Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 14:16

Il faut lui reconnaître le sens de la formule (après l'amusant   "capitaine de pédalo").

  http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2011/12/09/jean-luc-melenchon-denonce-une-europe-austeritaire_1616287_1471069.html

 Après cela, en ce qui concerne  les propositions... je ne vois pas bien la différence avec celles de Dupont-Aignant (http://www.debout-la-republique.fr/une-economie-relocalisee-au-service-du-progres-social

, elles-mêmes assez proches de celle de Marine Lepen ... ("il faut".. "y a qu'à".. sortir de l'Euro,  ou bien  faire marché la planche à billets via la BCE, imposer des taxes sur les transactions financières, protéger les frontières etc.. etc..") le problème c'est que lorque les décisions se prennent à 27 (- un), le français souverainiste ne peut imposer ses vues; l'allemand, si, par contre, pour des raisons assez évidentes, même si déplaisantes... 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article

commentaires

Kodak 23/12/2011 21:40


Rien ne se fera en Europe sans la France. Et si Mélenchon est élu, les allemands négocieront avec lui, et le résultat ne sera pas le même que s'ils négociaient avec Hollande où avec Sarkozy...

laurence hansen-love 24/12/2011 18:22



certes, si Mélenchon est élu.. tout devient possible!



thierryjanzé 14/12/2011 11:52

que faire d'autre ? Honnêtement, je veux bien qu'on vienne me seriner que si c'est pas Hollande, ce sera Sarko....mais, maintenant, un peu de prospective : 2012 , Hollande est élu . En se
revendiquant d'une "gauche rassemblée"............bien. A écouter les Moscovici, Valls, et autres consorts, je devine déjà que ce sera un échec, puisque le problème est le cadre. Le cadre du traité
de Lisbonne, et tant qu'on ne changera pas le cadre, on ne changera que le pansement, comme dirait Joly. En l'état actuel des choses, je ne vois que la "désobéissance" comme electrochoc. Question :
Hollande désobéira t'il ? réponse : non , c'est un social démocrate.... Et après ? On dira que la gauche, ça marche pas....L'UMP tirera à boulets rouges, les "gogos" de gauche qui y auront cru se
résigneront, ou pire, iront voir ailleurs ( je l'entend !!!! ) Alors, ma question : si on se revendique de gauche, où est le vote vraiment utile ?

laurence hansen-love 14/12/2011 19:12



oui.. on a le sentiment d'aller au casse-pipe en votant à gauche...



thierryjanzé 13/12/2011 09:42


JLM "qu'ils s'en aillent tous    chapitre " europe "


( notez,  je comprend que ça fasse peur......on nous promet tellement la catastrophe......je me demande comment ils font.....disons, au Danemark par exemple, pourtant pas un gros pays 
)


 .......


Il faut donc travailler au marteau-piqueur pour arracher les racines profondes que le cancer de
l'Europe libérale a incrustées dans la chair de notre République. Il faut demander au peuple français
son avis sur les questions essentielles qui engagent son identité républicaine. Exemple : doit-on
continuer à appliquer le démantèlement des services publics ? Pour moi, c'est clair, il faut demander
l'« opt-out » comme disent les Anglais pour suspendre l'application d'une règle communautaire. Eux
l'ont obtenu pour l'objectif inverse. Ils voulaient empêcher l'application chez eux de toute législation
sociale européenne plus favorable que la leur. Nous, nous appliquerions « l'opt-out » pour sortir les
services publics du champ de la concurrence libre et non faussée. « Opt-out » pour permettre à notre
banque centrale, la Banque de France, qui existe toujours, de soutenir le pays en prêtant à l'État et
aux services publics. « Opt-out » sur la liberté de circulation des capitaux pour que nous puissions
enfin mettre un coup d'arrêt à la spéculation. Et ainsi de suite. Bref, il faut sortir du traité de
Lisbonne. La méthode doit être conforme au but. Puisqu'il s'agit de rendre le pouvoir aux citoyens,
alors il faut les consulter. C'est aussi la façon de respecter nos partenaires. car la signature donnée
hier par des gouvernements ne peut pas être récusée sans un ordre formel du peuple. La révolution
citoyenne dans ce domaine consistera à proposer par référendum de ne plus appliquer les articles du
traité qui sont contraires à l'intérêt général des Français.

laurence hansen-love 13/12/2011 21:10



OUi, alors ça , si vous faites cela, si vous envisagez un référendum, ce sera un franc succès du côté des marchés...



thierry janzé 12/12/2011 18:30

moi aussi, je suis ahuri...... "on ne peut rien faire tout seul" .... Justement, Généreux ( prof d'éco keynésienne à Sciences Po, quand même ) traite de cet "argument" dans son ouvrage. Je vous y
renvoie. Il est certain que si personne ne commence, alors personne ne suivra ... un réel danger nous guette, et se mettre la tête dans le sable en pensant que ça passera ne servira à rien. Vous
n'êtes pas convaincue, tant pis, mais c'est dommage........

laurence hansen-love 12/12/2011 21:11



alors conmençons... que faut-il faire par exempple? et comment faire céder  A.  Merkel et son parlement ?



thierry leblond 11/12/2011 09:37


hum hum


si certains constats sont partagés par JLM, NDA et MLP, les pistes et solutions proposées diffèrent beaucoup. JLM ne parle pas de sortir de l'euro. Et concernant le fameux " on ne peut rien faire
tout seul, on est à 27 ", je vous invite à lire attentivement l'ouvrage de Jacques Généreux " nous, on peut", ainsi que le blog de JLM, ce qui vous permettra , je l'espère, d'avoir une opinion
plus nuancée.


 

laurence hansen-love 11/12/2011 19:16



Je l'ai entendu Généreux et j'ai lu ses textes. J'ai été ahurie qu'un économiste puisse raconter des choses aussi insensées...autant que je puisse en juger


 On ne peut rien du tout tous seuls aujourd'hui; ce n'est pas possible.


 Je sais qu'on a fait la révolution française tous seuls. mais maintenant on ne peut plus rien faire de déterminant


1° Sans l'aval de nos paretnaires européens, car nous sommes pieds et poings liés par les traités


2° on ne  peut pas imposer  à qui que ce soit nos objectifs sociaux et économiques (fiscalité, taxes, nationalisations...) du fait de la mondialisation. Les multinationales et les
banques se moquent pas mal de ce que préconisent Mélenchon, P. Laurent et Clémentine Autain. Les politiques n'ont pas l'ombre d'une miette de pouvoir à leur encontre.


 


 Seule l'Europe peut très partiellement tenter de se faire entendre...