Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 15:30

C'est amusant comme idée, ce référendum, mais le procédé est tout de même discutable...

 

A lire ici:

 

http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2011/11/01/grece-la-majorite-vacille_1596980_1581613.html

 Consternation de la presse en Grèce!

 

Selon toute vraisemblance, Papandreou sera la première victime de son jeu de "roulette russe..."

 

 Nota bene: je suis lasse d'entendre en boucle cette phrase;" le référendum est l'acte démocratique par excellence, donc la décision de Papandreou est une belle victoire  pour le camp des démocrates"

 

 

1) Ce référendum n'aura selon toute vraisemblance pas lieu,

2) Les consultations populaires et les référendums ne sont qu'un élément de la démocratie, mais qui ne se suffisent pas à eux-mêmes. Hitler et Mussolini ont été aménés au pouvoir par les suffrages populaires. Aujourd'hui en Libye, Egypte, voire Tunisie, les élections vont porter au pouvoir des hommes qui vont instaurer des règles incompatibles avec la démocratie (charia, soumission des femmes..). En Suisse, les référendums servent  à stigmatiser les étrangers etc...

 3) La démocratie réelle ce n'est pas seulement des élections. Il faut aussi toute sorte de conditions. Il faut qu'une " volonté générale" ( souci du bien commun..) puisse se former. Il faut que les droits et les devoirs des citoyens soient réciproques. Il faut qu'un certain civisme soit assuré, que les gens payent leurs impôts.  Il faut que les gens accordent un minimum de confiance à l'Etat etc... etc..

Toutes ces conditions ne sont pas réunies en  Grèce, et ce pseudo-référendum n'aurait eu pour fonction que donner une pseudo-légitimité aux choix du gouvernement.  

 

 4) La manière de procéder de Papandreou  (sans consulter personne ni en Grèce ni en Europe, et sans se soucier des conséquences pour 300 millions d'européens) suffit largement à démontrer l'insincérité et l'irresponsabilité du personnage.

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article

commentaires

Tom 04/11/2011 23:17



Je vous renvoit à mon commentaire suite à votre post suivant sur la crise euro-grecque, mais j'ajouterais quelque petites choses.
1- Quand on voit la réaction de Merkel-Sarkozy on comprend qu'il ait attendu de le faire devant les caméras!
2- C'était certes un coup de Poker (du bluff plus précisément car à mon avis le réferendum lui paraissait illusoire, la seule annonce de la tenue d'un réferendum lui a suffi comme arme) mais aux
effets positifs plus forts que les effets négatifs à mon sens, à vous de juger si vous êtes d'accord...
3- Le problème grecque c'est que l'on ne fait pas les choses correctement: l'Allemagne cherche à punir le peuple grecque mais une fois de plus (et ça fait un an que je le dis sur ce blog et
autour de moi) elle se tire une balle dans le pied! Plutôt que de "punir" le peuple grecque (en supprimant des emplois, des salaires, en rognant sur les retraites) il aurait fallu signer un
"contrat" avec eux: moins de réduction des acquis sociaux, plus de taxation de l'Eglise, plus de répression de la fraude fiscale....
Je ne dis pas que les grecs auraient été dans mon sens mais avant de leur infliger cette rigeur terrible on aurait au moins pu leur demander leur avis...
Je suis d'accord avec vous: la Démocratie suppose des conditions, et elle n'est jamais la panacée, elle comporte ses dangers, souvent plus terribles que dans d'autres régimes. Néamoins ce que
vous semblez oublier c'est que ce système repose sur le peuple et la confiance (informée et lucide, mais sincère et entière) que l'on porte dans son jugement...



laurence hansen-love 05/11/2011 14:01



mais non, quand on accorde 250 milliards d'Euros à un Etat, il n'y a pas punition.  Mais demande de garanties et de sérieux.


 Piver ls grecs d'emploi n'est pas le but de l'Allemagne!