Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 21:34

Un léger refroidissement?
 Vous lirez cet article, mais jusqu' au bout:

  "La violence grégaire de l'anti-sarkozysme me rendrait sarkozyste, dit Alain Finkielkraut, d'autant que dans le domaine de l'école ou de la sécurité, ce que propose la gauche est purement démagogique".

 

"Sarkozy a rendu la gauche folle, renchérit Pascal Bruckner. Cette haine démesurée contre lui est la seule chose qui continue à me rendre indulgent . il est devenu la poupée vaudou de la France. Il va nous amnquer: qui va-t-on haïr?"

 Ce soir dans le Monde, Décryptage

 (vous me donnerez le lien?)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

ALEXIS 17/05/2011 18:31



Puisque personne n'est là pour répondre à cela, je m'y essaie.

D'abord, aucun gouvernement n'est entièrement et uniquement responsable de la récession qui touche les PIGs et des défauts évités grâce à l'UE. l'elévation de leur dette publique ne s'est pas
faite en un seul mandat. Au contraire, pour la Grèce, la dette publique en pourcentage du PIB a même baissé avec la droite au pouvoir, alors que la croissance grimpait.  on peut
donc tout aussi bien blâmer gouvernements de droite et de gauche qui montèrent une véritable pyramide de Ponzi avec l'aide européenne tout en laissant des bulles se former dans un climat
semblable à celui des US concernant les perspectives économiques. Leur intérêt commun: être payer pour ne rien faire, ou presque pendant que les électeurs étaient bien contents de ne pas payer
d'impôts, qu'ils soient marxistes ou néolibéraux.


Mais cela n'a pas de rapport avec le bilan de Sarkozy, car on est en France et que chacun sait que notre économie, malgré une croissance faiblarde, avait des structures capitalistiques plus
solides, et un système moins intégré à l'économie mondiale. En Allemagne, les entreprises sont encore plus pérennes et compétitives bien qu'on puisse regretter qu'elles tirent parties de la
faiblesse de certains au sein de l'union.
Le gouvernement au pouvoir, s'il eut été de gauche, aurait sans aucun doute eu la même politique économique que Sarkozy lorsque l'heure de la relance était sonnée. 
Tout ça pour dire que quel que soit son bord, un gouvernement est obligé de faire face à une réalité. Et la politique libérale prônée par Sarko en 2007 était antinomique aux conséquences de la
crise devant laquelle il devait faire face. Le keynésianisme a alors retrouvé des adeptes le temps d'une relance nécessaire. Si elle ne fut pas plus conséquente c'est pour une raison très simple:
ne pas reproduire le risque de défaut encouru par les PIGs, plonger le déficit français aurait été fatal.


Bref, critiquer la droite européenne pour tout les maux du monde, cela ne veut rien dire. centre-gauche / centre-droit = même combat face à la crise. Les plus faibles ne font pas le poids
électoral des classes moyennes menacées de prolétarisation, et des entreprises menacée de disparition. sans ces deux éléments, la protection des plus faibles n'a aucun sens et devient démesurée.


 



laurence hansen-love 17/05/2011 23:18



tout ceci me semble très raisonnable.


 Mais j'ai un peu perdu le fil. Qulle était la question?



Tom 17/05/2011 10:49



Bon puisque Laurence me le demande :


-"80% des journalistes sont de gauche"! Aberration je vois pas d'où vous tirez vos affirmations, ça me parait plus que discutable mais passons...


-" Une honte de s'attaquer à Sarko" je commente même pas la citation suffit


-La grèce est en crise du fait des gouvernements de droite qui ont préferés cacher les chiffres réels de la dette grecque pendant des années que la gauche a révelés peu après son arrivée au
pouvoir!


-le portugal je n'en sais rien je dois l'avouer, sauf que la droite à volontairement bloquée les plans de sauvetage pour provoquer une crise politique et revenir au pouvoir pour... accepter eux
mêmes les plans de sauvetages, pas très glorieux et pas très responsables!


- Pour l'Espagne le problème vient d'une bulle immobilière dont le gouvernement zapatero (quyi fait plutôt du bon boulot) n'est pas responsablke et si ils arrivent à empècher l'espagne de
subir le sort du portugal je pense que l'on pourra toujours reconnaitre ses capacités.


- Mais je vais reconnaitre une chose si vous voulez que je sois honnête: la gestion de la crise par Sarkozy est loin d'être désastreuse. Cependant: d'une part il va casser la croissance en
coupant dès maintenant son plan de relance. De plus la relance au 3/4 pâr l'offre a montrée ses limites (l'allemagne tombée plus bas que nous est remontée plus vite) et il aurait été plus
opportun d'aider la consommation des plus pauvres...


- Mais alors par contre jamais je ne vous laisserais dire qu'il a défendu les plus faibles! L'honnetteté quand l'on est de droite comme vous emblez l'être c'est au moins de reconnaitre que la
plus grande partie d'une politique de droite se fait au profit des riches (et en partant du principe que les pauvres méritent leur misère) la politique de Sarkozy va dans ce sens: RSA
conditionnel à une acception des offres d'emplois innacceptables ou pâs,  bouclier fiscal et maintenant suppression de l'ISF, etc.. la liste est longue



Jonas 14/05/2011 18:55



Bonjour laurence.


Je suis tout a fait d'accord avec Brucknet et Finkielktaut. C'est une honte de s'attaquer à Sarko surtout. 


80% de journalistes sont de gauche, cela n'autorise pas à raconter n'importe quoi.


Je pense que le Portugal, la Grèce et l'Espagne socialistes ne font pas mieux sur le plan économique. Malgré la crise , il a su défendre les français les plus faibles. L'honnêteté c'est de
reconnaître au moins ça.   Quand je pense  que Ségolène Royal lors de la campagne présidentielle prenait comme exemple le premier ministre  espagnol , Sapatéro en   vantant
  sa politique économique.



laurence hansen-love 16/05/2011 12:43



Bonjour Jonas, merci, j'espère que Tom va vous répondre, moi il faut que j'aille au lycée.



Soufiane 13/05/2011 22:58



Voici pour le lien : 


 


http://abonnes.lemonde.fr/politique/article/2011/05/12/sarkozy-et-les-intellectuels-la-rupture_1520937_823448.html



laurence hansen-love 16/05/2011 12:39



merci!



Cordroch J F 13/05/2011 10:47



Et voila comment Sarkosy peut être réélu , en inspirant la pitié à certains ,de le voir être tant détesté .Ajoutez à cela ,qu'il sera bientôt de nouveau papa , avant les élections , et le
tour est joué . Mais comment des intellectuels comme Bruckner peuvent-ils être aussi crédules et se laisser avoir anisi pas ses sentiments . Car si Sarkosy est si mal-aimé ,il y a des
raisons à cela ,elles ne manquent pas .


Comme quoi ,les gens votent beaucoup plus qu'on ne le pense d'après leurs sentiments , et non objectivement . Il suffit de lire les commentaires au sujet de tel ou tel candidats ,de leurs
frasques ,petites phrases ,lapsus ,etc ...qui visiblement intéressent plus que leurs programmes .C'est la politique spectacle , et c'est ce que réclame le peuple , des gens à admirer pendant un
certain temps ,pour pouvoir mieux  les hair et les jeter quelque temps après .C'est toujours la même comédie dramatique,avec des acteurs différents .Chacun fait semblant d'y croire afin de
jouer son rôle le mieux possible , tout en fermant les yeux sur les conséquences qu'a cette mascarade sur la réalité .