Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 20:26

 

Esclave-Michel-Ange-pour-La-Boetie.jpg

 

C'est le sujet que j'ai donné ce matin à mes élèves.
 Qu'en pensez-vous?

 (cf Rousseau " Si quiconque refuse d'obéir à la volonté générale, on l'y forcera, ce qui ne signifie autre chose sinon qu'on le forcera à être libre"

 Et aussi: "Les esclaves perdent tout dans leurs fers, jusqu'au goût d'en sortir'"))

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Philosophie terminales
commenter cet article

commentaires

Stephanie 22/12/2011 19:03


Je ne lis ici aucune définition de LA LIBERTE . Alors de quoi parlent ces intervenants ? ....


A quoi bon discuter ? ... Ni vous ni aucun de vos éléves n'a pris le risque de définir la liberté .


Mais sans doute parcequ'elle est indéfinissable . Peut-être n'est-elle qu'un fantasme ? ....


Alors peut-on obliger quelqu'un à adopter le même fantasme que la majorité des gens ? ....


Ma réponse est oui , on le peut , comme on peut obliger quelqu'un à croire en dieu et en un dieu quelconque . Les religions diverses l'ont prouvé maintes fois . Et je pense que pour obliger
quelqu'un à être libre il suffit de définir ce que doit être la liberté et d'exercer sur chaque individu assez de violence pour qu'il consente à croire à cette définition . Alors il sera libre ,
comme tout le monde .

ademaubleiges 29/04/2011 23:01



En effet mon passage n'est pas bien clair hors de son contexte. Pierre manent base son analyse de Rousseau sur la distinction fondamentale entre le droit et la force (ou le fait). Et lorsqu'il
écrit qu'il n'y a qu'une seule chose qui n'est pas un fait, c'est pour dire qu'il n'y a qu'une seule chose à l'origine du droit.



Mohamed Amine SEBBANE 29/04/2011 20:10



Bonjour ;


Cela fait longtemps…


Puisque vous demander un avis, le mien est que si la personne veut être libre, qu’elle soit libre, même esclave ou en prison, la personne est et reste libre.


Si la personne ne veut pas, soit ! Qu’elle ne le soit pas.


Bon sujet !



Spielhur012 29/04/2011 18:31



Bonjour ! Votre sujet m'a interpellé. Je propose un plan sommaire du devoir, et je voulais connaître votre avis.


I) L'individu est seul maître de ses décisions prises en fonction de sa vision et de son rapport au monde. Or, la notion de liberté dépend de la subjectivité du sujet. Lui seul est capable de
déterminer s'il est effectivement libre ou non, et non pas une force étrangère dont la définition de la liberté n'équivaudrait pas forcément à la sienne (je pense à Epictète pour qui la liberté
n'est concevable que si l'individu est en harmonie avec soi même, l'extérieur n'ayant pas d'influence; à La Boétie et la servitude volontaire pour qui des hommes habitués à vivre sous la
domination d'un souverain considèrent cette situation comme une liberté; à Spinoza qui considère qu'"être libre, c'est vivre conformément à sa nature").


II) L'Homme vit en société, et donc avec autrui. Cette société le libère de l'état de nature. Mais pour l'empêcher de revenir dans l'état de nature, l'individu est soumis à des règles, écrites ou
coutumières, visant à réguler ses rapports avec autrui (ici, je pense à Kant pour qui l'Homme, naturellement enclin à menacer ses semblables, a besoin de règles de droit pour se protéger de son
"penchant vers le mal"; à Rousseau pour qui l'individu s'opposant à la souveraineté de la volonté générale menace la cohésion de la société, il incomberait alors à ses semblables de l'arrêter; à
Hobbes chez qui il est nécessaire pour une société de maintenir les hommes en dehors de l'état de nature pour empêcher le retour à un "état de guerre de tous contre tous")


III) L'Homme est un animal qui aspire à la liberté, seul la mise en place d'un environnement propice peut lui permettre d'envisager cette conquête (je pense à Locke pour qui l'Etat, édictant les
règles de droit, doit avant tout sauvegarder les libertés fondamentales des individus; à Hannah Arendt qui voit l'éducation comme permettant de développer la pensée individuelle et d'envisager la
liberté ("le mal, c'est l'absence de pensée); à La Boétie considérant que les hommes libres servent d'exemple aux individus pour susciter en eux le désir de la liberté, mais n'interviennent pas
eux même)



laurence hansen-love 29/04/2011 21:13



cela me paraît sensé..



max 29/04/2011 15:41



"A l'instant où l'esclave décide de plus être esclave, ses chaînes tombent." Ghandi
Je suis assez d'accord.