Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 13:35

 

Ici Pierre Rosanvallon explique  en quel sens Marx est l'héritier du matérialisme optimiste du 18 e siècle, mais aussi comment il confond capitalisme et économie( tout court) :

" C'était l'idée même de possession personnelle, c'est-à-dire de lien des individus à des biens durables, qu'il s'agissait pour lui [Babeuf] d'éradiquer pour briser le ressort de l'envie. Ce que ces utopistes voulaient conjurer de cette façon, c'est le travail indéfini de la société sur elle-même, le rapport toujours ouvert et problématique que les individus qui la composent entretiennent avec les représentations conflictuelles qu'ils se font de leurs relations. Il n'y avait donc pas de place chez eux pour le déploiement de l'« égalité imaginaire ». Les membres de leurs communautés ne rêvaient pas, ne se comparaient pas. Ils étaient au fond indifférents les uns aux autres leurs relations étaient totalement absorbées dans leur stricte fonctionnalité. Ils n'étaient que les rouages d'un ensemble.
Le communisme repose en ce sens sur l''extinction de l'économie, définie comme science de la production et de la distribution des richesses dans un univers de rareté. Marx assimilait en effet  explicitement le capitalisme à la société marchande et plus profondément encore le capitalisme à l'économie tout court. L'ensemble de son oeuvre est incompréhensible en dehors de cette philosophie critique de l'économie. Le communisme ne se concevait donc pour lui que dans une société d'abondance. C'est seulement dans une telle société, en effet, que l'économie serait abolie, puisqu'il n'y aurait plus de rareté'. Sinon, écrivait-il dans L'Idéologie allemande, «c'est la pénurie qui deviendrait générale, et, avec le besoin, c'est aussi la lutte pour le nécessaire qui recommencerait et l'on retomberait fatalement dans la même gadoue ». La société communiste entendait réaliser sur cette base une harmonie naturelle des hommes. Marx se faisait par ce biais l'héritier de la philosophie matérialiste optimiste du XVIII siècle. Dès ses Manuscrits de 1844, il définissait ainsi le communisme comme un naturalisme achevé. «Quand on étudie les doctrines matérialistes de la bonté originelle et des dons intellectuels égaux des hommes, de la toute-puissance de l'expérience, de l'habitude, de l'éducation, de l'influence des circonstances extérieures sur l'homme, de la grande importance de l'industrie, de la légitimité de la jouissance, etc., écrivait-il, il n'est pas besoin dune grande sagacité pour découvrir les liens qui les rattachent nécessairement au communisme et au socialisme ». Alors que Smith avait conçu l'économie comme réalisation de la philosophie du XVIII siècle, Marx avait pensé cette réalisation dans la suppression de l'économie, c'est-à-dire qu'il l'avait pensée en elle-même". Pierre Rosanvallon, La société des égaux, p172-174

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires