. En cas de catastrophe sur un réacteur nucléaire, connaître les dangers; être capable de décrypter les informations fournies, refuser le rôle essentiellement incantatoire des plans de sauvegarde, déclencherait certainement une panique collective totalement ingérable. La connaissance n'est pratiquement utilisable que si elle est en possession d'une élite restreinte. Largement répandue dans la collectivité, elle: devient éminemment dangereuse et en toute logique devrait être combattue ».

Roger Belboeck, « La société nucléaire », in Les notions philosophiques. Encyclopédie Universelle, P.U.F. ,   1999.

Note :

1) Co-auteur de « Sortir du nucléaire » Livre de Poche, 1998

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article

commentaires

Fichte 02/06/2012 13:45


Les allemands sortent du nucléaire depuis dix ans et diminuent aussi l'usage des combustibles fossiles.

Statistiques 2000-2011 :
http://energeia.voila.net/electri/allemagne_nucle_renouv.htm
Et de toute évidence, ils n'ont pas besoin de l'électricité nucléaire française, comme la démonstration en est faite dans d'autres articles à partir des statistiques officielles.

Pour la biomasse agricole, cela est fait par des cultures complémentaires ajoutées après les récoltes de céréales, ce qui a aussi l'avantage de ne pas laisser des terres labourées et nues
propices à l'érosion.

Rien à voir avec le maïs américain.

laurence hansen-love 02/06/2012 14:27



merci Fichte!


 j'ai lu pourtant qu'ils augmentaient leur production de charbon...



esha 12/10/2011 16:04



Sortir du nucléaire, est-ce possible ? Ce sera le thème d'une émission ce vendredi 14/10 à 19h sur
le média numérique Opinews. Pas besoin de vous déplacer, tout se fait depuis vos ordinateurs avec 3 modes d'intervention possible 1/webcam (5 sur la même interface) 2/ Mode radio 3/ Tchat
instantané. Venez-nous faire part de vos lumières ;-)



laurence hansen-love 13/10/2011 13:49



merci Esha, je vous réponds par mail...



Tom 01/06/2011 09:13



Ah ok, je ne l'avais pas compris comme ça, je pensais que vous vouliez écrire "conaissons pas", mes excuses!



Alex G. 31/05/2011 21:07



Juste pour signaler cet excellent article qui date un peu :


http://www.presseurop.eu/fr/content/article/564701-fukushima-la-meilleure-pub-pour-le-nucleaire


Il finit sur cette admirable conclusion :


"Toutes les technologies énergétiques ont un coût ; l'absence de technologies énergétiques également. L'énergie atomique vient d'être mise à très rude épreuve, et l'impact sur la population et
sur la planète a été limité."



laurence hansen-love 01/06/2011 20:37



Génial!  nous voilà totalement rassurés!



alexis 31/05/2011 19:45



Et dans quel but sortir du nucléaire ? Pour polluer davantage comme vont le faire les allemands ?

Certes, le risque d'accident sera réduit sur leur territoire mais les radiations en cas d'accident français ne s'arrêteront pas à la frontière. Car les allemands, dans leurs habits
 d'écologistes vertueux , sont en fait des démago à courte vue.


Ils achèteront notre électricité nucléaire, et augmenteront le coût de l'électricité pour leurs compatriotes tout en polluant davantage. Sans compter le fait que leurs énergies renouvelables sont
parfois absurdes: la biomasse allemande (la plus développée d'europe) a comme particularité qu'elle a comme source d'énergie principale des céréales produits dans ce but uniquement. Ils sont donc
les leaders de cette énergie, mais quel est le réel coût économique mais aussi en termes d'émissions de carbones dans ce cas là ? La production industrielle de soit disante énergie renouvelable
est là absurde et ne profitent qu'aux producteurs, privés, de ces énergies subventionnés. Question morale, peut mieux faire.



Facile de fanfaronner sur le développement durable lorsqu'on agit de tel manière. Etonnement, personne ne s'en indigne. Quant les US font ça pour le biofuel, ça fait un patacès. Si la France ne
peut se désengager c'est à cause des investissements déjà conssentis, et si demain les progrès permettent une réduction des risques et une réutilisation des déchets, la France en sortira grandie.


Prendre de l'avance en énergies renouvelables, ils le feront sans aucuns doutes. Mais ses énergies ne combleront pas leurs besoins car elles doivent se compléter, elles seront extrêmement
coûteuses comme le solaire et rien ne prouve qu'elles ne seront pas obsolètes dans une dizaine d'années si les recherches progressent dans certains domaines. L'allemagne sera alors totalement
dépendante, au prix fort.



laurence hansen-love 31/05/2011 20:42



L'avenir est au renouvelable. Les chinois et les allemands l'ont compris.
 Pas encore Sarkozy, malheureusement  pour nous..
 Quant au maintien  du nucléaire, c'est une option ... moralement inacceptable.


 Nous n'avons pas le droit de transformer la terre, qui ne nous appartient pas, en poubelle à déchets nucléaires pour des milliers d'années(voir Into internity)


http://www.cinechronique.com/film.php?id_film=1761