Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 13:47

Marx.jpg

Parce que j'ai finalement  compris que la Boétie, Spinoza et Hegel avaient raison. Pour devenir libres, il faut concevoir la liberté comme possible. Ce sont bien les idées qui font avancer le monde (la conscience que les hommes prennent de leur aliénation et de la possibilité de la surmonter, d'y mettre un terme) et non pas le conflit entre forces productives et rapports de production (explication matérialiste).

 Ce sont  les économistes néo-libéraux qui aujourd'hui pensent, comme autrefois les marxistes, que "tout tient à l'économie", que tous les choix politiques sont déterminés par  l'économie (par exemple nos relations avec les pays producteurs de pétrole).
 Au contraire,   pour Spinoza ou Kant par exemple, la volonté d'émancipation des hommes - des individus autonomes -  est à la source des "progrès" (=émancipation réelle) des sociétés et, pour finir, de l'humanité.

 "Ose te servir de ton propre entendement".

  Décide  que le moment est venu de faire le choix de la liberté! ..

 

 Quant au droits de l'homme, ils ne sont à mes yeux ni formels ni égoïstes, ni illusoires, ni superfétatoires, contrairement à ce que dit Marx (cf texte ci-dessous).
 J'ajoute que contrairement à Badiou, je ne vois pas dans le printemps arabe le retour du communisme ("en mouvement").

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Romain 28/03/2011 00:51



@Laurence Hansen-Löve : par rapport à Alain Badiou que vous citez dans votre billet, cela dépend de ce que vous entendez dans le nom "communisme".



laurence hansen-love 28/03/2011 12:15



Pour moi, c'est la définition marxiste: dictature du prolétariat, appropriation collective des moyens de production,  à terme abolition des classes sociales...
 Quant à Alain Badiou, c'est difficile à dire.



max 26/03/2011 19:54



Oui, alors exemple aujourd'hui on me dit les congés payés ont été obtenus après plusieurs jours de lutte contre les intérêts du patronnat, comme tous les progrès. Avis que je ne partage pas, mais
que répondre à ça ?


(ps : comment on appelle la téhorie contraire à la lutte des classes ?



max 08/03/2011 22:25



@Hansen-Love Vous ne voudrez pas creuser c'ets vraiment interessant cette idée ?!



laurence hansen-love 09/03/2011 13:45



Creuser? N'est-ce pas assee explicite? Posez moi une question précise..



matthieu 27/02/2011 22:17



C'est absolument désastreux de répondre de la sorte. En réalité tu te réponds plus à toi même qu'à lui, la peur classique de perdre ses privilèges devrait confiner la réflexion à la recherche de
la meilleure manière de les conserver, et donc de s'affranchir de celle qui devrait être la plus importante, à savoir celle qui consiste à chercher à se libérer de toutes contraintes idéologiques
pour pouvoir penser librement. A l'inverse tu révéles de manière flagrante ta non-capacité à penser en dehors de celles-ci, tu révéles ton être aliéné. Tu es la réaction nécessaire, pur produit
d'une société qui formate la pensée, dépourvu de toute argumentation recevable car dépourvu d'argumentation tout court. Peut-être ton inconscient - qui face à une vérité refoulée dévoilée par
l'auteur du commentaire, à savoir que ce que tu chéris sans doute ne sont que des "substituts artificiels" de la liberté, celle que tu crois avoir - réagit-il de manière si virulente uniquement
car on l'a formaté à réagir ainsi, afin d'éviter toute dérive de la pensée qui menacerait l'équilibre de la pensée que tu défends. Réagir ainsi c'est nier la liberté de penser, la vraie, même si
nous sommes tous sujet à des influences diverses, certains restent plus libre que d'autres puisqu'ils arrivent à penser différement, chose que tu sembles avoir du mal à concevoir.



Tom 27/02/2011 21:21



@marina: alors ça c'est très fin comme remarque! D'une c'est faux: on peut produire en coopération sans exploiter nos semblables, les rapports de domination ne sont pas forcément productifs.
Deux: si toi ça te parait acceptable d'exploiter des populations pour obtenir le confort on est mal barrés! Il y a quelques semaines je t'aurais dit "si tu continue à penser ainsi les choses ne
risquent pas de bouger" mais aujourd'hui elles bougent, très vite qui sait ce qu'il en est de kadhafi à l'heure actuelle?) sans pour autant que rabats-joie et pessimistes aient disparus...