Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 16:26

 

Araignee-Redon.jpg

 

DES TARENTULES


"Voici l'antre de la tarentule. Veux-tu la voir elle-même? Voici sa toile . Touche-la. Elle frémira.
La voici qui s'empresse. Sois la bienvenue, tarentule! Tu portes sur ton dos ton triangle noir et ta marque, et je sais aussi ce qu'il y a dans ton coeur.
La vengeance habite en ton coeur ; ta morsure produit une noirâtre ; le venin de ta vengeance fait tournoyer les âmes.
Je vous parlerai donc en parabole, vous qui donnez le vertige aux  âmes,  prédicateurs d'égalité. Vous n'êtes que des tarentules, la rancune  cachée vous habite.
Mais je finirai bien par découvrir vos cachettes; aussi je vous ris au  nez, de mon rire des hautes cimes.
Aussi je déchire votre toile, pour que la fureur vous fasse sortir de vos  cavernes de mensonge, et fasse jaillir aussitôt vos paroles de « justice".
Car délivrer l'homme de toute pensée de vengeance, c'est pour moi le  pont qui mène aux plus hauts espoirs, et l'arc-en-ciel qui succède longs orages.
Mais tout autre est la volonté des tarentules. « Ce que nous appelons  la justice, c'est de remplir le monde des tempêtes de notre vengeance - voilà ce qu'elles se disent l'une à l'autre.
« Nous entendons nous venger et injurier tous ceux qui ne nous point semblables » - voilà ce que se jurent les tarentules dans leur coeur.
« Et « volonté d'égalité » - voilà désormais le nom qu'on donnera à  la vertu ; nous poursuivrons de nos cris tous ceux qui détiennent la  puissance. »
C'est ainsi, prédicateurs d'égalité, que la folie tyrannique de l'impuissance réclame à grands cris « l'égalité » ; vos plus secrets désirs de tyrans  se déguisent ainsi sous des noms vertueux.
Vanité acrimonieuse, jalousie contenue, peut-être vanité et jale ancestrales, voilà ce qui jaillit de vous comme une flamme et comme  une folie de vengeance.
Ce que le père a refoulé en lui, le fils l'exprime en paroles, et soc le fils m'a trahi le secret du père.
Ils ressemblent à des enthousiastes, mais ce n'est pas le coeur qui brûle en eux, c'est la vengeance. Et quand ils se montrent subtils et  froids, ce n'est pas l'esprit, c'est l'envie qui les rend subtils et froids".
Nietzsche Ainsi parlait Zarathoustra ; pp 408-409, Oeuvres, Flammarion, Mille et une page

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires