Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 10:25

Voici ce qu'écrit Emmanuel Carrère à propos du goût pour la guerre de son héros, Limonov:

 

 

" [Édouard]l se sent placé par le destin au côté des Serbes.
À cette place, il se sent bien. Il se sent bien, le soir, auprès des braseros où des hommes mal rasés réchauffent leurs mains gonflées, aux ongles noirs. Il se sent bien, la nuit, dans le baraquement où flotte une lourde odeur de poêle à charbon, d'alcool de prune et de pieds. Il a rêvé, enfant, de ces bivouacs et de cette fraternité guerrière, le sort les lui a refusés et voilà que sans prévenir, à un détour du chemin, il le rend à tout ce pour quoi il était fait. En deux heures à la guerre, pense-t-il, on en apprend plus sur la vie et les hommes qu'en quatre décennies de paix. La guerre est sale, c'est vrai, la guerre est insensée, mais merde ! La vie civile est insensée aussi à force d'être morne et raisonnable et de brider les instincts. La vérité, que personne n'ose dire, c'est que la guerre est un plaisir, le plus grand des plaisirs, sinon elle s'arrêterait tout de-suite. Une fois qu'on y a goûté, c'est comme l'héroïne, on veut en reprendre. On parle d'une vraie guerre, bien sûr, pas de « frappes chirurgicales » et autres saloperies bonnes pour les Américains qui veulent faire le gendarme chez les autres sans risquer leurs précieux pioupious dans des combats « au sol ». Le goût de la guerre, la vraie, est aussi naturel à l'homme que le goût de la paix, il est idiot de vouloir l'en amputer en répétant vertueusement : la paix c'est bien, la guerre c'est mal. En réalité, c'est comme l'homme et la femme, le yin et le yang : il faut les deux."

 Limonov (p 305)

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Culture générale
commenter cet article

commentaires

Cordroch J F 06/11/2011 13:56



Il faut faire la distinction entre une guerre menée au nom d'une idéologie , et la lutte ,le combat , pour la défense ,ou la conquète d'une chose , tel qu'un territoire par exemple , nécéssaire à
la survie d'un peuple .Mais l'une et l'autre procurent aux hommes qui combattent des sensations ,des émotions ,etc...faisant qu'ils se sentent pleinement exister à travers elles , et que donc ils
en redemandent ,à tel point que faire la guerre leur sert plus à se sentir exister qu'à toute autre chose . L'homme fait la guerre comme il fait du sport de compétition ,comme il fait de la
politique , comme il se drogue ,etc ...il fait d'une chose qui était momentanément à l'origine une nécéssité vitale ,une source permanente d'émotions procurant un sentiment d'existence , devenant
une addiction .Les idées soit disant défendues ,justifiant une guerre ne deviennent alors que des prétextes , la priorité étant de faire la guerre et d'en trouver ensuite des justifications , en
inventant par exemple l'existence d'armes atomiques .


On ne va pas manquer de me répondre que bon nombre de soldats ayant participé à une guerre ne seraient pas d'accord avec moi , et qu'ils se seraient bien passés de certaines émotions lors de
combats . Cela est vrai dans les armées actuelles des pays occidentaux , mais dans des  conflits entre certains pays , et entres  certains peuples de cultures différentes ,se
battre est devenu une manière de vivre , d'où des conflits s'éternisant .